aller au contenu

Personnages

Trier par titre Trier par date de publication

Saint-Régent, Pierre Robinault de

Pierre Robinault de Saint-Régent dit « Pierrot » est le chef chouan de la division de Saint-Méen. Il participe activement aux trois premières chouanneries, notamment dans la région de Mauron. Il est guillotiné en 1801 pour avoir organisé et exécuté l’attentat de la rue Saint-Nicaise contre le Premier consul Napoléon Bonaparte.

Deloynes Charles-François

Charles-François Deloynes est le dernier prieur de Brignac (canton de Mauron) nommé par l’abbé de Paimpont en 1764. Il reste en fonction à Brignac en 1789 et prête serment à la Constitution civile du clergé en 1791. Il est exécuté par les chouans de Boulainvilliers en mai 1794.

Boulainvilliers Joseph de

Joseph de Boulainvilliers est l’un des premiers chefs chouans actifs en Bretagne. Il occupe des fonctions prééminentes dans la hiérarchie de l’Armée catholique et royale de Bretagne en 1794. Il est par ailleurs, au cours du printemps 1794, à l’origine des premières révoltes contre-révolutionnaires dans la région de Mauron. Jusqu’à son exécution par les siens en janvier 1795, il contribue activement à constituer le foyer insurrectionnel qui prendra le nom de division de Saint-Méen.

Ponthus et la préséance aux Etats de Bretagne

La charte des Usements de la forêt de Brécilien, rédigée en 1467, a donné lieu à de nombreux commentaires. Elle est l’objet de diverses interprétations qui prennent naissance au 19e siècle. Selon ces interprétations, Guy XIV se sert de Ponthus, un personnage de roman, pour son dessein politique lors de l’affaire de la préséance aux États de Bretagne face au vicomte Jean II de Rohan. Bien que sans fondement, cette version est encore défendue de nos jours.

Puisaye Joseph de

Joseph de Puisaye, chef de l’Armée catholique et royale d’Ille-et-Vilaine, puis de Bretagne, est venu à deux reprises en forêt de Paimpont. En août 1793, sa tête mise à prix, il se cache à Plélan-le-Grand, Guer et Beignon pendant plusieurs semaines. Il revient en mai 1794 à la tête d’une armée de chouans et vainc les républicains au cours du combat des « landes de Beignon ».

Le Rocher de Rumigny

Le rocher de Rumigny est un escarpement rocheux situé dans les landes du Thélin entre la Vieille-Ville et la Buslais en Plélan-le-Grand. Il a pris ce nom après avoir abrité l’état-major du général de Rumigny lors de l’installation du camp du Thélin en août 1843.