aller au contenu

Les Trois Roches de Trébran

Un alignement de menhirs de Concoret

Les Trois Roches de Trébran sont trois blocs de poudingue situés en bordure de l’ancienne voie romaine Corseul-Rieux (aujourd’hui D. 773) sur la commune de Concoret.

Première mention des trois Roches de Trébran

La première mention du site mégalithique apparait dans le manuscrit de l’abbé Guillotin, prêtre réfractaire à Concoret durant la Révolution.

On présume que les moines de Saint-Méen avaient élevé un monument de piété à l’endroit qu’on nomme les trois Roches proche Trébran, attendu que ces trois grosses pierres étaient propres à rappeler le mystère de la Sainte Trinité, et qu’ils avaient une espèce d’ermitage au lieu que l’on nomme la Clôture qui devint une propriété du château de Comper GUILLOTIN, abbé Pierre-Paul, « Registre de l’abbé Guillotin », Concoret, 1791-1800.

Les trois roches ont pu être l’objet de cultes qui n’étaient pas du goût des moines de l’abbaye de Saint-Méen. Ce site mégalithique aurait été christianisé, comme le mentionnent les traditions populaires rapportées par l’abbé Guillotin.

Les Trois Roches de Trébran

La mention des mégalithes par Félix Bellamy en 1896

Le site mégalithique est largement décrit par Félix Bellamy :

On les appelle les Trois Roches de Trébran. Elles sont toutes trois gisantes sur le sol, l’une à plat, les deux autres de champ ; elles sont sur un même alignement qui mesure trente-deux pas (environ 24 mètres) entre les extrémités les plus éloignées. La pierre couchée à plat est à l’un des bouts, l’intermédiaire est à peu près à égale distance des deux extrêmes. Ces trois pierres sont bien plus grosses que celles des Champs Morgan. Elles sont fort irrégulières dans leur forme, ce qui empêche d’en prendre des mesures exactes. Voici cependant des indications. Pierre à plat : longueur 4m 60, largeur 2m 60, épaisseur à un bout, 0m 95, c’est la plus grosse. Pierre intermédiaire : longueur 4m 38, largeur 1m 60, épaisseur moyenne, 1m 50. Enfin, la troisième : longueur 2m 85, largeur 1m 25, épaisseur, 1m 10. Ces pierres recouvertes de pictogrammes m’ont semblé un poudingue rouge, avec grains de quartz blanc, tandis que le roc du sous-sol aux environs est schiste rouge ou grès schisteux rouge.Ces blocs gênent le maitre de la pâture, qui regrette bien de ne pouvoir les jeter par dessus la haie dans le champ du voisin ; et, d’un autre côté, elles tentent l’administration. Il faut donc s’attendre à ce qu’on les fasse éclater par la mine quelque jour, pour en émietter les quartiers en mauvais macadam sur la route voisine. Ces trois pierres sont : ou bien les matériaux premiers d’un monument qui devait être construit ; ou bien elles sont les derniers vestiges d’un monument détruit. BELLAMY, Félix, La forêt de Bréchéliant, la fontaine de Berenton, quelques lieux d’alentour, les principaux personnages qui s’y rapportent, Vol. 1, Rennes, J. Plihon & L. Hervé, 1896, Voir en ligne. page 175

Félix Bellamy relate la légende des Trois Roches déposées à Trébran par une vieille femme :

Elles furent apportées, disent les gens, par une vieille femme qui en avait une sur le dos et une sous chaque bras, et qui les laissa tomber là où elles sont, et d’où personne ne les a bougées depuis.Bellamy, Félix (1896), vol. 1, p.175 (Voir en ligne))

L’érudit de Brocéliande fait le lien entre cette légende et celle similaire qui est attachée aux Trois Roches des Champs Morgan situées près de la Saudraie en Mauron.

Les Trois Roches et l’archéologie contemporaine

En l’absence d’étude archéologique, l’identification et la datation de cet ensemble mégalithique est difficile à préciser. S’agit-il d’un ensemble de menhirs couchés transformés en tombes individuelles à l’Âge du Bronze comme le suggère l’archéologue Jacques Briard ?

Les trois gros blocs appelés les Trois Roches de Trébran à Concoret sont peut-être aussi des blocs d’un alignement qui a été couché pour recouvrir des fosses funéraires. Elles sont encore orientées nord-sud. Elles ont été malheureusement explorées en sape, ce qui a détruit les possibles traces de fosses sous-jacentes. Mais là il n’y a pas de caveau construit, alors que l’on a en Bretagne (Tombe de Saint-Ouarno à Langoelan, Morbihan) des exemples de petites tombes en fosses recouvertes d’une dalle assez importante. BRIARD, Jacques, Mégalithes de Haute-Bretagne. Les monuments de la forêt de Brocéliande et du Ploërmelais, structure, mobilier, environnement, Vol. 23, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 1989. [page 35]

JPEG - 511.4 ko
Les Trois Roches de Trébran (montage)

Jacques Briard mentionne cependant la difficulté d’établir des hypothèses crédibles en l’absence de fouilles archéologiques :

Si certains blocs couchés sont des menhirs comme celui proche de l’allée couverte de Saint-Méen à la Chapelle-Caro, d’autres sont plus difficiles à interpréter comme la Pierre des Hindrés à Paimpont, alias le Tombeau de la Duchesse d’Angoulême, où les Trois Grosses Dalles de Trébran à Concoret, alignement typique ou succession de trois tombes en fosses sous dalles, curieusement orientées nord-sud comme la majorité des alignements de la région.Briard, Jacques (1989). op. cit., p. 107

L’archéologue Philippe Gouezin, autre spécialiste à donner une description contemporaine des Roches de Trébran, demeure quant à lui circonspect sur l’origine de ces mégalithiques :

Le lieu-dit « Les Trois-Roches » indiquées sur les cartes I.G.N. comme étant des menhirs correspondent plutôt à un ensemble de roches naturelles. GOUEZIN, Philippe, Les mégalithes du Morbihan intérieur : des landes de Lanvaux au Nord du département, Rennes, Institut Culturel de Bretagne - Skol-uhel ar vro - Laboratoire d’anthropologie - Préhistoire (U.P.R. 403 C.N.R.S.) Université de Rennes I, 1994. [page 55]


Bibliographie

GUILLOTIN, abbé Pierre-Paul, « Registre de l’abbé Guillotin », Concoret, 1791-1800.

BELLAMY, Félix, La forêt de Bréchéliant, la fontaine de Berenton, quelques lieux d’alentour, les principaux personnages qui s’y rapportent, Vol. 1, Rennes, J. Plihon & L. Hervé, 1896, Voir en ligne.

BRIARD, Jacques, Mégalithes de Haute-Bretagne. Les monuments de la forêt de Brocéliande et du Ploërmelais, structure, mobilier, environnement, Vol. 23, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 1989.

GOUEZIN, Philippe, Les mégalithes du Morbihan intérieur : des landes de Lanvaux au Nord du département, Rennes, Institut Culturel de Bretagne - Skol-uhel ar vro - Laboratoire d’anthropologie - Préhistoire (U.P.R. 403 C.N.R.S.) Université de Rennes I, 1994.