aller au contenu

Les chênes creux de la chapelle de Kernéant à Néant-sur-Yvel

Des arbres remarquables

Trois chênes creux classés arbres remarquables poussent au milieu d’un bosquet de chênes jouxtant la chapelle de Kernéant en Néant-sur-Yvel.

Premières mentions

Les chênes pédonculés (Quercus robur) de Kernéant sont pour la première fois mentionnés en 1871 dans un article consacré à Anne-Toussainte de Volvire. La « sainte de Néant » avait l’habitude de se rendre à la chapelle de Kernéant.

Une modeste et antique chapelle existait, alors comme aujourd’hui , auprès du village de Kernéant, dans la paroisse de Néant, et en portait le nom. Placée sur une éminence, entourée de chênes séculaires [...]

PIÉDERRIÈRE, abbé Julien, « Anne-Toussainte de Volvire, dite la Sainte de Néant », Revue de Bretagne et de Vendée, Vol. 29, 1871, p. 249-266, 335-354, Voir en ligne.page 259

Il sont pour la première fois véritablement décrits en 1967 par Amand Boulé. L’ouvrage consacré à l’histoire du « Bois de la Roche » mentionne un épisode de la Seconde Guerre mondiale auquel les chênes sont associés.

Nous arrivons à la chapelle de Kernéant près de laquelle se dressent cinq vieux chênes plusieurs fois séculaires dont les troncs largement ouverts peuvent abriter les visiteurs. Ces arbres n’ont plus de cœur et cependant chaque printemps leurs branches se couvrent de feuilles nouvelles. L’un d’entre eux qui forme avec ses branches maitresses une fourche monumentale servit d’abri à plusieurs hommes du village lors de la rafle de Guilliers et des communes voisines organisée par les allemands en janvier 1944, en représailles de la mort d’un de leurs soldats lâchement assassiné...

BOULÉ, abbé Armand, Le Passé prestigieux du Bois-de-la-Roche et de son château, Le Ploërmelais, 1967, 34 p. [page 48]

En 1986, Jean Markale cite Les chênes centenaires de Kernéant comme exemple d’ancienne clairière druidique christianisée. L’étymologie de Kernéant comme la référence aux druides est un abus manifeste du celtisme propagé par l’écrivain breton.

En Bretagne, ces chapelles, extrêmement nombreuses et dispersées à travers champs, landes et bois, sont entourées de ce qu’ont appelle un « placître » 1, espace plus ou moins vaste planté d’arbres.[...] Ces placîtres sont en fait la figuration du nemeton 2 primitif. Un site comme celui du Kernéant-en-Néant (Morbihan), chapelle insignifiante (mais avec une substructure carolingienne) entourée d’un placître planté de chênes centenaires, le tout sur une éminence, est révélateur. De plus, le nom de Kernéant signifie « ville du nemeton ». La Bretagne est particulièrement riche en placîtres qui sont la figuration de l’ancienne carrière sacrée où officiaient les druides.

MARKALE, Jean, Le christianisme celtique et ses survivances populaires, Imago, 1986, 264 p., Voir en ligne.page 125
Chênes de Kernéant à Néant-sur-Yvel
Chênes de Kernéant à Néant-sur-Yvel
Jean-Claude Fichet

En 2005, dix ans avant l’inventaire régional officiel, un ouvrage de photographies propose une sélection d’arbres remarquables de Bretagne. Olivier Hamery, son auteur, y photographie treize arbres ou ensembles d’arbres du Pays de Brocéliande parmi lesquels les chênes de Kernéant.

Non loin du château du Bois de la Roche, la chapelle de Kernéant domine la vallée. Trois chênes creux aux formes torturées, semblent en garder l’entrée.

HAMERY, Olivier, Arbres remarquables de Bretagne, Plomelin, Editions Palantines, 2005, 173 p. [pages 18-19]

Des arbres remarquables

En 2000, un premier inventaire des arbres remarquables du Morbihan est réalisé à l’initiative du Conseil général du Morbihan. Les chênes creux de Kernéant font partie des six arbres de la région de Brocéliande répertoriés sous le label Arbre remarquable.

L’ensemble de chênes creux situés près de la chapelle de Kernéant, à Néant-sur-Yvel, sur la route de Guilliers.

CONSEIL GÉNÉRAL DU MORBIHAN, Arbres remarquables en Morbihan, Conseil Général du Morbihan, 2000, 56 p. [page 56]

Les chênes de Kernéant sont à nouveaux mentionnés dans les inventaires départementaux de 2002 et 2014.—  CONSEIL GÉNÉRAL DU MORBIHAN, Arbres remarquables en Morbihan, 3e édition, Conseil général du Morbihan, 2002. [page 71] —

Étonnant mimétisme, particularité géo-biologique ou exposition au nord, les parties creuses de ce groupe de vieux sages sont toutes orientées dans la même direction. A l’intérieur du tronc de l’arbre le plus près de la chapelle, des draperies de bois fauves sont éclairées par une lumière qui arrive par son sommet ouvert sur la frondaison. Mais que l’on ne s’y trompe pas, si leur centre constitué de bois mort, s’est peu à peu évidé, leur périphérie où circule la sève est bien vivante.
(Hauteur : 19 mètres ; Houppier : 15 mètres ; circonférence : 5,30 mètres ; âge : environ 250 ans)

KEMPA, Daniel et BERTHIER, Emmanuel, Les arbres remarquables du Morbihan, Département du Morbihan, 2014. [pages 118-119]

Un des trois chênes creux est répertorié à titre individuel dans l’inventaire régional de 2015 (5,3 mètres de circonférence, 15 mètres d’envergure)—  JÉZÉGOU, Mickaël et MAISON DE LA CONSOMMATION ET DE L’ENVIRONNEMENT, Arbres remarquables en Bretagne, Mèze, Biotope, 2015, (« Les cahiers naturalistes de Bretagne »). [page 102] —

Il est à nouveau mentionné sur le site Arbres remarquables en Bretagne (hauteur : 19 m ; envergure : 15 m ; circonférence : 5,30 m ; âge : 300 ans) —  MAISON DE LA CONSOMMATION ET DE L’ENVIRONNEMENT, « Arbres remarquables en Bretagne », 2017, Voir en ligne. Chêne de Kernéant —

Chêne de Kernéant à Néant-sur-Yvel
Chêne de Kernéant à Néant-sur-Yvel
Photographie de la fiche 683 du site Arbres remarquables en Bretagne.

Bibliographie

BOULÉ, abbé Armand, Le Passé prestigieux du Bois-de-la-Roche et de son château, Le Ploërmelais, 1967, 34 p.

CONSEIL GÉNÉRAL DU MORBIHAN, Arbres remarquables en Morbihan, Conseil Général du Morbihan, 2000, 56 p.

CONSEIL GÉNÉRAL DU MORBIHAN, Arbres remarquables en Morbihan, 3e édition, Conseil général du Morbihan, 2002.

HAMERY, Olivier, Arbres remarquables de Bretagne, Plomelin, Editions Palantines, 2005, 173 p.

JÉZÉGOU, Mickaël et MAISON DE LA CONSOMMATION ET DE L’ENVIRONNEMENT, Arbres remarquables en Bretagne, Mèze, Biotope, 2015, (« Les cahiers naturalistes de Bretagne »).

KEMPA, Daniel et BERTHIER, Emmanuel, Les arbres remarquables du Morbihan, Département du Morbihan, 2014.

MAISON DE LA CONSOMMATION ET DE L’ENVIRONNEMENT, « Arbres remarquables en Bretagne », 2017, Voir en ligne.

MARKALE, Jean, Le christianisme celtique et ses survivances populaires, Imago, 1986, 264 p., Voir en ligne.

PIÉDERRIÈRE, abbé Julien, « Anne-Toussainte de Volvire, dite la Sainte de Néant », Revue de Bretagne et de Vendée, Vol. 29, 1871, p. 249-266, 335-354, Voir en ligne.


↑ 1 • Le placître est un terrain, souvent herbeux, délimité par une clôture, fréquemment un mur, entourant les églises, chapelles, ou fontaines bretonnes. Le placître est typiquement l’un des éléments de l’enclos paroissial, désignant l’espace non bâti à l’intérieur de celui-ci.

↑ 2 • Le mot gaulois nemeton ou nemeto- désigne le sanctuaire, le lieu spécifique dans lequel les Celtes pratiquaient leur culte, sous la direction des druides.