aller au contenu

Le menhir de la Ville Guichais

La Chaise de Merlin

Le menhir de la Ville Guichais, aussi appelé « Chaise de Merlin » est situé non loin du « Tombeau de Merlin » sur la commune de Saint-Malon-sur-Mel.

Description du site mégalithique

Le site est constitué de quatre blocs en schiste pourpré qui formaient peut-être un alignement. Le menhir principal, appelé « Chaise de Merlin », a une hauteur de 2,32 m pour 1,20 m de largeur et 1,20 m d’épaisseur. Deux autres blocs sont couchés vers le nord. Un quatrième, vertical, se trouve à quelques mètres du premier menhir.

Le menhir est une première fois mentionné dans un inventaire archéologique inédit de 1971.—  HENRY, P., Les menhirs du Nord de l’Ille-et-Vilaine, mémoire de maitrise, Université de Haute-Bretagne, 1971. [pages 214-221] —

La chaise de Merlin - 1

L’archéologue Jacques Briard le compare aux menhirs de Comper ou de la Pierre Drète, situés eux aussi à l’extrémité orientale de la forêt :

En bordure orientale de la forêt, le menhir de la Ville-Guichais ou Roche Trébulente, à Saint-Malon-sur-Mel est lui aussi associé à deux autres blocs couchés et une petite dalle de schiste dressée. Ainsi se confirme la présence de petits alignements, beaucoup plus nombreux que prévu, témoignant au néolithique de la vivacité des cultes archéologiques sous forme d’une multitude de petites files de menhirs. BRIARD, Jacques, Mégalithes de Haute-Bretagne. Les monuments de la forêt de Brocéliande et du Ploërmelais, structure, mobilier, environnement, Vol. 23, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 1989. [page 107]

Jacques Briard a donné une autre description du menhir de la Ville Guichais en 2004 :

Menhirs et alignement (?) (Roche Trébulente ou Chaise de Merlin). La Ville Guichais, près de la D 31.
Le principal menhir (N°1), la Chaise de Merlin, a une hauteur de 2.32 m, une largeur maximale de 1,20 m et une épaisseur maximale de 1,14 m à 1,20 m (fig. 112) ; il a une forme sub-parallélépipédique incliné vers le nord de 13°. Deux blocs sont couchés à 3,20 et 5,20 m de ce menhir (respectivement L= 2,26 m, l= 1,10 m à 0,40 m, pour le N°2, et L= 2,38 m, l= 0,55 m à 0,70 m, pour le N°3).
Un troisième bloc (N°4), fiché en terre, se trouve à proximité (5,60 m) (h= 0,40 m, l=0,70 m, e= 0,15 m). Avec ces quatre blocs en schiste pourpré, on est peut-être en présence d’un ancien alignement.
BRIARD, Jacques, LANGOUËT, Loïc et ONNÉE, Yvan, Les mégalithes du département d’Ille-et-Vilaine, Rennes, Institut Culturel de Bretagne - Skol-uhel ar vro - Laboratoire d’anthropologie - Préhistoire (U.P.R. 403 C.N.R.S.) Université de Rennes I, 2004. [page 107]

Plan du menhir de la Ville Guichais

La « Chaise de Merlin »

Ce menhir est sorti de l’anonymat au cours des années 1970. Il est d’abord mentionné sous le nom de Menhir de la Ville Guichais en 1971. Le site mégalithique est ensuite nommé « Chaise de Merlin ». L’utilisation de cette appellation, qui peut s’expliquer par la proximité du mégalithe avec le « Tombeau de Merlin » et son extrémité en forme de L, est peut-être l’œuvre de Patrig Lebrun, natif de Saint Malon. Ce conteur de Brocéliande, président de l’association des Amis du moulin du Châtenay racontait avec sérieux que lorsqu’il était tout jeune, ses parents, s’attristant des difficultés qu’il avait à parler, venaient l’asseoir sur la pierre pour sa guérison... Il faut croire que la magie de Merlin est intervenue, puisque notre conteur, aujourd’hui disparu, s’est largement rattrapé par la suite !

La chaise de Merlin - 2

Bibliographie

BRIARD, Jacques, Mégalithes de Haute-Bretagne. Les monuments de la forêt de Brocéliande et du Ploërmelais, structure, mobilier, environnement, Vol. 23, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 1989.

BRIARD, Jacques, LANGOUËT, Loïc et ONNÉE, Yvan, Les mégalithes du département d’Ille-et-Vilaine, Rennes, Institut Culturel de Bretagne - Skol-uhel ar vro - Laboratoire d’anthropologie - Préhistoire (U.P.R. 403 C.N.R.S.) Université de Rennes I, 2004.

HENRY, P., Les menhirs du Nord de l’Ille-et-Vilaine, mémoire de maitrise, Université de Haute-Bretagne, 1971.