aller au contenu

A propos du Pont-Ruelland

Deux historiettes

Deux petites histoires localisées au Pont-Ruelland en Mauron recueillies par Stéphane Salmon et Jean-Claude Fichet mettent en scène des femmes de caractère.

En 2018, le hameau du « Pont Ruelland » en Mauron a fêté ses 150 ans. Il est situé au croisement de la route de Mauron à Merdrignac et de celle reliant Gaël à La-Trinité-Porhoët. Cette dernière voie fut tracée vers 1855, sous Napoléon III. Pratiquement en ligne droite, cette voie permettait, dit-on, à l’empereur de rallier plus rapidement Napoléonville (Pontivy, aujourd’hui) afin d’y rejoindre sa maitresse !

Le Pont-Ruelland

Les deux anecdotes suivantes ont été recueillies par Stéphane Salmon et Jean-Claude Fichet.

Une maitresse de maison avisée

Au Pont Ruelland existe, loin de toute habitation, une hutte de charbonnier. Elle est remplacée en 1868 par une maison, occupée par un ménage dont l’homme est cantonnier.

L’histoire se passe un soir d’hiver alors que la nuit s’apprête à tomber. Le cantonnier n’est pas encore rentré. Son épouse l’attend tout en vaquant à ses tâches ménagères.

Une bonne soupe mijote doucement dans l’âtre de la cheminée et son fumet embaume la pièce. S’impatientant, la ménagère regarde à la fenêtre. Elle voit arriver près de la maison isolée, quelques jeunes, étrangers au pays, à la mine peu engageante. Craignant pour sa sécurité, la jeune femme décroche du vaisselier une dizaine de bols, les met sur la table et les remplit de soupe.

Quand un des individus ouvre la porte, s’apprêtant à entrer, elle s’écrie sans lever la tête :  Ah ! Excusez-moi, je croyais voir arriver mes ouvriers, je les attends d’une minute à l’autre. 

Les intrus, pas très braves, quittent aussitôt les lieux.

Casse casseroles

Le « Pont Ruelland » est aussi connu sous le nom de « Casse Casseroles ». Ce nom lui vient d’une anecdote cocasse. Parmi les différentes versions connues, nous retenons la plus vraisemblable.

Depuis des lustres il y a la foire, chaque vendredi, au bourg de Mauron. On y vend de tout. Deux paysannes chargées de victuailles et d’une série de casseroles neuves reviennent au hameau. Mais elles ont fait quelques haltes dans les bistrots pour étancher leur soif. Deux bûcherons voient passer ces dames devant leur hutte et les invitent à se reposer... Chacun admire les belles casseroles. On boit du cidre, on trinque, on chante. Les esprits s’échauffent et les hommes font des avances aux dames. On en vient à se battre à coups de casseroles, tant et si bien qu’à la fin les ustensiles s’en trouvent tout cabossés…

Le nom de « Casse Casseroles » est resté localement pour désigner le « Pont-Ruelland ».