aller au contenu

1987

Le chêne de Trébran en Concoret

Un arbre remarquable disparu

Le chêne de Trébran en Concoret était un arbre remarquable disparu en 1987.

Ce chêne situé au village de Trébran en Concoret a été mentionné par Jacky Éalet en 1992. Seul auteur à l’avoir décrit, il a notamment donné les causes de sa disparition.

Tel ne fut pas le sort du chêne de Trébran, en Concoret (plus de huit mètres de circonférence) : nul ne saura - ou n’avouera - par quelle malveillance, un jour d’hiver 1984, le feu s’est déclaré dans son tronc creux, métamorphosé en un véritable cratère en fusion. Malgré ses blessures, le géant meurtri s’était pris à reverdir au printemps suivant ; mais la tempête d’octobre 1987 a eu raison de l’ancêtre affaibli, qui s’est abattu définitivement. Il gît dans la quasi-indifférence sur le bord de la chaussée, dans un inextricable amas de branchages cassés et de ronces. Couché, il apparait plus fantastique encore. Par ses plaies béantes, on pénètre dans une étrange grotte, comme s’il s’agissait d’une enceinte secrète donnant accès au monde souterrain de la forêt.

EALET, Jacky, « Les gardiens du temps qui passe », La Gacilly, Artus, 1992, p. 29-32.
Le chêne de Trébran en 1984
Le chêne de Trébran en 1984
Photographie page 230 de Paimpont en Brocéliande.
Jacky Ealet

Bibliographie

EALET, Jacky, « Les gardiens du temps qui passe », La Gacilly, Artus, 1992, p. 29-32.