aller au contenu

La Fontaine Sainte-Onenne

Processions et guérisons à la fontaine de Tréhorenteuc

La fontaine Sainte-Onenne est située à quelques centaines de mètres de l’église de Tréhorenteuc. On s’y rendait en procession avec bannière aux fêtes saintes, accompagné d’oies. Des traditions populaires collectées au 19e siècle lui attribuent le pouvoir de guérir différents maux.

Sainte Onenne est la patronne secondaire de Tréhorenteuc. Eutrope, évêque de Saintes (Charente-Maritime), est d’après la tradition locale le premier saint de la paroisse. Considérée comme une des sœurs du roi Judicaël, Onenne aurait eu une existence historique à la fin du 6e ou au début du 7e siècle. Son culte n’est attesté que dans la seule paroisse de Tréhorenteuc où l’église et une fontaine lui sont dédiées. Onenne possédait aussi son tombeau dans l’église, trois statues ainsi qu’une bannière portée lors de processions à la fontaine.

La fontaine Sainte-Onenne

La fontaine Sainte-Onenne est située à quelques centaines de mètres de l’église de Tréhorenteuc, dans un champ à l’orée du bourg, proche les Mazeries. Sigismond Ropartz la résume à un trou garni de maçonnerie..—  ROPARTZ, Sigismond, « Pèlerinage archéologique au tombeau de sainte Onenne », Revue de Bretagne et de Vendée, Vol. 10 / deuxième semestre, 1861, Voir en ligne. page 212 —. Félix Bellamy, comme à son habitude, nous en donne une description plus détaillée :

La source est profondément encaissée ; on y descend par un escalier de huit ou neuf marches resserré entre deux hautes murailles qui maintiennent les terres. Dans la muraille de face est ménagée une niche décorée d’une statuette de la Vierge, et une croix de granit domine le monument. Quant au liquide qui dort au fond de cet antre ténébreux, son aspect n’est pas bien engageant, au contraire. Qui se résigne à en boire me semble accomplir un acte de mortification bien méritoire. BELLAMY, Félix, La forêt de Bréchéliant, la fontaine de Berenton, quelques lieux d’alentour, les principaux personnages qui s’y rapportent, Vol. 1, Rennes, J. Plihon & L. Hervé, 1896, Voir en ligne. page 190

Fontaine Sainte-Onenne

Les processions dédiées à sainte Onenne

Ces processions ont lieu entre l’église de Tréhorenteuc et la fontaine. Elles se déroulent à des dates qui varient selon les auteurs. D’après le chanoine Garaby, la sainte est célébrée le 30 avril —  GARABY, abbé Malo-Joseph de, Vie des bienheureux et des saints de Bretagne, pour tous les jours de l’année, Saint-Brieuc, 1839, Voir en ligne. page 445 — mais aussi le 1er octobre, comme sa sœur sainte Eurielle.— Garaby, Malo-Joseph de (1839). op. cit., p. 235 (Voir en ligne) —

Pour l’abbé Tresvaux, le culte de sainte Onenne a lieu chaque année au mois de mai, au moment des Rogations et de la Fête Dieu. —  LOBINEAU, Dom Guy-Alexis et TRESVAUX, abbé François-Marie, Les vies des saints de Bretagne et des personnes d’une éminente piété qui ont vécu dans cette province, Vol. 2, Nouvelle édition, Paris, chez Méquignon junior, 1836, Voir en ligne. page 117 —

Selon Sigismond Ropartz, les paroissiens se regroupaient derrière leur bannière, accompagnés par des oies :

Le sacristain nous a expliqué qu’avant la Révolution, une cane avec ses halbrans ne manquait jamais de précéder dévotement la procession qui, le jour de la fête patronale se fait autour d’un champ, voisin de l’église et où est la fontaine de sainte Onenne. Cette tradition est un plagiat évident de la célèbre cane de Montfort.Ropartz, Sigismond (1861). op. cit., p.211 (Voir en ligne)

Les oies n’ont pas toujours été présentes à la procession. L’abbé Le Claire en donne une des raisons :

Autrefois, les canes de la légende accompagnaient les fidèles, mais depuis le jour où les seigneurs de Rue-Neuve tirèrent sur elles, elles se réfugièrent dans un endroit secret et on ne les a pas revues (Propos de la femme Math. Petremoul de Folle-Pensée, en Paimpont1 LE CLAIRE, abbé Jacques-Marie, « Au pays de Tréhorenteuc : découverte de ruines gallo-romaines et chrétiennes », Bulletin Archéologique de l’Association Bretonne, Vol. 39, 1927, p. 61-73, Voir en ligne. page 68

L’abbé Gillard, qui rétablit la procession interrompue de sainte Onenne, précise qu’elle avait lieu au cours du pardon du 15 août, jour de l’Assomption de Marie. L’abbé donne une interprétation personnelle de la légende, témoignant qu’en 1957, quatre oies se sont à nouveau associées à sa bannière lors de la procession :

Le 15 août 1957, elles étaient quatre de la partie. A plusieurs reprises on a cherché à les chasser. Elles sont quand même, avec les gens, arrivées à destination. Pendant le sermon, elles se sont arrêtées et couchées sur le sol. Mais la procession reprenant sa marche, deux d’entre elles se sont placées derrière la croix, marchant l’une derrière l’autre, tandis que les deux dernières restaient en queue de procession et se tenaient côte à côte. Que faut-il en conclure ? C’est que l’histoire des oies est fondée sur des faits et que c’est sur ces faits que s’est basé l’artiste qui a fait la bannière. GILLARD, abbé Henri, Le recteur de Tréhorenteuc : Tréhorenteuc-Comper-Paimpont, Josselin, abbé Roussel, 1955. [pages 28]

La procession à la fontaine Sainte-Onenne, après avoir, à nouveau, été interrompue a été rétablie à partir des années 1990 par l’Association de Sauvegarde des Œuvres de l’abbé Gillard—  EALET, Jacky, Tréhorenteuc en Brocéliande, Les oiseaux de papier, 2008. [page 36] —.

La procession à la fontaine Sainte-Onenne

Traditions de guérisons à la fontaine au 19e siècle

On se rend à la fontaine Sainte-Onenne, pour se laver les yeux par dévotion.—  LOBINEAU, Dom Guy-Alexis et TRESVAUX, abbé François-Marie, Les vies des saints de Bretagne et des personnes d’une éminente piété qui ont vécu dans cette province, Vol. 2, Nouvelle édition, Paris, chez Méquignon junior, 1836, Voir en ligne. page 118 — Un autre auteur précise le rituel de guérison :

Elles est l’objet d’un culte très suivi. Les mères y vont en pèlerinage et versent quelques gouttes d’eau de la source sur les paupières de leurs enfants malades. HERPIN, Eugène, « Coutumes et traditions du pays de Ploërmel », Revue des traditions populaires, Vol. 14 / 4, 1899, p. 236-238, Voir en ligne. page 237

Une autre croyance populaire, attestée au 19e siècle, donne à la fontaine le pouvoir de guérir les fièvres :

Dans la fontaine Sainte-Onène, on mouille la chemise des fiévreux et on la leur fait prendre toute humide. LAURENT, Pierre, « Traditions et superstitions du Morbihan : Notes de l’abbé Marot (1838) », Revue des traditions populaires, Vol. 24 / 11, 1909, p. 429-432, Voir en ligne. page 429

M. Le Douarain, maire d’Augan, dans une lettre datée du 18 février 1826, à l’abbé Mahé, rapporte un dialogue qui évoque ces croyances :

Nous étions assis en famille autour du feu ; une fille de 30 à 40 ans entre. « Madame, permettez-moi d’aller demain à la fontaine de Tréhorenteuc pour guérir ma fièvre. - Va ma fille. » - C’est une superstition dis-je. - Non, mon fils, il y a un saint dans la fontaine. Elle n’en sait pas si long et je l’appelle. Que ferez vous à la fontaine de Tréhorenteuc pour vous guérir ? - Je ferais le tour à genouil trois fois en disant des Pater et des Ave. Vois-tu, mon fils ? Chut. - Qui vous guérira ? - C’est la fontaine. - Ma fille, c’est le saint qui est dedans que tu dois invoquer. Ma fine, je n’en savais rien ! LAURENT, Pierre, « Traditions et superstitions du Morbihan : Lettres de M. Le Douarain à M. l’abbé Mahé », Revue des traditions populaires, Vol. 24 / 11, 1909, p. 427-428, Voir en ligne. page 428


Bibliographie

BELLAMY, Félix, La forêt de Bréchéliant, la fontaine de Berenton, quelques lieux d’alentour, les principaux personnages qui s’y rapportent, Vol. 1, Rennes, J. Plihon & L. Hervé, 1896, Voir en ligne.

EALET, Jacky, Tréhorenteuc en Brocéliande, Les oiseaux de papier, 2008.

GARABY, abbé Malo-Joseph de, Vie des bienheureux et des saints de Bretagne, pour tous les jours de l’année, Saint-Brieuc, 1839, Voir en ligne.

GILLARD, abbé Henri, Le recteur de Tréhorenteuc : Tréhorenteuc-Comper-Paimpont, Josselin, abbé Roussel, 1955.

HERPIN, Eugène, « Coutumes et traditions du pays de Ploërmel », Revue des traditions populaires, Vol. 14 / 4, 1899, p. 236-238, Voir en ligne.

LAURENT, Pierre, « Traditions et superstitions du Morbihan : Lettres de M. Le Douarain à M. l’abbé Mahé », Revue des traditions populaires, Vol. 24 / 11, 1909, p. 427-428, Voir en ligne.

LAURENT, Pierre, « Traditions et superstitions du Morbihan : Notes de l’abbé Marot (1838) », Revue des traditions populaires, Vol. 24 / 11, 1909, p. 429-432, Voir en ligne.

LE CLAIRE, abbé Jacques-Marie, « Au pays de Tréhorenteuc : découverte de ruines gallo-romaines et chrétiennes », Bulletin Archéologique de l’Association Bretonne, Vol. 39, 1927, p. 61-73, Voir en ligne.

LOBINEAU, Dom Guy-Alexis et TRESVAUX, abbé François-Marie, Les vies des saints de Bretagne et des personnes d’une éminente piété qui ont vécu dans cette province, Vol. 2, Nouvelle édition, Paris, chez Méquignon junior, 1836, Voir en ligne.

ROPARTZ, Sigismond, « Pèlerinage archéologique au tombeau de sainte Onenne », Revue de Bretagne et de Vendée, Vol. 10 / deuxième semestre, 1861, Voir en ligne.


↑ 1 • Peut-être le texte de l’abbé Le Claire suggère-t-il que ce sont les seigneurs protestants du manoir de Rue-Neuve qui, en tirant sur les canes, ont interrompu la procession.