aller au contenu

1823

Des arbres sur le cadastre napoléonien de Maxent

Une exception à la règle

Les arbres ne sont en règle générale pas représentés sur les cadastres napoléoniens. Pourtant, quatre arbres aujourd’hui disparus sont mentionnés sur celui de Maxent, daté de 1823.

Le cadastre napoléonien de Maxent est terminé sur le terrein le 15 octobre 1823. Réalisé sous la direction de Monsieur Levaillant, directeur des contributions, et Auguste Naillier, géomètre en chef du cadastre, il est levé par Messieurs Colliot, géomètres.

La mention d’arbres sur le cadastre napoléonien n’est pas la norme. Or, quatre arbres aujourd’hui disparus sont dessinés ou mentionnés sur les planches cadastrales de Maxent. Ces arbres sont vraisemblablement signalés en tant que points de repère, éléments du paysage permettant de se situer, plutôt qu’en raison de leur caractère remarquable au sens actuel du terme (âge, taille, grosseur...).

Le chêne du Perchot

Le « chêne du Perchot » était situé au nord-est du lieu dit « La Gouannière », à la pointe du grand étang de la Musse, non loin du Canut. Il est nommé et localisé par un dessin.

Chêne du Perchot à Maxent
Chêne du Perchot à Maxent
Cadastre napoléonien

On peut penser que ce chêne était un point de repère pour accéder au « Perchot », passage constitué de perches permettant de passer à sec la queue de l’étang de la Musse.

Le chêne de la Colique

Le « chêne de la Colique » était situé sur le « chemin du pré Pré Barbe » au nord du lieu dit « La Petite Jeu », à la limite des communes de Plélan et Maxent. Il est nommé et localisé par un point.

Chêne de la Colique en Maxent
Chêne de la Colique en Maxent
Cadastre napoléonien

L’inscription de ce chêne au cadastre est vraisemblablement liée à sa position limitrophe entre les deux communes.

Un arbre à Lemeheuc

Un arbre est dessiné à côté de la « fontaine de Borel » ou « fontaine des Bourreaux » au sud du hameau de Lemeheuc (autrefois écrit Laimeheuc). Contrairement aux deux précédents arbres, il est uniquement dessiné, sans indication sur son espèce ou son nom.

Chêne de Lemeheuc à Maxent
Chêne de Lemeheuc à Maxent
Cadastre napoléonien

Le sapin du Rouillé

Un dernier arbre, le sapin du Rouillé, est figuré au lieu dit « Le Rouillé » (ancien Manoir). Son nom est accompagné d’une silhouette dessinée, précédée de la lettre « J ».

Sapin du Rouillé en Maxent
Sapin du Rouillé en Maxent
Cadastre napoléonien