aller au contenu

La Pâque de Judicaël

Un épisode de la « Vita Judicaelis » localisé à Paimpont

La Pâque de Judicaël est un épisode de la Vita Judicaelis (Vie de Judicaël), dans lequel le roi de Domnonée du 7e siècle exempte ses vassaux de toute servitude et redevance pour leur permettre de célébrer la Résurrection du Christ.

L’épisode de la Pâque de Judicäel est tiré de la Vita Judicaelis (Vie de Judicaël). Les historiens actuels considèrent que cette Vita écrite au 11e siècle contient des éléments du 7e siècle, avérés comme contemporains de Judicaël. Cette Vita n’existe plus dans son intégralité. Les fragments qui en subsistent figurent dans trois manuscrits du 15e siècle.

— le Chronicon Briocense (Chronique de Saint-Brieuc) d’auteurs inconnus (1394-1416) ;
— les Cronicques des Roys, Ducs et Princes de Bretaigne Armoricaine de Pierre Le Baud (seconde version, composée entre 1498 et 1505) ;
— l’Obituaire de l’abbaye Saint-Méen, nom donné à un manuscrit anonyme copié vers 1525.—  BOURGÈS, André-Yves, « Le dossier littéraire des saints Judicaël, Méen et Léri. », in Corona Monastica. Mélanges offert au père Marc Simon., Presse Universitaire de Rennes, 2004, (« Britannia Monastica »), p. 83-92, Voir en ligne. —

L’épisode de la Pâque de Judicäel provient de l’Obituaire de l’abbaye Saint-Méen, Biblioth. Nat. ms. lat. 9889, f. 129. Trois traductions du manuscrit en latin ont été réalisées par des historiens.
— une traduction de Dom Lobineau pour Les vies des saints de Bretagne publiée en 1725,
— une traduction d’Arthur de la Borderie pour son Histoire de Bretagne parue en 1905,
— une traduction inédite, par Gwenaël le Duc dans les années 2000.

La traduction de Dom Lobineau

La plus ancienne traduction du latin au français de l’épisode de la Pâque de Judicäel est l’œuvre de Dom Lobineau en 1725.

Sa bonté pour ses peuples , & sa pieté pour Dieu , brillent avec éclat dans ce que l’on va dire. Une nuit d’entre le samedi Saint & le jour de Pâques, qu’il étoit retiré pour se préparer à la solennité de la fête, il fut surpris d’entendre le bruit & les cris d’un grand nombre de charriées , qui tâchoient de se devancer les uns les autres au passage d’un pont qui n’étoit pas fort éloigné de son palais. II demanda ce que ce pouvoit être & on lui die, que les fermiers de quelques droits qu’on lui païoit en espèces, lui amenoient un grand nombre de chariots chargez, & que c’étoit d’où venoit tout ce tintamare & cette confusion.
II fut si touché qu’on emploïat la plus sainte nuit de l’année à cette sorte de travail & qu’on lui païât des redevances onéreuses aux peuples, dans un tems où l’Eglise est occupée à rendre grâces à Dieu de ce que J C. nous a délivrez de ce que nous devions tous à la justice de son pere, qu’il résolut sur le champ de délivrer pour jamais ses sujets de cette imposition ; & il le fit effectivement, comme il l’avoit résolu.

LOBINEAU, Dom Guy-Alexis, Les vies des saints de Bretagne et des personnes d’une éminente piété qui ont vécu dans la même province, avec une addition à l’Histoire de Bretagne, Rennes, La Compagnie des imprimeurs-libraires, 1725, Voir en ligne.p.145

L’épisode localisé à Penpont par Arthur de la Borderie

En 1905, Arthur de la Borderie traduit à son tour l’épisode de la Vita Judicaelis tiré de Obituaire de l’abbaye Saint-Méen, à partir du manuscrit de la Bibliothèque Nationale ms. lat. 9889, f. 129 1. La traduction de La Borderie est plus fidèle au texte original que celle de Dom Lobineau. Cependant, la localisation de l’épisode de la Pâque est une invention de La Borderie : Judicaël avait un autre château en pleine forêt, à Penpont, près du lieu où se trouvent aujourd’hui l’étang et le bourg de ce nom. On connaît cette résidence par un trait curieux de la vie de ce roi.

Une année, il y passait la nuit de Pâques. Tout à coup, au chant du coq, au milieu des plus profondes ténèbres, le prince est réveillé en sursaut par un vacarme strident, cris violents, jurons, coups de fouet, chevaux lancés au galop, roues grinçant avec des bruits de ferrailles, etc. Aussitôt il appelle un des gardes qui veillaient à la porte de sa chambre et lui demande d’où vient ce bruit insupportable :

— Seigneur, dit le garde, ce sont les colons de ce domaine, ils t’apportent leurs redevances qui doivent être rendues ici cette nuit. Comme le pont sur la rivière à la sortie du grand étang est étroit, les colons s’y rencontrent avec leurs chariots et cherchent à passer les uns devant les autres : de là des querelles, des rixes, tout ce tapage.

— Quoi ! s’écrie Judicaël, on profane ainsi cette nuit sacrée, où l’on ne devrait entendre que les louanges de Dieu, où toute oeuvre servile doit cesser. J’abolis dès à présent toutes ces servitudes ; j’affranchis de ces redevances tous mes colons, tous mes serfs, pour qu’ils puissent se réjouir avec nous de la résurrection de Notre-Seigneur.

Ainsi fut fait, et depuis lors les habitants de la forêt de Penpont, des villages qui la peuplent et qui la bordent sont restés — jusqu’à la révolution de 1789 — exempts de toute taxe et de toute corvée par la libéralité de Judicaël.

LA BORDERIE, Arthur le Moyne de, Histoire de Bretagne : topographie générale de la Bretagne de 57 av. J.C. à 753 de J.C, Vol. 1, Rennes, Plihon & Hervé, 1905, Voir en ligne. p. 481

La localisation à Paimpont

La localisation de l’épisode a été reprise par des historiens et érudits locaux, dont le Marquis de Bellevüe qui en 1911 l’intègre dans son ouvrage sur Paimpont en précisant la date, 640.—  BELLEVÜE, Xavier de, Paimpont, la forêt druidique, la forêt enchantée et les romans de la table ronde, Rennes, Simon, 1903. [pages 65-66] —

Judicaël possédait là, près d’un étang, une résidence seigneuriale, où il habitait souvent. Il y couchait la nuit de Pâques 640 quand il entendit tout à coup un grand vacarme de chevaux, de charrettes, de cris et de jurons de paysans. Il appela aussitôt un de ses gardes et lui demanda d’où venait tout ce bruit. 2

BELLEVÜE, Xavier de, Paimpont, la forêt druidique, la forêt enchantée et les romans de la table ronde, Rennes, Simon, 1903. [pages 65-66]

En 1924, L’abbé Le Claire argumente à son tour pour ancrer à Paimpont la localisation de cet épisode.

Il parait certain que Judicaël avait un manoir à Paimpont et qu’il s’y trouvait la nuit de Pâques 640. Or Judicaël ne pouvait pas ne pas avoir là une chapelle où il pût entendre la sainte Messe, surtout en la fête de Pâques et assister aux offices qui se font en cette grande fête. On peut conclure que dès lors il se trouvait à Paimpont.

LE CLAIRE, abbé Jacques-Marie, « Saint Judicaël au pays de Gaël », Bulletin Archéologique de l’Association Bretonne, Vol. 35, 1925, p. 1.

La version de Gwenaël Le Duc

L’historien contemporain Gwenaël Le Duc (1951-2006) propose une traduction inédite de la Pâque de Judicaël à partir de la même source que Dom Lobineau et Arthur de la Borderie, l’Obituaire de l’abbaye Saint-Méen, Biblioth. Nat. ms. lat. 9889, f. 129. La traduction est pourtant sensiblement différente et la référence à Penpont est absente.

Or, une nuit de Pâques, comme il (Judicaël) s’adonnait au sommeil dans sa propre cour, selon l’usage royal, voila qu’après le chant du coq (= l’aube) les cavaliers (percepteurs ?) du fisc royal, avec des charrettes et des litières et d’autres véhicules divers, arrivèrent de partout au pont situé près de la cour royale, rassemblés de divers lieux.

Ceux-ci, au moment de passer le pont, alors que les uns se hâtaient de passer avant les autres, avec le fracas des roues, les mugissements des animaux, les cris confus des injures, et les encouragements, remplissaient d’un immense vacarme les lieux même les plus reculés, et le roi, tiré brutalement du sommeil, entreprit de demander à ceux qui veillaient diligemment au service royal pourquoi il y avait un tel vacarme à un tel moment. Ceux-ci lui en disent la cause, et s’efforcent de le persuader que les choses nécessaires doivent être accomplies pour leur utilité.

Toutefois lui, malgré tout, puisqu’il était pieux, touché au fond de lui-même par la douleur, répondit que « ce qui causait un grand dommage à l’âme ne lui était pas utile, qu’une telle servitude était imposée, et ne procédait pas de la Fontaine de la Charité (= le Christ) et que donc elle ne plaisait pas au Créateur, qui n’est pas servi par la nécessité mais par l’amour, Lui qui échappe au temps, et voulut connaitre pour (le salut de ) l’homme la succession du temps (par son incarnation) et, de même qu’il est loué au ciel par les anges, voulut être loué sur la terre par les hommes. »

« En effet, la nuit est réservée aux louanges divines, libérée d’ouvrage servile par les Pères de L’Église. Que cesse donc cette nuit cette exigence séculière, afin que la religion divine soit exercée selon son droit. Que les serfs soient relevés des peines de cette perception, pour qu’ils se réjouissent avec nous de la Résurrection universelle du Seigneur. Qu’aucun fardeau de travail n’alourdisse dans leur corps ceux que la Résurrection du Christ libère gratuitement en esprit. Que ce qui en un autre temps était dû à César soit rendu à César, mais maintenant que ce qui est à Dieu soit rendu à Dieu, non parce que tous les temps ne conviennent pas à la justice, mais parce qu’en ce moment nous devons célébrer avec ardeur les louanges divines dans la paix de Dieu. »

O esprit pieux de l’homme bienheureux, par la grâce de l’humilité déjà fondée dans le Christ, qui est descendu du haut d’un tel honneur pour libérer des serviteurs (serfs), esprit libéré des servitudes de la corruption, qui mérita d’être élevé avec/par son seigneur le Roi des Cieux, et qui, parce qu’il a célébré la Pâque terrestre (des choses transitoires) avec ses serviteurs, a mérité de célébrer l’éternel avec les anges. Traduction inédite de Gwenaël Le Duc

L’interprétation de Bernard Merdrignac

Selon Bernard Merdrignac (1947-2013), plusieurs interprétations peuvent être déduites de la traduction de Gwenaël le Duc. Cet épisode peut être compris comme une référence aux divergences entre les Églises celtiques et l’Église romaine sur la date de Pâques à l’époque de Judicaël et sur la volonté du souverain breton d’unifier les deux Computs 3.

On pourrait certes interpréter la réflexion de Judicaël selon laquelle « cette nuit est réservée aux louanges divines, non aux œuvres serviles dont elle a été affranchie par les saints Pères », comme un rappel de la prescription du repos dominical, s’il ne précisait qu’il agit ainsi, « afin que [ces servi] se réjouissent avec nous de la Résurrection du Seigneur ». Est-ce forcer le texte que de considérer que l’adjectif « communi » (étymologiquement, qui appartient à tous), qualifiant ici la Résurrection, fait référence à un unique mode de comput ? L’anecdote se comprendrait donc mieux si deux systèmes de comput pascal avaient été en concurrence en Bretagne à l’époque de ce roi contemporain de Dagobert (629-639) et si Judicaël avait contribué à unifier le comput.[...]

MERDRIGNAC, Bernard, Les Saints bretons entre légendes et histoire Le glaive à deux tranchants, Presses Universitaires de Rennes, 2008, (« Histoire »). p.

Bernard Merdrignac en déduit que l’auteur de ce passage de la Vita Judicaelis n’est pas contemporain de Judicaël et qu’il a été rédigé alors que la date des Computs a déjà été unifiée.

Mais il est à noter que l’auteur de la Vita de saint Judicaël ne semble plus comprendre les enjeux du récit qu’il rapporte. On doit donc en déduire que la controverse pascale n’était plus d’actualité lorsque cette Vita a été rédigée. Le problème est que dans l’attente d’une édition de ce document particulièrement complexe, il n’est guère possible de proposer une date de rédaction suffisamment fiable.

MERDRIGNAC, Bernard, Les Saints bretons entre légendes et histoire Le glaive à deux tranchants, Presses Universitaires de Rennes, 2008, (« Histoire »). p.

Bibliographie

BOURGÈS, André-Yves, « Le dossier littéraire des saints Judicaël, Méen et Léri. », in Corona Monastica. Mélanges offert au père Marc Simon., Presse Universitaire de Rennes, 2004, (« Britannia Monastica »), p. 83-92, Voir en ligne.

BELLEVÜE, Xavier de, Paimpont, la forêt druidique, la forêt enchantée et les romans de la table ronde, Rennes, Simon, 1903.

LA BORDERIE, Arthur le Moyne de, Histoire de Bretagne : topographie générale de la Bretagne de 57 av. J.C. à 753 de J.C, Vol. 1, Rennes, Plihon & Hervé, 1905, Voir en ligne.

LE CLAIRE, abbé Jacques-Marie, « Saint Judicaël au pays de Gaël », Bulletin Archéologique de l’Association Bretonne, Vol. 35, 1925, p. 1.

LOBINEAU, Dom Guy-Alexis, Les vies des saints de Bretagne et des personnes d’une éminente piété qui ont vécu dans la même province, avec une addition à l’Histoire de Bretagne, Rennes, La Compagnie des imprimeurs-libraires, 1725, Voir en ligne.

MERDRIGNAC, Bernard, Les Saints bretons entre légendes et histoire Le glaive à deux tranchants, Presses Universitaires de Rennes, 2008, (« Histoire »).


↑ 1 • Manuscrit Biblioth. Nat. ms. lat. 9889, f. 129 cité par Arthur de la Borderie.

Regalis fisci vectatores cum cadris, quadrigis, redis et lecticis, aliisque diversi generis veliiculis ad ponteni prope aulain regiam situm de diversis partibus conglobati, in ipso ponlis ingressu dum alii alios antecedere festinant cum strepitu rotarum mugituque animalium, clamore mixto convitiorum atque hortatione, ingenti sonitu loca etiam sécréta confundunt

↑ 2 • 

Judicaël possédait là, près d’un étang, une résidence seigneuriale, où il habitait souvent. Il y couchait la nuit de Pâques 640 quand il entendit tout à coup un grand vacarme de chevaux, de charrettes, de cris et de jurons de paysans. Il appela aussitôt un de ses gardes et lui demanda d’où venait tout ce bruit.

« Monseigneur, dit le garde, ce sont les colons de ce domaine qui apportent les redevances qui doivent être rendues ici cette nuit : comme le pont sur la rivière à la sortie de l’étang est fort étroit, ils s’y rencontrent avec leurs chariots, et cherchent à passer l’un devant l’autre ; d’où ces querelles et ce tapage. »

« — Quoi s’écrie Judicaël, on profane ainsi cette nuit sacrée où l’on ne devrait entendre que les louanges de Dieu et où toute œuvre servile doit cesser. J’abolis dès à présent toutes ces servitudes, j’affranchis de leurs redevances tous mes colons, serfs, ou vassaux, afin qu’ils puissent en paix se réjouir avec nous de la Résurrection du Sauveur. »

— Ainsi fut fait, et, depuis lors, les habitants de la forêt de Paimpont et les riverains du voisinage furent et restèrent jusqu’à la Révolution exempts de toute redevance te de toute corvée.

BELLEVÜE, Xavier de, Paimpont, la forêt druidique, la forêt enchantée et les romans de la table ronde, Rennes, Simon, 1903. [pages 65-66]

↑ 3 • Le Comput (du latin Computus « Calcul ») ou Comput ecclésiastique est le calcul des éléments calendaires utilisés par les églises chrétiennes.