aller au contenu

Niobé, Marie, Julien et Jeanne

lundi 22 mai 2017

Niobé, Marie (1804-1881), Niobé, Julien (1814-1869), Niobé Jeanne (1844- ?)  : Famille de conteurs du Cannée en Paimpont auprès de laquelle Adolphe Orain a collecté plusieurs contes et chansons.

[...] Il y a trente ans environ nous fîmes la connaissance d’une famille de cultivateurs demeurant au village du Cannée en pleine forêt, et dans cette seule maison, nous recueillîmes un grand nombre de contes, de légendes et de chansons.

ORAIN, Adolphe, « Les contes de l’antique forêt de Brocéliande », Revue de Bretagne, de Vendée et d’Anjou, Vol. 26, 1901, p. 180-186, Voir en ligne.

Marie, son frère Julien, ainsi que sa nièce Jeanne, du Cannée en Paimpont, transmettent à Adolphe Orain quatre contes et deux chansons qu’il considère parmi ses plus belles trouvailles.

Nous avons publié dans notre dernier livre de l’éditeur de la collection Maisonneuve le conte de La Bûche d’or et la légende de Sainte-Onenna. Nous donnerons dans la présente Revue, les autres récits de la famille Niobé, du Canée, en Paimpont.

ORAIN, Adolphe, « Les contes de l’antique forêt de Brocéliande », Revue de Bretagne, de Vendée et d’Anjou, Vol. 26, 1901, p. 180-186, Voir en ligne. Page 181-186

Adolphe Orain a collecté d’autres contes et chansons au Cannée sans citer nommément ses sources.

Les parents

Les parents de Marie et Julien Niobé habitent à Telhouët en Paimpont. Leur père Pierre Niobé (vers 1780 - 1826), voiturier, s’est marié avec Marie Legavre ou Legare (?- 1846) le 13 juillet 1802 à Plélan. Ils ont quatre enfants.—  TIGIER, Hervé, Terroir de Paimpont, Lulu.com, 2016. —

  • Anne-Marie Niobé (1804-1881)
  • Mathurin Niobé (né le 18 décembre 1808)
  • Pierre Niobé (né le 16 août 1812)
  • Julien Marie Niobé (1814-1869)

Marie Niobé

Marie Niobé (ou Anne-Marie Niobé) est née en 1804.
Elle se marie le 19 janvier 1846, à Paimpont, avec Pierre-Marie Alis (1808-1876) 1, menuisier en 1829 puis maréchal-ferrant et cultivateur à « La Corne de cerf » au Cannée en Paimpont— Archives en ligne du 35 - acte de mariage Paimpont n° 3 / 1846 vue 4 —. Joseph Alis, né en 1845 de ce deuxième mariage, devient bûcheron.

Adolphe Orain rencontre Marie en 1867 et collecte auprès d’elle plusieurs contes et chansons.

À l’occasion d’une de ces rencontres, Marie Niobé lui conte un épisode surnaturel qui lui est arrivé.

Un jour que Marie Niobé, du village du Canée en Paimpont, était allée scier du grain après avoir laissé mourante, à l’agonie, une de ses amies, — la petite Rose Chouan, — alors qu’elle désespérait de la revoir vivante, elle l’aperçut assise sur une pierre au coin du champ où elle était à travailler. Marie s’écria aussitôt : « Comment ! Rose, toi si malade, tu es venue jusqu’ici, est-ce raisonnable ? Veux-tu bien t’en aller ! » Au même instant, sa faucille vint à lui échapper des mains. Elle se baissa pour la prendre et lorsqu’elle se releva, il n’y avait plus rien, la vision avait disparu. Un pressentiment la saisit, elle eut peur et retourna en toute hâte au village où elle apprit que son amie était morte, au moment même où elle l’avait aperçue sur la pierre. (Conté par Marie Niobé elle-même.)

ORAIN, Adolphe, De la vie à la mort : folklore de l’Ille-et-Vilaine, Vol. 2, Paris, J. Maisonneuve, 1897, Voir en ligne. p. 270-271

Elle décède à 77 ans, le 6 août 1881 au Cannée 2.

Julien Niobé

Julien Marie Niobé est né le 23 juin 1814.

En 1843 Julien Niobé est propriétaire d’une maison, d’une cour et d’un pré à Hucheloup et exerce la profession de scieur de long puis celle de bûcheron.—  TIGIER, Hervé, Terroir de Paimpont, Lulu.com, 2016. —

Il se marie avec Rosalie Chevalier (1819 - ?) le 16 octobre 1843 à Paimpont. Il a une fille, Jeanne, née en 1844 à Beauvais en Paimpont 3.

Adolphe Orain le rencontre (après 1867) et collecte auprès de lui et de sa fille Jeanne plusieurs contes et chansons.

Il décède le 2 mars 1869 à l’âge de 55 ans.


↑ 1 • Pierre-Marie Alis a été marié un première fois avec Mathurine-Marie Colin (1800-1841) avec laquelle il a eu quatre enfants.

↑ 2 • Acte de décès de Marie Niobé :

L’an mil huit cent quatre-vingt-un, le six août à sept heures du soir. Devant nous, BIGARRÉ Aimé, Maire et Officier de l’État Civil de la Commune de Paimpont, Canton de Plélan, Département d’Ille et Vilaine, ont comparus : MOTAY Pierre, Boulanger, âgé de trente-six ans et MINIER François, Garde Champêtre, âgé de trente-cinq ans, non parents de la défunte dont domiciliés à Paimpont, lesquels nous ont déclarés que Marie NIOBÉ, âgée de soixante-dix-sept ans, veuve de Pierre ALIX, Cultivateur, fille de feu Pierre NIOBÉ et de feue Marie LEGAL, était décédé aujourd’hui au Cannée en cette commune, à neuf heures du matin ainsi que nous nous en sommes assurés de tout quoi nous avons dressé l’acte sous notre seing et celui des comparants après lecture.Registre des décès - A.M. Paimpont

↑ 3 • Acte de naissance de Jeanne Niobé :

L’an 1844, le 25 janvier à cinq heure du soir […] a comparu Julien Niobé, [...] âgé de 29 ans, lequel nous a présenté une enfant de sexe féminin, né à minuit ce matin en son domicile à Beauvais en cette commune, de lui déclarant Rosalie Chevalier son épouse, âgée de 25 ans, auquel il a déclaré donner le nom de Jeanne Marie Julienne […] constatation faite en présence de Pierre Chevalier, âgé de 50 ans et de Mathurin Niobé, voiturier âgé de 35 ans domiciliés à Paimpont […]

Registre des naissances AM de Paimpont