aller au contenu

Les ruines de Ponthus

Une invention du 17e siècle

Le Hêtre de Ponthus est situé à proximité de la fontaine de Barenton. Selon une tradition locale, les pierres dispersées à son pied seraient les vestiges du château de Ponthus. On trouve à l’origine de cette dénomination le héros d’un roman du début du 15e siècle, Ponthus. Ce personnage est introduit en forêt par Guy XIV de Laval dans les Usements de la forêt de Brécilien rédigés en 1467. La première mention de ce château apparait au 17e siècle.

Les ruines de Ponthus

Dans la partie la plus élevée du massif forestier de Paimpont, appelée « Haute Forêt », existe un lieu nommé « Ponthus » :

À petite distance de Barenton existe, dans la forêt, un lieu qu’on appelle le Château de Ponthus, ou Tour de Ponthus, ou simplement Ponthus ; on lui donne aussi quelquefois le nom de Château de Bellanton, à cause du voisinage de la Fontaine. Mais ce que l’on sait en outre du nom est bien peu de chose.Bellamy Félix (1896) op. cit., p. 166. (Voir en ligne)

Les ruines de Ponthus

Aujourd’hui encore, il est dit que les nombreuses pierres dispersées autour d’un arbre remarquable en haute forêt, appelé Hêtre de Ponthus 1, seraient les vestiges d’un château, sans que la preuve en soit établie. Aux alentours, on trouve « la ligne de Ponthus » et « le carrefour de Ponthus ».

Guy XIV de Laval introduit Ponthus en forêt de Brécilien

En 1467, Guy XIV, comte de Laval, seigneur de Montfort, rédige une charte des Usements de la forêt de Brécilien qui réglemente les droits et devoirs respectifs des seigneurs et usagers de sa forêt. Le chapitre intitulé De la décoration de la dicte forest et des merveilles estans en ycelle met en valeur les coutumes de la forêt de Brécilien. Un nouveau personnage, Ponthus, y fait son apparition. Il s’agit du héros d’un roman dont l’auteur est anonyme et qui a pour titre Ponthus et Sidoine. Sa parution serait comprise entre la fin du 14e et le premier quart du 15e siècle. —  CRÉCY, Marie-Claude de, « Ponthus et Sydoine en Brocéliande », in Brocéliande ou le génie du lieu, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 2002, p. 179-222. — Dans un passage de ce roman, Ponthus perd l’amour de la belle Sidoine, fille du roi de petite Bretagne. Il quitte la cour, vient en forêt de Brécilien près de la « Fontaine des Merveilles » dont les prodiges permettent de l’identifier à celle de Barenton. C’est là que Ponthus dresse son pavillon et décide d’affronter chaque mardi, durant une année, les meilleurs chevaliers.

Les Usements citent nommément Ponthus. Guy XIV de Laval identifie la « Fontaine des Merveilles » décrite dans le roman à sa fontaine de Bellanton 2 Il cite deux brieux : le « breil au seigneur » et le « breil de Bellenton ».

[...] Parmi ces brieux de la forêt, il y a un breil nommé le breil au seigneur [...] Il y a également près de ce breil un autre breil nommé le breil de Bellenton et auprès de celui-ci une fontaine appelée fontaine de Bellenton, auprès de laquelle le bon chevalier Pontus fit ses armes, ainsi qu’on peut voir par le livre qui en fut composé 3. COURSON, Aurélien de, « De la décoration de la dicte forest et des mervoilles estans en ycelle. », in Cartulaire de l’Abbaye de Redon en Bretagne [832-1124], Paris, Imprimerie impériale, 1863, p. CCCLXXXVI, Voir en ligne.

En intégrant le héros de ce roman contemporain qui connait un grand succès, Guy XIV de Laval cherche à moderniser ses Usements. Il embellit ainsi l’histoire de sa forêt et la rend plus attractive. En indiquant nommément le lieu où Ponthus organise ses tournois, il fait entrer officiellement son nom dans sa forêt de Brécilien.

Ce document, cet acte qui intéressait un grand nombre de personnes de toutes conditions : seigneurs, évêques, abbés, simples paysans, etc., fut lu, relu, commenté par tous les gens qui avaient ou prétendaient avoir des droits sur les produits de la forêt, et ainsi s’insinua dans toute la contrée le nom du valeureux chevalier. Ponthus et ses joutes devinrent donc choses avérées, s’ajoutèrent à l’histoire du lieu et prirent place dans les traditions. La mémoire s’en est transmise de génération en génération, en s’altérant toutefois et devenant petit à petit un peu confuse dans l’esprit des gens. BELLAMY, Félix, La forêt de Bréchéliant, la fontaine de Berenton, quelques lieux d’alentour, les principaux personnages qui s’y rapportent, Vol. 2, Rennes, J. Plihon & L. Hervé, 1896, Voir en ligne. Page 178

Ponthus associé à l’origine de l’abbaye de Paimpont

Deux siècles après la parution des Usements, la notoriété de Ponthus 4 en forêt de Brécilien est telle qu’il est associé à l’origine de l’abbaye de Paimpont. En témoigne le texte manuscrit, rédigé vers 1650 par l’abbé Vincent Barleuf, lors de la réformation de l’abbaye Notre-Dame de Paimpont :

L’abbaye de Notre-Dame de Paimpont, […] était autrefois un hermitage, ou se retira quelque temps un vertueux personnage, qui vivoit d’aumones et entre aultres, des libéralités d’un ancien chevalier nommé Pontus dont la dicte abbaye, selon la commune tradition, a tiré son nom Panis ponti, comme qui dirait l’aumosne, ou le pain de Pontus.

Ce Pontus icy avait un chasteau basti dans la forest de Brécilien, au dioceze de Sainct-Malo, proche une fontène assés célèbre dans le païs appelée la fontène de Baranton et on voit encore une tour fort antique dans le chasteau de Comper, distant d’une lieue du dict Painpont qui s’appelle la tour de Pontus. BARLEUF, abbé Vincent, « Relation de l’Abbaye de Nostre-Dame de Painpont en Bretagne, Ordre des Chanoines réguliers de la Congrégation de France », Archives Départementales d’Ille-et-Vilaine 5 J 164, v. 1670.

Comme il est de coutume lorsqu’une réforme apparait dans le cadre d’une abbaye, ici celle de la réforme génovéfaine, Vincent Barleuf crée une nouvelle histoire des origines déjà légendaires de l’abbaye de Paimpont. Deux siècles après le comte de Laval qui l’avait utilisé dans un contexte temporel, il intègre Ponthus à l’histoire de l’abbaye.

L’abbé Barleuf interprète Panis ponti non plus comme le pain du pont suivant une logique étymologique plus probante, mais comme étant le pain de Pontus. La notoriété de Ponthus se voit ainsi intégrée dans la fondation de l’abbaye et de ce fait, dans l’origine de Paimpont.

Notons que Barleuf est aussi le premier à situer le château de Ponthus à proximité de la fontaine de Barenton. En évoquant le lieu, il donne naissance à la tradition voulant qu’il y ait eu un château de Ponthus à l’emplacement des pierres et du hêtre remarquable. Il mentionne aussi qu’une des tours du château de Comper porte le nom de « Ponthus », probablement voulu en son temps par le comte Guy XIV de Laval.

Interprétation erronée du marquis de Bellevüe

Le marquis de Bellevüe n’hésite pas à modifier le contenu du roman, créant des amalgames avec des noms propres et des noms de lieux étrangers au récit :

Pontus, dit la légende, était fils du roi de Galicie (Espagne) ; ayant, par suite d’un naufrage, aterri en Armorique, il se lia avec le seigneur de Gaël et de Brécilien, dont, après plusieurs passes d’armes ou tournois qui eurent pour théâtre « le champ clos des Tournois », il épousa la fille, la belle Sydoine. Après son mariage, il habita le vieux château de Bellanton, dit depuis « château de Pontus » et fut seigneur de la partie Nord-Ouest de la forêt de Brécilien, qui prit le nom de « Paimpont » « Pen-Ponti », capitale et fief de Pontus BELLEVÜE, Xavier de, Paimpont, Rééd. 1980, Marseille, Lafitte Reprints, 1912. [pages 153-154]

Le marquis de Bellevüe établit un lien entre Ponthus et le seigneur de Gaël, alors que ce dernier n’est même pas cité dans le roman. De surcroît, il fait jouter Ponthus dans un « champ clos des Tournois », ou « champ de bataille ». Ce lieu, aujourd’hui disparu, est aussi nommé « Camp du Tournoi ». Il s’agissait d’un espace proche de la fontaine de Barenton, délimité par un talus long d’une centaine de pas. Le marquis de Bellevüe surinterprète l’interrogation de Félix Bellamy :

[...] l’emplacement de cette sorte de cirque serait-il la lice où le bon chevalier Ponthus joutait avec honneur contre les meilleurs chevaliers de toute contrée […] Bellamy Félix (1896). op. cit., vol. 2, p. 177 (Voir en ligne)

Le marquis de Bellevüe va encore plus loin dans l’invention en faisant du château de Ponthus la résidence de Salomon qui était roi de la Bretagne à l’époque carolingienne :

Près du château de Pontus et du « champ de bataille », est un terrain, appelé encore « Jardin de Pontus », et sur l’emplacement de l’ancien château, existe un gros hêtre planté au milieu des pierres de grès et de vestiges de murailles.
Résidence au IXe siècle du roi Salomon, le château de Ponthus était dès le XIIe siècle le chef-lieu de l’une des trois prévôtés féodées de la châtellenie de Brécilien. Il est dit « ruiné par les guerres et la caducité », dans des aveux de 1467 et de 1541. Ce serait avec ses ruines et celles du prieuré de Bellanton, ou du Moinet, qu’auraient été construits en partie le village de Folle-Pensée et le château du Rox, lequel devint le chef-lieu de la prévôté féodée, qui avait son siège à Ponthus. Bellevüe Marquis de (1912). op. cit., p. 154

Tout ce qui est rapporté est sans fondement ; il s’agit d’une succession de contre-vérités n’ayant même pas l’excuse d’être présentées comme des hypothèses. Ces divagations, assénées comme vérité historique, ne servent à rien, sinon à induire le lecteur en erreur.

Une tour d’époque gallo-romaine

En 1930, l’abbé Jacques-Marie Le Claire rédige un compte-rendu des fouilles archéologiques qu’il a menées depuis 1927, sur le lieu où la tradition situe un « château de Ponthus ».

Les historiens l’appellent indifféremment : la Tour ou le Château de Ponthus ; pour les gens du pays, c’est le Château de Ponthus. LE CLAIRE, abbé Jacques-Marie, « Étude sur les "camps retranchés" gallo-romains dans la région de Mauron », Bulletin Archéologique de l’Association Bretonne, Vol. 42, 1931, p. 77-101.

Il rappelle que le nom de Ponthus n’est pas antérieur à la parution du roman de Ponthus et Sidoine entre la fin du 14e et le premier quart du 15e siècle.— Crécy, Marie-Claude de (2002) op. cit., p. 215. —,

Les ruines de Ponthus

La présence de pierres dispersées a donné lieu à diverses interprétations sur l’existence antérieure d’un château.

Ayant quelque doute cependant sur notre opinion, à cause surtout de la certitude des habitants qu’il y avait eu là un château, nous avons fait faire, le 6 juin 1927, quelques fouilles qui nous ont permis de recueillir une certaine quantité de débris de briques […] Le Claire J. (1930). op. cit., p. 100

Les éléments recueillis sont expédiés à Louis Marsille, président de la Société Polymathique du Morbihan. Après les avoir examinés, il répond dans un courrier du 28 avril 1930 quecela pourrait-être gallo-romain.

L’abbé Le Claire entreprend de nouvelles fouilles le 9 juin 1930.

[Il est trouvé une] très grande quantité de débris de briques et de poteries sous les pierres qui ne peuvent provenir que d’un éboulement et qui en tombant les ont plus ou moins écrasées […] Le Claire J. (1930). op. cit., p. 100

Pour l’abbé, les débris de tuiles, briques ou poteries recueillis dont certaines laissent apercevoir un rebord peint, sont gallo-romaines. Enfin, la présence de débris de murs dont la forme est arrondie persuade l’abbé qu’à l’époque romaine se dressait une tour à cet endroit.

Tous ces objets ont été trouvés dans un endroit qui présente une forme circulaire, avec des débris de murs, dans un espace de trois à quatre mètres de superficie. […] le terrain fouillé laisse apercevoir des traces de terre cuite, rouge et d’une pureté parfaite. En certains endroits, on voit toute la brique entière, mais qui tombe en miettes dès qu’on y a touché […]Le Claire, J. (1930). op.cit., p. 100-101

Lors des fouilles, l’abbé constate que la structure au sol laisse entrevoir que la tour se trouvait au centre d’une ligne bien déterminée par de grosses pierres plus ou moins polies des deux côtés dont quelques-unes peuvent bien peser 1000 kilos. Après avoir précisé que ces restes de pierres ne ressemblent en rien à des blocs épars que l’on rencontre par ailleurs en forêt, il ajoute que l’ensemble de l’ouvrage gallo-romain devait avoir environ 60 mètres de diamètre. La situation élevée du lieu amène l’abbé à voir à cet endroit se dresser une forteresse romaine admirable, placée pour surveiller tout le pays et protéger les colons romains indigènes.
L’abbé se laisse emporter par sa passion en prêtant au lieu plus que les fouilles ne le révèlent. Il est persuadé que les pierres de cette tour ont été démontées en grande partie pour la construction des habitations. Il prend à témoin la tradition locale qui veut qu’elles auraient été récupérées pour bâtir le château du Rox et le village de Folle-Pensée.

Le décès en juillet 1930 de l’abbé Le Claire met fin à la poursuite des recherches. Aucune fouille archéologique n’a été entreprise depuis cette date.


Bibliographie

BARLEUF, abbé Vincent, « Relation de l’Abbaye de Nostre-Dame de Painpont en Bretagne, Ordre des Chanoines réguliers de la Congrégation de France », Archives Départementales d’Ille-et-Vilaine 5 J 164, v. 1670.

BELLAMY, Félix, La forêt de Bréchéliant, la fontaine de Berenton, quelques lieux d’alentour, les principaux personnages qui s’y rapportent, Vol. 2, Rennes, J. Plihon & L. Hervé, 1896, Voir en ligne.

BELLEVÜE, Xavier de, Paimpont, Rééd. 1980, Marseille, Lafitte Reprints, 1912.

COURSON, Aurélien de, « En suivent les usemens et coustumes de la forest de Brécelien, et comme anciennement elle a esté troictée et gouvernée », in Cartulaire de l’Abbaye de Redon en Bretagne [832-1124], Paris, Imprimerie impériale, 1863, p. CCCLXXII à CCCXCI, Voir en ligne.

CRÉCY, Marie-Claude de, « Ponthus et Sydoine en Brocéliande », in Brocéliande ou le génie du lieu, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 2002, p. 179-222.

FONTENAY, Harold de et VALLET DE VIRIVILLE, Auguste, « Notice sur un jeu de cartes inédit du temps de Louis XII », Bibliothèque de l’école des chartes, Vol. 27 / 1, 1866, p. 2-4, Voir en ligne.

LE CLAIRE, abbé Jacques-Marie, « Étude sur les "camps retranchés" gallo-romains dans la région de Mauron », Bulletin Archéologique de l’Association Bretonne, Vol. 42, 1931, p. 77-101.

PUTON, Alfred, « Usages, anciennes coutumes et administrations de la forêt de Brécilien. De ceux qui ont droit d’usage et droit de prendre du bois dans cette forêt pour leurs besoins nécessaires. », in Coutume de Brécilien. Titres, jugements et arrêts concernant les usages de Paimpont et Saint-Péran, Nancy, Imprimerie E. Réau, 1879, p. 1-30, Voir en ligne.


↑ 1 • Ce lieu se trouve dans la partie privée de la forêt de Paimpont qui est fermée au public

↑ 2 • Bellanton ou Bellenton est une des façons dont était orthographié Barenton.

↑ 3 • Traduction du texte original en français moderne par Alfred Puton. PUTON, Alfred, « Usages, anciennes coutumes et administrations de la forêt de Brécilien. De ceux qui ont droit d’usage et droit de prendre du bois dans cette forêt pour leurs besoins nécessaires. », in Coutume de Brécilien. Titres, jugements et arrêts concernant les usages de Paimpont et Saint-Péran, Nancy, Imprimerie E. Réau, 1879, p. 1-30, Voir en ligne.

↑ 4 • La célébrité de Ponthus se trouve également en dehors de la Bretagne. Au 19e siècle siècle, un jeu de cartes en couleur est découvert dans un hôtel de ville à Autun. Daté du 16e siècle, il est inédit. Parmi les valets de ce jeu, celui de pique porte le nom de « Pontus ».