aller au contenu

Le hêtre de Ponthus

Un arbre remarquable de la forêt de Paimpont

Le hêtre de Ponthus, situé en forêt privée de Paimpont, est classé en tant qu’arbre remarquable.

Première mention

En 1896, Félix Bellamy est le premier auteur à mentionner l’existence du hêtre de Ponthus marquant l’emplacement des ruines d’un château légendaire.

Un gros hêtre que l’on a épargné aux dernières coupes, et qui est à quelques pas à gauche du chemin, permet, tant que le taillis n’aura pas grandi, de reconnaître l’emplacement de Ponthus. Plusieurs promeneurs ont gravé leur nom sur la franche écorce de l’arbre, attestant par là que ce lieu est encore assez mémorable pour qu’ils se soient donné la peine de le chercher et d’y venir. C’est comme le livre où les voyageurs sont priés d’inscrire leur nom et leurs impressions lorsqu’ils viennent visiter un monument célèbre. Ce bel arbre fut peut-être semé par une main prévoyante au milieu de ruines encore considérables, pour qu’il marquât dans les siècles futurs le lieu de ce qui venait d’être la Forteresse, la Tour de Ponthus. Et tandis que la graine germait, devenait avec le temps frêle arbrisseau puis arbre robuste ; et que celui-ci, continuant de croître fort et plein de sève, enfonçait profondément de solides racines, s’élevait en hauteur et étalait au large sa puissante ramure, autour de lui, d’année en année, les murs altiers du château maudit s’écroulaient et s’arasaient avec le sol ; leurs débris eux-mêmes déchus, dispersés, sans garder témoignage de l’emploi dont ils avaient été trouvés dignes, restent confondus avec le caillou, sorti de sous terre, sans histoire, auquel personne en passant ne daigne accorder un regard ; ou bien emportés pierre à pierre pour de nouvelles destinées, sont allés cacher leur misère dans les murs d’humbles logis de village. Mais le Hêtre de Ponthus vit et prospère ; il persiste là, à travers les temps comme un gardien fidèle dont le devoir est d’indiquer le lieu du mystérieux château au visiteur qui s’est mis en quête de ses ruines.

BELLAMY, Félix, La forêt de Bréchéliant, la fontaine de Berenton, quelques lieux d’alentour, les principaux personnages qui s’y rapportent, Vol. 2, Rennes, J. Plihon & L. Hervé, 1896, Voir en ligne. page 168

Mentions contemporaines

L’Association des Amis du Moulin du Châtenay a été, au début des années quatre vingts, pionnière dans son intérêt pour les arbres remarquables. Jacky Ealet a notamment écrit dans la revue de l’association un article qui mentionne quelques arbres remarquables dont le hêtre de Ponthus. —  EALET, Jacky, « Les seigneurs de la forêt », Le Châtenay - Journal de l’Association des Amis du Moulin du Châtenay, Mai, 1984, p. 9-12. —

A songer à toutes les légendes de la Table Ronde et à cheminer dans tous les lieux de Brocéliande qui en forment le décor, on se retrouve forcément où l’on se perd... au-dessus de Barenton. Alors on pénètre dans le domaine tenu par le chevalier noir. On recherche un château énigmatique, on trouve encerclé par des sapins un hêtre qui peut paraitre de modeste importance en comparaison de tous les arbres que nous venons de décrire (3,90 m), mais que l’imagination et l’endroit font paraitre beaucoup plus gros. Qui a pu, mieux que Bellamy exprimer par les mots ce à quoi chacun d’entre nous, amoureux de la forêt avons pu songer en le regardant.

EALET, Jacky, « Les seigneurs de la forêt », Le Châtenay - Journal de l’Association des Amis du Moulin du Châtenay, Mai, 1984, p. 9-12. [page 12]
Le hêtre de Ponthus en 2013
Le hêtre de Ponthus en 2013
Guy Larcher

La notion d’Arbre remarquable apparait dans les années 1990. Le hêtre de Ponthus est mentionné dans un article de la revue de l’Écomusée de Montfort-sur-Meu de 1992, prélude au premier inventaire des Arbres remarquables d’Ille-et-Vilaine.

Indiqué sur les cartes d’État Major. Moins imposant que les deux géants précédents [Hêtre de la Gelée et Hêtre de Roche Plate] (4 mètres de circonférence) mais mieux proportionné. Vous pourrez vous y rendre en partant du village de Folle Pensée. Il y a quelques années, il dominait tout le secteur, mais il est aujourd’hui cerné d’épicéas à croissance rapide, et risque de mourir faute de lumière... Malgré son tronc moussu et ses branches basses sénescentes, il étale encore fièrement sa superbe ramure. A son pied, il ne reste que quelques pierres de l’ancien château de Ponthus. [...]

RICHARD, Anne, « Arbres remarquables en pays de Montfort et de Brocéliande », Glanes en pays pourpré, 1992, p. 8-14.

Il est répertorié dans l’inventaire départemental de 1997 dans la catégorie des Arbres symboles —  AMIOT, Christophe, LEBOUC, Yves, LE BOURDELLÈS, Joël, [et al.], Arbres remarquables en Ille-et-Vilaine, Rennes, Apogée, 1997, 157 p. [page 32] —

Ses mensurations sont notées dans l’inventaire régional de 2015 (4,1 m de circonférence, 22 m d’envergure). Les ruines du château de Ponthus y sont mentionnées, ainsi qu’une invention récente : le tombeau du roi Salomon.

En forêt de Brocéliande, à Paimpont, un hêtre de 4 m de circonférence s’inscrit dans la saga arthurienne. Les quelques pierres présentes à son pied évoquent, pour certains, les vestiges de l’ancien château de Ponthus et, pour d’autres, le tombeau du roi Salomon.

JÉZÉGOU, Mickaël et MAISON DE LA CONSOMMATION ET DE L’ENVIRONNEMENT, Arbres remarquables en Bretagne, Mèze, Biotope, 2015, (« Les cahiers naturalistes de Bretagne »). [page 104]

Il a été retiré de la liste des Arbres remarquables et ne figure plus sur le site Arbres remarquables en Bretagne.

Un arbre emblématique de la forêt de Brocéliande

La forêt de Paimpont-Brocéliande compte une dizaine d’arbres remarquables, pourtant, un seul d’entre eux, le hêtre de Ponthus, est associé au légendaire arthurien. Depuis la disparition des hêtres de Rocheplate et de la Gelée, il a hérité avec le hêtre des Voyageurs de la charge symbolique d’arbre emblématique de la forêt de Brocéliande.

Carte postale du hêtre de Ponthus
Carte postale du hêtre de Ponthus

Le hêtre de Ponthus est mentionné dans l’ouvrage néodruidique de Gwenc’hlan Le Scouëzec consacré à la forêt de Brocéliande. Il y apparait comme la seule trace d’un passé prestigieux disparu.

L’arbre de Ponthus, perdu au milieu des pins, sur la hauteur qui domine la fontaine de Barenton, marque l’emplacement d’un château, qui fut celui notamment de Salomon III, roi de Bretagne. C’est un arbre superbe, établi sur la lisière d’un cercle, dont on déchiffre sur le terrain l’ordonnance effacée. Là se dressait la tour. [...] La puissance s’est évanouie, en même temps que disparaissait la tour de guet de Brocéliande. La fontaine de Barenton est devenue le lieu d’un mystère, les druides ont quitté le Moinet où ils enseignaient. Il ne reste plus rien que quelques pierres éparses et l’ombre des anciens dieux hante à peine ces lieux.

LE SCOUËZEC, Gwenc’hlan et MASSON, Jean Robert, Brocéliande, Beltan, 2002, 255 p. [pages 219-220]

Une nouvelle notion, celle d’Arbre maitre, est depuis peu venue se greffer sur ces deux arbres.—  MANGUIN, Philippe et FÉDIEU-DANIEL, Viviane, Lumières de Brocéliande, Le Colibri, 2013. —

Hêtre de Ponthus à Paimpont
Hêtre de Ponthus à Paimpont
Photographie de Lumières de Brocéliande en 2013
Philippe Manguin

L’environnement proche du hêtre a profondément été modifié ces dernières années. La plantation de conifères qui l’entourait a été exploitée et la parcelle entourée de grillage pour éviter les visites. Cette nouvelle politique a créé des tensions entre des passionnés de la forêt et le propriétaire forestier, dont le Blog de Philippe Manguin s’est fait l’écho.

Le hêtre de Ponthus en 2015
Le hêtre de Ponthus en 2015
Le hêtre de Ponthus vu depuis Concoret en 2016
Le hêtre de Ponthus vu depuis Concoret en 2016

Bibliographie

AMIOT, Christophe, LEBOUC, Yves, LE BOURDELLÈS, Joël, [et al.], Arbres remarquables en Ille-et-Vilaine, Rennes, Apogée, 1997, 157 p.

BELLAMY, Félix, La forêt de Bréchéliant, la fontaine de Berenton, quelques lieux d’alentour, les principaux personnages qui s’y rapportent, Vol. 2, Rennes, J. Plihon & L. Hervé, 1896, Voir en ligne.

EALET, Jacky, « Les seigneurs de la forêt », Le Châtenay - Journal de l’Association des Amis du Moulin du Châtenay, Mai, 1984, p. 9-12.

JÉZÉGOU, Mickaël et MAISON DE LA CONSOMMATION ET DE L’ENVIRONNEMENT, Arbres remarquables en Bretagne, Mèze, Biotope, 2015, (« Les cahiers naturalistes de Bretagne »).

RICHARD, Anne, « Arbres remarquables en pays de Montfort et de Brocéliande », Glanes en pays pourpré, 1992, p. 8-14.