aller au contenu

Sites et lieudits

Trier par titre Trier par date de publication

Le site de Point-Clos - I

Le lieudit « Point-Clos » est situé au nord du massif de Brocéliande, en forêt domaniale de Gaël-Paimpont. Il abrite les vestiges d’un ancien camp d’aviation créé en 1922. La Luftwaffe occupe le camp de 1940 à 1944. L’aviation alliée l’utilise du début août à la fin septembre 1944.

Le site de Point-Clos - II

Le camp d’aviation de Point-Clos est investi en juin 1940 par la Luftwaffe. C’est un terrain de réserve que l’armée de l’air américaine utilise en 1944 comme aérodrome de repli pendant quelques semaines. Le camp de Point-Clos est démilitarisé à la fin de la guerre

Le fief du Tellain

Le fief du Tellain, attesté depuis le 15e siècle, appartenait à la seigneurie de Plélan. Son territoire couvrait environ un millier d’hectares et comprenait tout l’ouest de la seigneurie. Ses habitants ont formé une communauté paysanne possédant des droits particuliers qui ont perduré jusqu’au milieu du 19e siècle.

Du Telent au Thélin

Les plus anciennes mentions du toponyme datent du 15e siècle et utilisent la graphie « Telent ». La graphie « Tellain » lui succède du 17e siècle au début du 19e siècle avant d’être remplacée par la forme actuelle « Thélin ».

Ponthus aux origines de l’abbaye de Paimpont ?

Au 15e siècle, Guy XIV, comte de Laval, fait entrer Ponthus, le héros d’un roman contemporain dans sa forêt de Brécilien. La fontaine de Barenton, théâtre de ses exploits, devient un lieu de « pèlerinage ». Deux siècles plus tard, lors de la réforme génovéfaine de l’Église, Ponthus est associé aux origines de l’abbaye Notre-Dame de Paimpont.

Le Rocher de Rumigny

Le rocher de Rumigny est un escarpement rocheux situé dans les landes du Thélin entre la Vieille-Ville et la Buslais en Plélan-le-Grand. Il a pris ce nom après avoir abrité l’état-major du général de Rumigny lors de l’installation du camp du Thélin en août 1843.

Les ruines de Ponthus

Le Hêtre de Ponthus est situé à proximité de la fontaine de Barenton. Selon une tradition locale, les pierres dispersées à son pied seraient les vestiges du château de Ponthus. En réalité, il s’agit d’une invention datant du 17e siècle.