aller au contenu

1921

Le Chêne d’Anatole Le Braz

Un arbre remarquable des Forges de paimpont

Le chêne d’Anatole le Braz est un arbre remarquable situé au village des Forges sur la commune de Plélan-le-Grand.

Le chêne d’Anatole le Braz est situé en contrebas du restaurant des Forges, ancienne cantine des Forges de Paimpont, sur la commune de Plélan-le-Grand. Il doit son nom à l’écrivain breton qui durant l’été 1921 aurait donné une conférence sous ses branches.

Le chêne avant 1921

Une carte postale, antérieure à la venue d’Anatole le Braz aux Forges de Paimpont en 1921, représente le chêne sans lui donner de nom.

Chêne d'Anatole Le Braz

Sur une seconde carte postale, plus récente (autour des années trente), puisqu’on y voit courir des fils électriques le long de la route en contrebas de l’arbre, il est dénommé Vieux chêne près l’Hôtel

Chêne d'Anatole Le Braz

La venue d’Anatole le Braz

Après la première guerre mondiale qu’il passe aux États-Unis, Anatole le Braz reprend ses fonctions professorales à l’Université de Rennes à partir de 1920. Il se rend alors à plusieurs reprises en forêt de Paimpont. Il décrit le trajet en tramway, menant de Rennes à Plélan.

Prenons, par quelque matin d’été, le petit train de famille qui, sous le nom de tramway départemental, conduit de Rennes à Plélan. [...] Au bout d’une heure et demie de trajet, vous êtes à Plélan où le train s’arrête, comme devant une barrière sacrée, interdite aux engins modernes. — Tous les voyageurs descendent ! crie le conducteur. Descendons. La bourgade est vieille, un peu morte, sans autres animations que les passages de troupes se rendant au camp de Coëtquidan [..] Saluez-le pourtant cet humble chef-lieu de canton. Il a des titres de noblesses que bien des villes pourraient lui envier, et ce n’est pas sans raison qu’il s’est si longtemps appelé Plélan-le-Grand. Aux âges héroïques de la Bretagne, il fut une manière de capitale. Les rois bretons y avaient leur résidence d’été. [...] Vous n’avez pas plus tôt contourné la croupe des collines sur laquelle repose le bourg de Plélan, et traversé le hameau du Gué, que, de l’autre côté du ravin, au sommet d’un raidillon presque abrupt, voici brusquement surgir devant vous une sorte de péristyle végétal, fait de pins énormes dont les fûts couleur de sang s’érigent en triple, en quadruple colonnade, et dont les frondaisons barbelées aux reflets bleuâtres, bruissent d’un murmure éternel. C’est le portique de la Forêt. Et de quelle Forêt ! Brécilienn ! Brécilienn ! Du Brécilienn des bretons, les trouvères de France ont fait Brocéliande. [...] Brocéliande ! Que de prestigieux souvenirs dans ce seul mot !

CARREFOUR DE TRÉCÉLIEN, Contes et légendes de Brocéliande, Terre de Brume, 1999. [pages 229-244]

Selon Lucien Parlier et Anatole Gouneau, il prononce durant l’été 1921 une conférence sous le chêne des Forges de Paimpont.

[...] un vieux chêne millénaire qui se meurt un peu plus chaque année, s’offre aux regards. Cet arbre est par les habitants du pays, appelé le chêne d’Anatole Le Braz, en souvenir d’une conférence prononcée sous ses ombres par le regretté professeur au cours de l’été 1921, et, ayant pour thème : les mythes de la forêt de Brocéliande.

PARLIER, Lucien et GOUNEAU, Anatole, Plélan et les Forges de Paimpont, Rennes, Imprimerie Bretonne, 1961. [page 20]

Cet arbre a depuis pris le nom de l’écrivain.

Le chêne d’Anatole le Braz dans les inventaires contemporains

La notion d’arbre remarquable apparait dans les années 1990. Le chêne d’Anatole Le Braz est mentionné dans un article de la revue de l’Écomusée de Montfort de 1992, début du premier inventaire des arbres remarquables d’Ille-et-Vilaine.

Au restaurant des Forges, à Paimpont [en réalité à Plélan-le-Grand] le « chêne d’Anatole Le Braz » auprès duquel l’écrivain aimait méditer.

RICHARD, Anne, « Arbres remarquables en pays de Montfort et de Brocéliande », Glanes en pays pourpré, 1992, p. 8-14.

Il est référencé sous le label Arbres remarquables dans l’inventaire publié par La Maison de la Consommation et de l’Environnement à Rennes en 1997. Sa hauteur est alors estimée à 19 mètres et sa circonférence à 4,45 mètres.—  AMIOT, Christophe, LEBOUC, Yves, LE BOURDELLÈS, Joël, [et al.], Arbres remarquables en Ille-et-Vilaine, Rennes, Apogée, 1997, 157 p. [page 37] —

Chêne d'Anatole Le Braz en 1997
Chêne d’Anatole Le Braz en 1997
Ed. Apogée, 1997

Il fait partie des dix arbres remarquables de la région de Brocéliande photographiés par Olivier Hamery en 2005.—  HAMERY, Olivier, Arbres remarquables de Bretagne, Plomelin, Editions Palantines, 2005, 173 p. [page17] —

Il est à nouveau inscrit en tant qu’arbre remarquable dans l’inventaire régional de 2015 qui le classe dans la catégorie des arbres muses (20 mètres de hauteur ; 4,58 mètres de circonférence ; 25 mètres d’envergure).

L’arbre est source d’inspiration. De tout temps, l’homme a célébré son esthétique, sa longévité ou son lien au divin. Fresque, ode, discours guerrier, essai, la liste des œuvres associées au végétal est longue et souligne la variété des émotions suscitées par le végétal. Plusieurs peintures et écrits ont un lien avec des arbres recensés. [...] Si l’if ou le hêtre sont souvent évoqués dans les récits de voyage d’Anatole le Braz, c’est à un chêne, près de la forêt de Paimpont, que l’auteur reste associé. Au cours de l’été 1921, il y a organisé une conférence sur les mythes de la forêt de Brocéliande. L’arbre, situé au lieu-dit les Forges, possède une circonférence de 4,6 m.

JÉZÉGOU, Mickaël et MAISON DE LA CONSOMMATION ET DE L’ENVIRONNEMENT, Arbres remarquables en Bretagne, Mèze, Biotope, 2015, (« Les cahiers naturalistes de Bretagne »). [page 124]
Chêne d'Anatole Le Braz en 2005
Chêne d’Anatole Le Braz en 2005
Olivier Hamery

Il est enfin répertorié sur le site Arbres remarquables en Bretagne avec les mêmes mensurations.—  MAISON DE LA CONSOMMATION ET DE L’ENVIRONNEMENT, « Arbres remarquables en Bretagne », 2017, Voir en ligne. Chêne d’Anatole Le Braz —


Bibliographie

AMIOT, Christophe, LEBOUC, Yves, LE BOURDELLÈS, Joël, [et al.], Arbres remarquables en Ille-et-Vilaine, Rennes, Apogée, 1997, 157 p.

CARREFOUR DE TRÉCÉLIEN, Contes et légendes de Brocéliande, Terre de Brume, 1999.

HAMERY, Olivier, Arbres remarquables de Bretagne, Plomelin, Editions Palantines, 2005, 173 p.

JÉZÉGOU, Mickaël et MAISON DE LA CONSOMMATION ET DE L’ENVIRONNEMENT, Arbres remarquables en Bretagne, Mèze, Biotope, 2015, (« Les cahiers naturalistes de Bretagne »).

PARLIER, Lucien et GOUNEAU, Anatole, Plélan et les Forges de Paimpont, Rennes, Imprimerie Bretonne, 1961.

RICHARD, Anne, « Arbres remarquables en pays de Montfort et de Brocéliande », Glanes en pays pourpré, 1992, p. 8-14.

MAISON DE LA CONSOMMATION ET DE L’ENVIRONNEMENT, « Arbres remarquables en Bretagne », 2017, Voir en ligne.