aller au contenu

Le chêne d’Artus en Concoret

Un arbre remarquable

Le chêne d’Artus est un arbre remarquable situé dans le parc du château de Comper à Concoret.

Le nom du chêne

Le chêne d’Artus est un chêne pédonculé (Quercus robur) mentionné pour la première fois en 1992 par Jacky Ealet. La description précise permet de l’identifier sans erreur même si le chêne ne porte pas encore de nom au moment de cette publication.

Avec une once de curiosité, on s’aperçoit qu’à Comper un chêne peut en cacher un autre. En contrebas de la digue, près des fondations du château à l’entrée des douves, un énorme chêne déploie derrière un rideau de broussaille ses branches maitresses... et se dissimule sous le feuillage. Le tronc s’est épanoui contre le flanc du rocher dont il a épousé les formes : étrange union de l’arbre et de la pierre liés, semble-t-il, comme Merlin et Viviane dans ses amours éternelles.

EALET, Jacky, « Les gardiens du temps qui passe », La Gacilly, Artus, 1992, p. 29-32. [page 31]

Le chêne d’Artus doit son nom à la présence du Centre de l’Imaginaire Arthurien au château de Comper depuis 1989. Le chêne le plus remarquable du parc du château est associé au domaine arthurien et prend le nom d’Artus qui est une autre écriture d’Arthur.

Le chêne d'Artus en Concoret en 1991
Le chêne d’Artus en Concoret en 1991
Jean-Claude Fichet

Le chêne est cité sous le nom de chêne d’Artus par Philippe Le Guillou en 1995. Il est photographié dans le même ouvrage par Yvon Boëlle —  LE GUILLOU, Philippe et BOËLLE, Yvon, Brocéliande, Rennes, Ouest-France, 1995. [pages 94-95]  —

Un arbre remarquable

Ce chêne est répertorié sous le label Arbre remarquable dans l’inventaire départemental du Morbihan de 2000, sous le nom de « chêne du château de Comper » : (hauteur 27 mètres ; circonférence 7 mètres ; diamètre de la houppe 30 mètres ; âge plus de 300 ans.)

À Concoret toujours, mais dans le parc du château de Comper, un chêne âgé de plus de trois siècles se pose en gardien de la vieille forêt. Peu visible dans son vallon, il jaillit d’un chaos rocheux au pied de la digue de l’étang. Il n’a presque pas de tronc, se divisant en sept branches maitresses dont chacune ferait déjà un gros arbre.

CONSEIL GÉNÉRAL DU MORBIHAN, Arbres remarquables en Morbihan, Conseil Général du Morbihan, 2000, 56 p. [page 31]

Il est à nouveau mentionné dans l’inventaire départemental de 2002 avec le même texte et les mêmes mensurations.—  CONSEIL GÉNÉRAL DU MORBIHAN, Arbres remarquables en Morbihan, 3e édition, Conseil général du Morbihan, 2002. [page 55] —

En 2005, il est photographié par Olivier Hamery sous le nom de « chêne du château de Comper ».

Chêne d'Artus à Comper
Chêne d’Artus à Comper
Photographie page 100 d’Arbres remarquables de Bretagne publié en 2005
Olivier Hamery

Plus que tricentenaire, ce chêne présente une curieuse silhouette. Il pousse à même le roc et son tronc très court et fort et large se divise aussitôt en un bouquet de très grosses branches. Situé dans un creux en contrebas de la digue de l’étang, l’arbre cherche la lumière comme en témoigne son immense houppier de plus de trente mètres.

HAMERY, Olivier, Arbres remarquables de Bretagne, Plomelin, Editions Palantines, 2005, 173 p. [pages 100-101]

Absent de la sélection de l’inventaire départemental de 2014, il est répertorié dans l’inventaire régional de 2015, (6,9 mètres de circonférence, 30 mètres d’envergure)—  JÉZÉGOU, Mickaël et MAISON DE LA CONSOMMATION ET DE L’ENVIRONNEMENT, Arbres remarquables en Bretagne, Mèze, Biotope, 2015, (« Les cahiers naturalistes de Bretagne »). —

Il est enfin mentionné sur le site Arbres remarquables en Bretagne (hauteur : 20 m ; envergure : 30 m ; circonférence : 6,90 m ; âge : 500 ans).

Chêne situé dans le parc du château de Comper. Le roi Arthur aurait été enterré dessous.

Cette évocation fantaisiste fait peut-être référence au poisson du 1er avril 2015 de l’Encyclopédie de Brocéliande.

Le chêne d'Artus en Concoret
Le chêne d’Artus en Concoret
Photographie de la fiche 1510 du site Arbres remarquables en Bretagne.

Bibliographie

CONSEIL GÉNÉRAL DU MORBIHAN, Arbres remarquables en Morbihan, Conseil Général du Morbihan, 2000, 56 p.

CONSEIL GÉNÉRAL DU MORBIHAN, Arbres remarquables en Morbihan, 3e édition, Conseil général du Morbihan, 2002.

EALET, Jacky, « Les gardiens du temps qui passe », La Gacilly, Artus, 1992, p. 29-32.

HAMERY, Olivier, Arbres remarquables de Bretagne, Plomelin, Editions Palantines, 2005, 173 p.

JÉZÉGOU, Mickaël et MAISON DE LA CONSOMMATION ET DE L’ENVIRONNEMENT, Arbres remarquables en Bretagne, Mèze, Biotope, 2015, (« Les cahiers naturalistes de Bretagne »).

KEMPA, Daniel et BERTHIER, Emmanuel, Les arbres remarquables du Morbihan, Département du Morbihan, 2014.

LE GUILLOU, Philippe et BOËLLE, Yvon, Brocéliande, Rennes, Ouest-France, 1995.

MAISON DE LA CONSOMMATION ET DE L’ENVIRONNEMENT, « Arbres remarquables en Bretagne », 2017, Voir en ligne.