aller au contenu

Plélan-le-Grand

10 articles Trier par titre Trier par date de publication

L’armée polonaise à Coëtquidan

Après l’invasion de la Pologne par l’armée allemande en septembre 1939, le camp de Coëtquidan devient le centre principal de l’armée polonaise. De septembre 1939 à juin 1940, des dizaines de milliers de volontaires y affluent afin d’intégrer les unités en constitution. Les installations du camp sont rapidement saturées ; les compagnies en formation cantonnent alors dans les communes environnantes.

Naissance d’un monastère à Maxent

Vers 868, durant la période carolingienne, des moines du Poitou fuient les invasions vikings avec les reliques de saint Maixent pour rejoindre Plélan où sont déjà installés les moines de Redon.
En 869, le monastère de Plélan prend le nom de monasterium Sancti Maccentii.
En 824, les moines restituent les reliques de saint Maixent au monastère du Poitou.
Au 11e siècle, le lieu de l’ancien monastère de Maixent devient une paroisse qui prend le nom de Maxent.

Les émeutes de Plélan-le Grand

À partir du 18 janvier 1790, des révoltes agraires naissent dans les paroisses de Guer, d’Augan et de Maure. Elles se propagent à la paroisse de Plélan du 24 au 28 janvier puis atteignent les paroisses de Paimpont, de Concoret et d’Iffendic.
Du 18 janvier au 5 février 1790, la grande majorité des paroisses situées entre Ploërmel, Montfort et Redon, entrent en insurrection. Les communautés paysannes qui avaient demandé l’abolition des droits féodaux dans les cahiers de doléances rédigés en avril 1789 se (...)

4 articles Trier par titre Trier par date de publication

4 articles Trier par titre Trier par date de publication

Saint-Étienne du Thélin

Une chapelle dédiée à saint Étienne est fondée en 1620 au Thélin, sur la paroisse de Plélan-le-Grand. La frairie du Thélin devient une paroisse en 1849. La chapelle est alors remplacée par une première église de style néogothique, inaugurée en 1853, qui tombe bientôt en ruine. Une seconde église de style néoroman, œuvre de l’architecte Arthur Regnault, lui succède à partir de 1901.