aller au contenu

vers 3000-2000 av. J.-C.

Les menhirs de la Pierre Drète

Un alignement de menhirs en forêt de Paimpont

Les Menhirs de la Pierre Drète, appelés aussi menhirs de la Pierre Droite sont un alignement de quatre mégalithes situés sur la commune de Paimpont, à proximité du château de Comper.

La première mention par Félix Bellamy en 1896

Dans la seconde moitié du 19e siècle, Félix Bellamy donne une description des menhirs de la Pierre Drète 1 :

[...] touchant un beau hêtre, nous trouvons deux menhirs, l’un debout, l’autre renversé couché à terre. Ce sont les pierres que nous cherchons. Le quartier de bois où elle sont situées se nomme le quartier ou la coupe de la Pierre drète (droite) à cause du menhir qui est debout.
Voici les dimensions de ces pierres :
1er Pierre debout. - Elle est très irrégulière. On peut lui distinguer une face ventrale qui est aplatie et un peu inclinée vers la terre ; et une face dorsale, bombée, qui forme comme une croupe curviligne, tant suivant sa longueur que suivant sa largeur. Fort grosse à sa base, elle va s’amincissant vers le haut. À un mètre au-dessus du sol, le pourtour du dos mesure 3m 50 et à cette même hauteur la largeur de la face ventrale est de 2m 35. Total 5m 85 de tour.
Longueur de la face ventrale du sommet à la base : 2m 90. Longueur de la face dorsale : 3m 10 environ. J’ignore à quelle profondeur cette pierre s’enfonce dans le sol ; elle est couverte de mousse et de lierre sur son dos, de sorte que dans le bois il est assez difficile de la distinguer de loin, quoique ses dimensions soient grandes. Nous en avons pris une image pour la servir en preuve de sa réalité et pour donner une idée de sa manière d’être ; elle est vue par sa face ventrale. Chose merveilleuse ! Sur ses épaules trapues, mais courbées sous le poids des ans, le vieux menhir porte une tête de jeune fillette. Ne la distinguez-vous pas parmi la feuillée du hêtre dont le pied sert de bâton au géant, et dont la large ramure l’abrite contre les intempéries des saisons ? BELLAMY, Félix, La forêt de Bréchéliant, la fontaine de Berenton, quelques lieux d’alentour, les principaux personnages qui s’y rapportent, Vol. 1, Rennes, J. Plihon & L. Hervé, 1896, Voir en ligne. page 721

JPEG - 155.1 ko
La Pierre Drète (menhir principal)
Photo prise par Félix Bellamy (1896)

Félix Bellamy décrit ensuite le second menhir couché :

2e Pierre couchée. - Elle est auprès de l’autre. Elle a 3m 40 de long sur 1m 40 environ de large. On peut, à elle aussi, lui distinguer une face ventrale, plane ou à peu près, et une face dorsale ou croupière formant une sorte de crête. Elle va s’atténuant aux deux bouts.Bellamy, Félix (1896) op. cit. p.722 (voir en ligne)

Félix Bellamy, qui a pris une précieuse photographie du menhir, rapproche les menhirs de la « Pierre Drète » de deux ensembles mégalithiques situés à peu de distance : celui du « menhir de Saint-Jouan », ainsi que ceux de la Prise de Comper situés eux aussi dans le bois de Comper.

Ces deux pierres sont de même nature. Ce sont des poudingues de schiste rouge où sont empâtés des gros fragments de quartz. Elles m’ont paru étrangères au sol de cette partie de la forêt, mais elles sont de même composition que le menhir de Saint-Jouan et que les pierres couchées de la Prise. Comme la distance qui sépare ces dernières des deux menhirs n’est pas grande, il se pourrait que dans le principe, ces deux mégalithes aient appartenu au même ensemble.Bellamy, Félix (1896) op. cit. p.722 (voir en ligne)

Les menhirs de la Pierre Drète et l’archéologie contemporaine

Les menhirs de la Pierre Drète, mentionnés en 1929 —  BANÉAT, Paul, Le Département d’Ille-et-Vilaine. Histoire, archéologie, monuments, Vol. 3, Rééd. 1973, Librairie Guénégaud, 1929. [page 35] —, ont fait l’objet d’un examen archéologique en 1971, demeuré inédit.—  HENRY, P., Les menhirs du Nord de l’Ille-et-Vilaine, mémoire de maitrise, Université de Haute-Bretagne, 1971. [pages 177-182] —

La Pierre Drète en février 2016
La Pierre Drète en février 2016

L’archéologue Jacques Briard a donné une description contemporaine de la Pierre Drète. Il découvre deux autres mégalithes faisant partie de l’ensemble :

La Pierre Drète à Paimpont était connue par un beau menhir de 4 m de haut, le débroussaillage a permis de reconnaitre trois autres blocs complémentaires dont deux en poudingue et un en schiste formant un véritable alignement nord-sud. BRIARD, Jacques, Mégalithes de Haute-Bretagne. Les monuments de la forêt de Brocéliande et du Ploërmelais, structure, mobilier, environnement, Vol. 23, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 1989. [page 35]

JPEG - 79.1 ko
Les menhirs de la Pierre Drète (plan)

L’archéologue compare cet alignement aux menhirs de Comper ou de La Ville Guichais situés eux aussi à l’extrémité orientale de la forêt :

A la Pierre Drète en Paimpont, le menhir principal en schiste, haut de 2,70 m, est ainsi associé à trois autres blocs couchés. Son orientation nord-sud est fréquente en forêt de Paimpont. [...] Ainsi se confirme la présence de petits alignements, beaucoup plus nombreux que prévu, témoignant au néolithique de la vivacité des cultes archéologiques sous forme d’une multitude de petites files de menhirs.
Briard, Jacques (1989). op. cit., p. 107

JPEG - 321.4 ko
Les menhirs de la Pierre Drète

Jacques Briard évoque à ce propos les traditions populaires de la Saint-Jean :

D’autres menhirs ou alignements comme la Pierre Drette à Paimpont témoignent de ces cultes qui autorisaient aux premiers paysans de célébrer les grands moments de la vie agricole, dont le seul héritage qui nous reste sont les feux de la Saint-Jean, glorifiant l’époque des moissons. BRIARD, Jacques, « Mégalithes en Brocéliande, légendes, réalités, éternité », in Brocéliande ou le génie du lieu, Presses Universitaires de Grenoble, 2002, p. 13-29. [page 25]

Jacques Briard a donné une description plus détaillée des alignements de la Pierre Drète en 2004 :

Le premier, en schiste pourpré, a une hauteur de 2,70 m une largeur maximale de 1,80 m et une épaisseur maximale de 1,80 m (fig. 67). Le second, couché, sis à 5 m du précédent, a une longueur de 3,10 m, une largeur maximale de 1,05 m et une épaisseur maximale de 0.90 m. BRIARD, Jacques, LANGOUËT, Loïc et ONNÉE, Yvan, Les mégalithes du département d’Ille-et-Vilaine, Rennes, Institut Culturel de Bretagne - Skol-uhel ar vro - Laboratoire d’anthropologie - Préhistoire (U.P.R. 403 C.N.R.S.) Université de Rennes I, 2004. [page 70]

La Pierre Drette en 1988
La Pierre Drette en 1988

Le dernier menhir encore debout a été renversé par un hêtre lors d’une tempête, sans doute le 25 février 1989.

La Pierre Drette après la tempête de 1989
La Pierre Drette après la tempête de 1989

Bibliographie

BANÉAT, Paul, Le Département d’Ille-et-Vilaine. Histoire, archéologie, monuments, Vol. 3, Rééd. 1973, Librairie Guénégaud, 1929.

BELLAMY, Félix, La forêt de Bréchéliant, la fontaine de Berenton, quelques lieux d’alentour, les principaux personnages qui s’y rapportent, Vol. 1, Rennes, J. Plihon & L. Hervé, 1896, Voir en ligne.

BRIARD, Jacques, Mégalithes de Haute-Bretagne. Les monuments de la forêt de Brocéliande et du Ploërmelais, structure, mobilier, environnement, Vol. 23, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 1989.

BRIARD, Jacques, « Mégalithes en Brocéliande, légendes, réalités, éternité », in Brocéliande ou le génie du lieu, Presses Universitaires de Grenoble, 2002, p. 13-29.

BRIARD, Jacques, LANGOUËT, Loïc et ONNÉE, Yvan, Les mégalithes du département d’Ille-et-Vilaine, Rennes, Institut Culturel de Bretagne - Skol-uhel ar vro - Laboratoire d’anthropologie - Préhistoire (U.P.R. 403 C.N.R.S.) Université de Rennes I, 2004.

HENRY, P., Les menhirs du Nord de l’Ille-et-Vilaine, mémoire de maitrise, Université de Haute-Bretagne, 1971.


↑ 1 • Ce site est situé sur une propriété privée