aller au contenu

L’allée couverte de Roherman

La Niche à Gobineau

L’allée couverte de Roherman en Augan (Morbihan) est située sur l’actuel Camp militaire de Coëtquidan. Elle est aussi appelée « Niche à Gobineau », autre nom donné au diable. Elle est constituée de onze dalles de schiste pourpre. Sa longueur est de 7 m et sa largeur de 1,20 m.

Une première mention en 1825

Parmi les trois sites mégalithiques mentionnés par L’abbé Mahé sur la commune d’Augan, le troisième est très certainement l’allée couverte de Roherman :

3.° Cette commune possède aussi des Cist-Veans 1 qui ressemblent à ceux dont j’ai parlé à l’article de Pleucadeuc, par leur situation sur des hauteurs, par leur longueur de vingt-deux pas et par leur direction du nord-nord-ouest au sud-sud-est. Le mieux conservé de tous est celui qui est dans le voisinage de Bois-du-Loup.

Dans une lettre datée du 28 février 1826, le maire d’Augan, M. Le Douarain, remet en cause les affirmations de Joseph Mahé :

Je ne connais pas en cette commune le N°1, (Alignements de pierres), non plus que le N°2, (quatre pierres plantées en terre dans les quatre angles du quarré). Je vous prie monsieur, de bien vouloir m’indiquer leur position. Je crois qu’il y a erreur pour le N°1, vous avez vous même mesuré avec moi le cist-vean du Bois du loup, dont vous me dites ne pas avoir entendu parler. Les pierres formant la ligne du côté du midi étaient très penchées, celles du dessus le sont également. Il y a deux chambres à ce cist-vean et une grande (les habitants l’appellent la pierre du héros). Il reste des vestiges de la petite. GUYOT-JOMARD, Alexandre, « L’abbé Mahé », Bulletin mensuel de la société polymathique du Morbihan, Vol. 34, 1891, p. 54-73, Voir en ligne. pages 64-65

L'allée couverte de Roherman

Les notes de l’abbé Marot en 1835

L’allée couverte de Roherman est mentionnée dans les notes manuscrites de l’abbé Marot, curé de Rochefort-en-Terre, datées de 1835 :

La grotte aux fées du Bois-du-Loup n’est pas la seule qu’Augan ait possédée : on voit les restes de plusieurs autres. 1° Dans les bois du Lémo, il y en avait une dont les supports étaient en quartz ; ils existent encore et indiquent la direction du monument. 2° A la Villemarquer (on l’a détruite pour construire un moulin) . 3° Près de la métairie de Brambelec. 4° Près du Petit Belec. MAROT, abbé Pierre et HÉLIGON, abbé Joseph Judicaël, « Notes de l’abbé Marot », Bulletin de la Société Polymathique du Morbihan, 1907, p. 275-302, Voir en ligne. page 298

Trois inventaires archéologiques du 19e siècle

François-Marie Cayot-Delandre en 1847

Cayot-Delandre (1796-1848), secrétaire de la Société archéologique du département du Morbihan‎, mentionne le site mégalithique en 1847 :

A quelques pas de là [Vallon Saint-Couturier] on voit les débris d’une roche aux fées qui parait avoir eu 15 mètres de longueur. Dans le bois de Lémo, ainsi qu’auprès des villages de la Ville-Marquer et de Brambelec, il existe de semblables restes. ANONYME, « Le château de Trécesson », Le Lycée Armoricain, Vol. 4, 1824, p. 5-9, Voir en ligne. page 305

Alfred Fouquet en 1853

Alfred Fouquet (1810-1875) mentionne quatre dolmens ruinés situés sur la commune d’Augan, dont un dolmen près du « vallon de Saint-Couturier » qui est très certainement celui de Roherman. Dans son inventaire des antiquités celtiques du Morbihan, paru en 1853, il classe ces mégalithes dans la catégorie de la peuplade des forêts.—  FOUQUET, Alfred, Des monuments celtiques et des ruines romaines dans le Morbihan, Vannes, A. Caudéran, libraire éditeur, 1853, Voir en ligne. page 110 —

Louis Rosenzweig en 1863

Louis Rosenzweig (1830-1884) dresse un inventaire des sites archéologiques du Morbihan, classant les monuments mégalithiques dans l’époque celtique. Il mentionne deux sites en limite du massif forestier de Paimpont : les débris d’une roche aux fées à proximité du « vallon de Saint-Couturier » en Augan et près du village de Brambelec en Campénéac.

AUGAN. Ép. celtique. Près de la grotte de Saint-Couturier, débris d’une roche-aux-fées (C. I). — Autres semblables dans le bois de Lémo et auprès du village de la Ville-Marquer (ibid.). ROSENZWEIG, Louis Théophile, Répertoire archéologique du département du Morbihan, Paris, Imprimerie royale, 1863, Voir en ligne. page 151

L'allée couverte de Roherman vers 1920
L’allée couverte de Roherman vers 1920

Le marquis de Bellevüe en 1913

Le marquis de Bellevüe, qui réalise un inventaire des mégalithes du Camp de Coëtquidan en 1913, mentionne l’allée couverte sous ses deux noms :

Le dolmen de Roherman, dit communément « Niche à Gobineau », (« Gabineau est en Bretagne un des surnoms du diable ») est situé à trois kilomètres au Nord-Est du bourg d’Augan, au bord de la route de Beignon ; sur un tertre planté de quelques châtaigniers, entre le manoir de Roherman et le château du Bois-du-Loup. Il est orienté de l’Est à l’Ouest et est ouvert à l’Est. Il est assez bien conservé et formé de grandes pierres plates de schiste rougeâtre, fichées dans le sol, recouvertes d’autres pierres, posées sur la largeur. Il mesure encore 8 mètres de long, sur trois mètres de large ; mais il devait avoir autrefois de plus vastes proportions [...] Près de ce dolmen, à 300 mètres au Nord, est la vallée et la grotte de Saint-Couturier, [...] BELLEVÜE, Xavier de, Le camp de Coëtquidan, Rééd. 1994, Rennes, La Découvrance, 1913. [pages 279-280]

Xavier de Bellevüe indique la découverte d’un trésor de l’Âge du Bronze dans l’allée couverte :

Vers 1850, M. Adolphe des Clos de la Fouchais, châtelain du Bois-du-Loup, en compagnie de M. Daniélo, curé de Guer, fit exécuter des fouilles qui mirent au jour beaucoup de petites haches de Bronze et un beau couteau en silex (celt), qui fut emporté par M. Landormi, agent-voyer à Ploërmel.Bellevüe, Xavier Marquis de (1913), op. cit., p.280

L’allée couverte et l’archéologie contemporaine

Niche à Gobineau - 7 décembre 2016

L’allée couverte, qui n ’a été l’objet d’aucune fouille archéologique, apparait dans plusieurs études contemporaines dont un inventaire des sites mégalithiques du Pays de Guer :

Brambelay (Campénéac) ; Roherman, dite « niche à Gobineau » (Augan).
Ces deux monuments sont à la limite du camp militaire en dehors des zones de tir. Cependant, sur notre intervention, l’autorité militaire les a protégés des exercices de Génie, par un entourage de barbelés. Roherman a failli être rasé il y a quelques années, lors de la percée d’une route. MOLAC, Roger et CAHIERRE, R., « Le mégalithisme du pays de Guer. Inventaire des mégalithes », Bulletin de la Société Polymathique du Morbihan, Vol. 105, 1978, p. 7-16, Voir en ligne. page 15

Plan de l'allée couverte de Roherman

Elle est mentionnée par l’archéologue Philippe Gouezin dans un inventaire mégalithique de 1994 :

Ce Monument se trouve à l’intérieur du camp de Coëtquidan et jouxte dangereusement le bord d’une carrière abandonnée. Quelques supports et dalles de couverture commencent à glisser sur la pente de la carrière. L’allée couverte a une longueur approximative de 7,00 m pour une largeur de 1,20 m. D’une architecture classique, ses supports semblent, à l’origine, légèrement arc-boutés. Orientée NO-SE, tous les éléments qui la composent sont en schiste rouge. Quatre supports sont visibles à l’est, quatre à l’ouest ainsi que trois dalles de couverture. GOUEZIN, Philippe, Les mégalithes du Morbihan intérieur : des landes de Lanvaux au Nord du département, Rennes, Institut Culturel de Bretagne - Skol-uhel ar vro - Laboratoire d’anthropologie - Préhistoire (U.P.R. 403 C.N.R.S.) Université de Rennes I, 1994. [pages 39]

L'allée couverte de Roherman

Bibliographie

BELLEVÜE, Xavier de, Le camp de Coëtquidan, Rééd. 1994, Rennes, La Découvrance, 1913.

ANONYME, « Le château de Trécesson », Le Lycée Armoricain, Vol. 4, 1824, p. 5-9, Voir en ligne.

FOUQUET, Alfred, Des monuments celtiques et des ruines romaines dans le Morbihan, Vannes, A. Caudéran, libraire éditeur, 1853, Voir en ligne.

GOUEZIN, Philippe, Les mégalithes du Morbihan intérieur : des landes de Lanvaux au Nord du département, Rennes, Institut Culturel de Bretagne - Skol-uhel ar vro - Laboratoire d’anthropologie - Préhistoire (U.P.R. 403 C.N.R.S.) Université de Rennes I, 1994.

GUYOT-JOMARD, Alexandre, « L’abbé Mahé », Bulletin mensuel de la société polymathique du Morbihan, Vol. 34, 1891, p. 54-73, Voir en ligne.

MAHÉ, chanoine Joseph, Essai sur les antiquités du département du Morbihan, Vannes, Galles aîné, 1825, Voir en ligne.

MOLAC, Roger et CAHIERRE, R., « Le mégalithisme du pays de Guer. Inventaire des mégalithes », Bulletin de la Société Polymathique du Morbihan, Vol. 105, 1978, p. 7-16, Voir en ligne.

MAROT, abbé Pierre et HÉLIGON, abbé Joseph Judicaël, « Notes de l’abbé Marot », Bulletin de la Société Polymathique du Morbihan, 1907, p. 275-302, Voir en ligne.

ROSENZWEIG, Louis Théophile, Répertoire archéologique du département du Morbihan, Paris, Imprimerie royale, 1863, Voir en ligne.


↑ 1 • Appellation sous laquelle le chanoine désigne un coffre mégalithique