aller au contenu

1834-1918

Orain, Adolphe

Un folkloriste en Brocéliande

Adolphe Orain (1834-1918) est le plus important collecteur de contes, chansons et traditions populaires de la fin du 19e siècle en Ille-et-Vilaine. Il se rend en forêt de Paimpont entre 1867 et 1886 et y collecte huit contes et douze chansons dont Les filles de Forges de Paimpont.

Éléments biographiques

Le cadre familial

Son père, Jean-Baptiste Orain (1794-1861), est le fils d’un paysan du village des Riais en Bain-de-Bretagne (Ille-et-Vilaine). Sa mère, Véronique Delaunay (1813-1894) est la fille du maitre d’hôtel de la Croix-Verte situé à Bain.

[Elle] n’avait pas de dot. C’est pour cela qu’elle épousa Jean-Baptiste Orain, beaucoup plus âgé qu’elle, qui possédait la succession de son père décédé un petit capital de quinze mille francs.

ORAIN, Adolphe, Mes souvenirs, Arbre d’Or eBooks, 1906, (« Les gens de l’Être »), Voir en ligne. [page 6] 1

Jean-Baptiste Orain, qui a appris le métier de mégissier (tanneur et teinturier) achète un terrain au bord du ruisseau de l’étang de Bain et y fait construire une tannerie. Il fait malheureusement faillite peu de temps après, abusé par un marchand rennais. Sa mère parvint par son courage et son travail, à élever sa famille et à payer les dettes de son mari.

Enfance

Adolphe Pierre Julien Orain, nait le 19 avril 1834, rue de la Rouëre, à Bain-de-Bretagne (Ille-et-Vilaine). Il passe une enfance bercée par les histoires et les anecdotes, la lecture ; il se passionne pour les oiseaux et le braconnage.

Je n’ai jamais eu qu’un maître, un pauvre instituteur de village chez lequel je suis resté jusqu’à l’âge de quatorze ans. Il était seul pour une centaine d’élèves, aussi n’y avait-il que les grands à travailler sérieusement. J’appris chez lui mon arithmétique et assez bien puisque j’ai pu, plus tard, à la préfecture devenir chef de la comptabilité [...] Il m’enseigna, avec cela, un peu de grammaire et de géographie, mais ce fut tout. Le peu que je sais je l’ai appris seul, en lisant beaucoup.

ORAIN, Adolphe, Mes souvenirs, Arbre d’Or eBooks, 1906, (« Les gens de l’Être »), Voir en ligne. [page 18]

Les débuts dans la carrière administrative

Un cousin germain de sa mère, nommé précepteur à Bain, l’embauche à quatorze ans. Il travaille ensuite, à partir de dix-sept ans, au bureau de l’enregistrement à Rennes. Il habite alors l’hôtel Piré, une pension située dans la rue du Champ de Mars. Tous les samedis, il se rend à pied à Bain et parcourt les trente-deux kilomètres de nuit. Le lendemain, après quelques heures de sommeil, il accompagne son père à la chasse.

Lorsque son supérieur, M. Phétu part à la retraite, Adolphe Orain doit trouver une autre situation. Il est embauché par M. Phétu fils au bureau des actes judiciaires de Brest. Il y reste peu de temps et obtient grâce à son oncle un emploi à la préfecture d’Ille-et-Vilaine à partir du 12 juillet 1854 2. Il retrouve sa pension de l’hôtel Piré et ses camarades du bureau de l’enregistrement avec lesquels ce fut le bon temps. Adolphe Orain est attaché à la 3e division de la Préfecture (Finances).

Une vie de famille

Il loge ensuite dans un petit appartement situé rue de la Monnaie. De sa fenêtre, il aperçoit une jeune fille qui deviendra bientôt sa femme. Adolphe Orain se marie à Rennes le 14 avril 1863 avec Marie-Anne Julien (1844 Paris- ?).

M. Robinot Saint-Cyr, alors maire de Rennes, nous fit un joli petit discours, nous prédisant une union heureuse puisque l’amour seul nous avait attirés l’un vers l’autre. Mon frère fut mon garçon d’honneur et j’eus pour témoin M. Deluen notaire à Bain et conseiller général. La mariée avait pour fille d’honneur sa gentille petite sœur Marie Tullien, et pour témoin M. Duval, maire de Paimpont, directeur de forges et conseiller général.

ORAIN, Adolphe, Mes souvenirs, Arbre d’Or eBooks, 1906, (« Les gens de l’Être »), Voir en ligne. [page 73]

Leur fille Anne nait le 26 janvier 1864. Puis naissent deux garçons, Marcel, mort à 5 ans et André mort à 14 ans (1881-1895). En raison de la santé délicate de leur fils André, la famille Orain quitte son domicile de la rue Saint-Louis pour un logement plus bourgeois situé au nord de Rennes.

Ce fut le 4 juin 1895 que nous achetâmes pour notre cher fils malade la propriété de Saint-Laurent. Le pauvre enfant le désirait vivement et c’est à peine s’il put en jouir. Il succomba à une maladie de coeur dès le 28 juillet de la même année. Nous avions, pendant les trois ans qui précédèrent cet achat, loué tout à côté une campagne au village du Gast. Oh ! ces trois années passées avec mon fils dans un grand et beau jardin. Comme elles furent courtes ! Quelles ravissantes promenades à deux, dans les champs, même le soir, tard après souper, autour de notre humble ermitage. Quelles causeries délicieuses ! André avait alors quatorze ans, il était instruit, avait beaucoup lu et raisonnait déjà comme un petit homme. Qu’ai-je donc fait à Dieu pour m’avoir enlevé la joie de ma vieillesse ?

ORAIN, Adolphe, Mes souvenirs, Arbre d’Or eBooks, 1906, (« Les gens de l’Être »), Voir en ligne. [page 80]

Un érudit en société

Passionné par de nombreux domaines - littérature, histoire, contes et traditions populaires, ornithologie, etc. - Adolphe Orain apparait à ses proches et ses collègues comme un érudit curieux de toutes choses.

Plusieurs témoignages insistent, de même, sur la très grande culture d’Adolphe Orain, passionné de tout, proche du modèle traditionnel de l’honnête homme. Son bureau, raconte Charles Rulon, « était un petit musée de curiosités ».

LE BIHAN, Jean, Au service de l’Etat : Les fonctionnaires intermédiaires au XIXe siècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2008, 366 p., (« Histoire »). Page 62

Il obtient les Palmes académiques puis la Légion d’honneur le 29 décembre 1886, sur proposition du préfet M. de Brancion.

Considérons encore ce document, aussi insolite que précieux, que constituent les 56 cartes de visite reçues par Adolphe Orain après sa nomination comme chevalier de la Légion d’honneur en 1886. Ces cartes dessinent très précisément les contours du réseau social qu’Orain s’est constitué grâce à ses travaux d’ethnologie. Or, remarquons que sur les 41 individus dont la profession est identifiable, 69 % appartiennent aux élites sociales. Parmi les huit membres de l’administration préfectorale, se trouvent quatre préfets, un secrétaire général, un sous-préfet, un conseiller de préfecture, et seulement un fonctionnaire intermédiaire en la personne du secrétaire de sous-préfecture Augustin Tual. Fait notable, donc, grâce à son activité d’érudit Orain est parvenu à tisser des relations avec des individus que ni ses origines ni sa carrière ne lui laissaient au départ l’espoir de fréquenter. Aussi peut-on faire l’hypothèse qu’à l’instar de certains cadres municipaux, son engagement dans la vie culturelle locale a constitué pour lui une manière détournée de s’élever dans la hiérarchie sociale.

LE BIHAN, Jean, Au service de l’Etat : Les fonctionnaires intermédiaires au XIXe siècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2008, 366 p., (« Histoire »). Page 63

Journalisme et politique

Le 1er mai 1888, Adolphe Orain quitte la préfecture après 35 ans de services. Il travaille alors comme secrétaire particulier du député Émile Récipon, membre de l’Union Républicaine (1839-1895). Il fonde par ailleurs le journal rennais La dépêche bretonne, dont il est administrateur jusqu’en 1895.

Le 13 mai 1900, il est élu maire de sa commune natale, Bain-de-Bretagne en tant que candidat républicain patriote, opposé au candidat sortant républicain dreyfusard.

Nous nous réjouissions de voir figurer au nombre des élus M. Adolphe Orain, ancien chef de direction à la préfecture d’Ille-et-Vilaine, tout naturellement désigné pour devenir maire de Bain. Son frère, M. Jules Orain, avait été autrefois investi de cette fonction. Une cabale montée par ses adversaires amena le maire dreyfusard, M. Guérin, à la première charge de notre ville. Par un juste retour des choses d’ici bas, M Adolphe Orain chassera à son tour, de la mairie le Louangeur du ministère Dreyfusard.

ANONYME, « Chronique régionale : Ille-et-Vilaine », L’Ouest-Éclair, Rennes, 13 mai 1902apr. J.-C., p. 2, Voir en ligne.

Il quitte la mairie de Bain en 1902 et abandonne la politique.

Les dernières années

Marqué par la mort de ses deux fils, Adolphe Orain passe les dernières années de sa vie dans la nostalgie des jours heureux. Le 26 juillet 1907, il écrit :

Je ne reviens jamais au pays natal sans éprouver un nouveau chagrin. Tout ce qui charmait ma jeunesse n’existe plus. Les bois où j’aimais à aller rêver ont été abattus. Les ronces ont envahi les petits sentiers qui conduisaient au télégraphe aérien sur la vieille tour féodale du Coudray. Seule une hulotte a fait entendre sur ma tête son cri désolé.

ORAIN, Adolphe, Mes souvenirs, Arbre d’Or eBooks, 1906, (« Les gens de l’Être »), Voir en ligne. [page 82]

Il meurt le 27 avril 1918, agé de 84 ans, laissant derrière lui une œuvre foisonnante louée par ses contemporains.—  RULON, Charles, « Adolphe Orain (1834-1918) », Bulletin Archéologique de l’Association Bretonne, LXVII, 1959, p. 83. —

Avec Adolphe Orain disparait une source qui semblait inépuisable de traditions populaires et de souvenirs locaux.

ANONYME, « Rubrique nécrologique : Adolphe Orain », Annales de Bretagne, Vol. 33, 1918-1919, p. 460-461, Voir en ligne.

Sa tombe se trouve au cimetière du Nord, (section 8, rang 9, tombe 31), à Rennes.

—  CARNOY, Henry, « Galerie traditionniste - Adolphe Orain », La Tradition, Vol. 14, 1904, p. 108-109, Voir en ligne. —

L’écrivain

Dès son enfance à Bain-de-Bretagne, Adolphe Orain a entendu nombre de conteurs. Il avoue leur devoir sa notoriété d’écrivain, mais il reconnait aussi l’importance d’Émile Souvestre et de son contemporain Paul Sébillot dans sa vocation.

C’est Souvestre, et plus tard Sébillot, qui me donnèrent l’idée d’écrire à mon tour les récits des bonnes gens qui venaient travailler en journée chez ma mère, couturiers et couturières qui charmaient nos veillées à mon frère et à moi. Qu’ils étaient drôles et amusants les contes du père Constant Tual, de Nenotte Jumel, de la mère Chevalier, de Margr’ite Courtillon, de Marie Niobé et de tant d’autres ! Les uns de ces récits nous faisaient rire aux larmes et les autres nous glaçaient de terreur. Nous en rêvions la nuit. Ce sont eux qui, racontés par moi, m’ont valu d’être lauréat de l’Académie française.

ORAIN, Adolphe, Mes souvenirs, Arbre d’Or eBooks, 1906, (« Les gens de l’Être »), Voir en ligne. [page 56]

Durant sa longue existence, il s’intéresse à la culture gallèse sous toutes ses formes, contes, chansons, langue, traditions, usages, etc.

Après Souvestre, qui le premier en Bretagne, s’est occupé de recueillir les traditions populaires, après MM. de la Villemarqué, Luzel et Sébillot, je viens moi aussi offrir mon humble cueillette. Vaudra-t-elle la peine que je me suis donnée ? Je n’en sais rien ; mais qu’importe si je suis arrivé à sauver de l’oubli une élégie du temps passé, un conte de revenants, à rappeler les coutumes, les usages, les goûts de nos pères si différents des nôtres ? J’aurais au moins apporté mon grain de sable aux savants qui s’occupent de l’oeuvre du Folklore, et cela me suffira. Enfin, j’aurais peut-être donné à d’autres l’idée de continuer ces recherches qui m’ont charmé et qui certainement les charmeront à leur tour

ORAIN, Adolphe, Coutumes et usages d’Ille-et-Vilaine, 2002, La Découvrance éditions, 1897, (« L’Amateur Averti »). [ page 9]

L’œuvre d’Adolphe Orain ne se limite pas à la publication d’ouvrages. Il est membre de plusieurs associations culturelles. Il rédige une centaine d’articles, de 1866 à 1913, dans de nombreuses revues : La semaine des familles, La semaine des enfants, L’Hermine, la Revue de Bretagne et de Vendée, Mélusine, la Revue du traditionnisme Français et étranger, La Tradition, la Revue illustrée des provinces de l’Ouest, Le Concours des muses - universel et permanent, les Annales de Bretagne, les Mémoires de la Société archéologique d’Ille-et-Vilaine, L’annuaire officiel d’Ille-et-Vilaine 3... Il est notamment l’auteur d’une quarantaine d’articles dans la Revue de Bretagne et de Vendée ou dans L’Hermine.

Plus tard encore, au tournant du siècle, dans un contexte de renaissance culturelle, de nouvelles structures font leur apparition, comme l’Association artistique et littéraire de Bretagne, dont Adolphe Orain devient un sociétaire très actif .

LE BIHAN, Jean, Au service de l’Etat : Les fonctionnaires intermédiaires au XIXe siècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2008, 366 p., (« Histoire »).Page 61

Les revues lui permettent de publier une partie du collectage (contes, devinettes, chansons, etc.) qu’il n’a pas eu la possibilité d’éditer dans ses principales anthologies. Elle lui donnent aussi l’occasion d’écrire des biographies de poètes, des études historiques, des monographies inédites, des poèmes... Elles lui donnent enfin la possibilité, alors que sa notoriété de folkloriste est reconnue, de se faire entendre au delà du cercle des intellectuels bretons.

Il s’est intéressé à de nombreux sujets, mais c’est avant tout son œuvre de folkloriste qui lui vaut la reconnaissance générale à partir des années 1890.

Toutes les heures de loisirs que lui laissèrent ses occupations furent consacrées par lui à la littérature, à l’histoire et au folklore de son département natal. Aussi son œuvre est-elle des plus importantes, aussi bien par son étendue que par sa haute valeur. Comme traditionniste tout particulièrement M. Adolphe Orain jouit d’une réputation très méritée qui depuis longtemps a franchi les bornes de la Bretagne et qui le met de pair avec les Bladé, les Luzel, les Rolland, les Gaidoz, les Sébillot, les Laisnel de la Salle, pour ne citer que les plus connus des traditionnistes français.

CARNOY, Henry, Dictionnaire biographique international des écrivains, Vol. 1-4, Paris, Imprimerie de l’armorial français, 1897, (« Collection des grands dictionnaires biographiques »), Voir en ligne. Pages 71-72

Contes, chansons et traditions populaires

Les contes

Adolphe Orain publie plus de cent cinquante contes de 1868 à 1914, presque intégralement collectés en Ille-et-Vilaine. Il rédige son premier recueil de contes en 1868.—  ORAIN, Adolphe, Les Veillées du fermier Jean-Louis, Redon, L. Guillet, imprimeur-libraire, 1868, 31 p. —.

Entre 1868 et 1872, il fait paraitre sept contes inédits dans La semaine des enfants : Fleur d’épine, La bûche d’or, collecté en forêt de Paimpont, Les trois bossus, La couronne d’Hoël III, dont l’action se déroule à Gaël, La levrette blanche, L’eau qui danse, la pomme qui chante et l’oiseau qui dit tout et enfin L’âne qui fait l’or 4.

De 1870 à 1897 paraissent neuf contes inédits dans la Revue de Bretagne et de Vendée : Le Sifflet merveilleux, Le Rocher d’Uzel, Sainte Onenna – récit de la gardeuse de vaches collecté à Paimpont, La médaille de sainte Anne, Le sire de Changé, Les Histoires du pays de Bruz, Le Bon Dieu à Laillé, Petite légendes de l’Ille-et-Vilaine qui comprend L’histoire du Thélin, ainsi que Les contes de l’antique forêt de Brocéliande qui comprend l’histoire de La Fée aux trois dents 5.

En 1894, il publie Le boeuf d’or 6 dans la Revue illustrée des provinces de l’Ouest. En 1898, six contes paraissent dans les Annales de Bretagne : Jacques Robert à la porte du Paradis, L’origine des puces, La tête du mort, Légendes bretonnes : Anne de Bretagne, Du Guesclin, et Gargantua 7.

Un second recueil de ses collectages est publié en 1901. L’édition comprend plusieurs contes de la forêt de Paimpont, tous précédemment publiés dans des revues 8. —  ORAIN, Adolphe, Contes de l’Ille-et-Vilaine, Paris, J. Maisonneuve, 1901, Voir en ligne. —

Les contes publiés dans ce premier volume ont été recueillis en Ille-et-Vilaine depuis 1860 jusqu’à l’époque actuelle. On reconnaîtra facilement les anciens des nouveaux par la raison qu’il y avait autrefois des conteurs et qu’il n’en existe plus. Il s’en suit que les récits d’aujourd’hui ne sont qu’une analyse sèche de ceux du temps passé.

ORAIN, Adolphe, Contes de l’Ille-et-Vilaine, Paris, J. Maisonneuve, 1901, Voir en ligne.

Entre 1898 et 1909, il fait paraitre cinq contes dans la revue L’Hermine : Le rocher d’Uzel - légende des bords de la Vilaine, Les trois légendes du château de Fontenay, L’eau qui danse, la pomme qui chante et l’oiseau qui dit tout , déjà paru en 1872, Un récit du foyer dans l’arrondissement de Vitré et Le géant de la forêt de Brocéliande collecté à Paimpont 9.

Son dernier recueil de contes populaires, paru en 1904, réunit les histoires racontées par Marg’rite Courtillon qui tenait à Bain une misérable auberge, dans la rue de la Rouëre, ainsi que La princesse Yvonne, conte inédit collecté à Paimpont.—  ORAIN, Adolphe, Contes du pays Gallo, Rennes, Honoré Champion, 1904, Voir en ligne. —

De 1902 à 1905, Adolphe Orain publie dans la revue La tradition trois contes inédits, Le merle blanc et le renard, La Poule coupée par la moitié, et L’Innocent qui veut se marier et L’âne qui fait de l’or paru précédemment 10.

Il continue à faire paraitre des contes inédits dans la Revue de Bretagne et de Vendée de 1905 à 1911, La légende de Saint Melaine , Légende bretonne : Rieux et Redon, ainsi que Devant l’Âtre 11.

Entre 1906 et 1914, il publie sept contes dans la Revue du traditionnisme Français. Six d’entre eux sont inédits, Le Bon Dieu dans la tirette, Jean l’Ours, Jean Bête, Les facéties du curé de Saulnière, L’enfant changé en vieillard 12.

Les chansons populaires

Adolphe Orain a une influence importante dans le domaine du répertoire traditionnel en pays gallo. Il est avec Lucien Decombe (1834-1905) et Paul Sébillot (1843-1918) l’un des premiers collecteurs de Haute-Bretagne. Il recueille cinq à six cents chansons 13. Elles font l’objet de deux publications principales ainsi que de nombreux articles dans des revues diverses.

Adolphe Orain publie ses premières chansons dans La Semaine des enfants. Le Battoué cassé, collectée à Paimpont, est publiée dans l’édition de 1869, Tu ris, tu ris bergère, collectée à Montfort, dans l’édition de 1870. En 1881, il publie Les sabots de la reine Anne qui le font connaitre dans les milieux parisiens 14.

Ce fut dans la forêt de Rennes, au mois de juin 1880, que j’entendis chanter Les Sabots d’Anne de Bretagne. J’envoyais cette chanson, avec sa mélodie, à un journal illustré de Paris, qui la fit paraitre aussitôt. M. Bourgault-Ducoudray, professeur au conservatoire national de musique, m’écrivit : « Vos sabots d’Anne de Bretagne ont ici un véritable succès ».

ORAIN, Adolphe, « Les traditionnistes de Bretagne », Revue du traditionnisme français et étranger, Vol. A1, 1906, p. 297-300, Voir en ligne. Page 300

Plusieurs chansons populaires collectées par Adolphe Orain paraissent dans la revue Romania 15 entre 1880 et 1882 : Les Filles des forges de Paimpont, Le Battoué cassé, Le prisonnier de Rennes, ainsi que Le grand loup du bois 16.

En 1886, il publie un premier recueil d’une centaine de chants du pays gallo avec les airs notés par le commandant Legrand en 1886. —  ORAIN, Adolphe, Glossaire patois du département d’Ille-et-Vilaine, suivi de chansons populaires avec musique, The Internet Archive, Paris, Maisonneuve frères et Ch. Leclerc éditeurs, 1886, Voir en ligne. — suivi un an plus tard d’une édition qui donne plus d’audience à son travail d’ethnomusicologue.—  ORAIN, Adolphe et LEGRAND, Commandant, Chansons populaires recueillies dans le département d’Ille-et-Vilaine, V, Paris, Rolland Eugène, 1887, 78 p., (« Recueil de chansons populaires »). —

Il y a trente ans, lorsque je commençais à chercher des chansons, j’avais pour ami le commandant Legrand, de Rennes, un excellent musicien auquel je fis partager ma passion pour les mélodies bretonnes et qui m’accompagna dans mes pérégrinations.

ORAIN, Adolphe, « Chansons populaires recueillies dans l’Ille-et-Vilaine », Annales de Bretagne, Vol. 16, 1900, p. 1-16, Voir en ligne.

En 1888, il publie quatre chansons inédites dans la revue parisienne Mélusine - revue de mythologie, littérature populaire, traditions et usages dont une version des Gas des Campénéac collectée à Paimpont 17. En 1900, treize chansons paraissent dans les Annales de Bretagne 18.

En 1897, il intègre de nombreuses chansons parues antérieurement, accompagnées de chansons, comptines et rondes inédites dans le premier tome de ses collectes de croyances et traditions populaires d’Ille-et-Vilaine.—  ORAIN, Adolphe, De la vie à la mort : folklore de l’Ille-et-Vilaine, Vol. 1, Paris, J. Maisonneuve, 1897, Voir en ligne. —

En 1902 parait une seconde anthologie de chansons populaires. —  ORAIN, Adolphe, Chansons de la Haute-Bretagne, Rennes, Hyacinthe Caillière, éditeur, 1902, 423 p. — 19

Adolphe Orain continue à publier des chansons inédites jusqu’en 1913, dans la Revue du Traditionnisme français et étranger ainsi que dans la revue La Tradition 20.

Les traditions populaires

Adolphe Orain publie ses premières contributions au folklore de Haute-Bretagne (chansons, devinettes, usages...) dans la revue Mélusine. De 1886 à 1888 paraissent un article sur les Moeurs et usages en Haute-Bretagne, un article sur les êtres maléfiques de l’imaginaire gallo 21 qui comprend une version de La bête de la Lohière, collectée au Loutehel, ainsi qu’un article sur les Devinettes de la Haute-Bretagne 22.

En 1891, il publie Curiosités, croyances, superstitions, chansons et coutumes de l’Ille-et- Vilaine. - Un charmant pays, article dédié aux traditions populaires de son village natal, Bain-de-Bretagne, dans la Revue illustrée des provinces de l’Ouest 23.

Adolphe Orain compile l’ensemble de ses collectages concernant les traditions populaires du pays gallo dans une anthologie en deux volumes parue en 1897, —  ORAIN, Adolphe, De la vie à la mort : folklore de l’Ille-et-Vilaine, Vol. 1, Paris, J. Maisonneuve, 1897, Voir en ligne. — 24 puis en 1898 pour le second volume.—  ORAIN, Adolphe, De la vie à la mort : folklore de l’Ille-et-Vilaine, Vol. 2, Paris, J. Maisonneuve, 1897-1898, Voir en ligne. — 25

Lorsqu’il y a vingt ans je parcourus les communes de l’Ille-et-Vilaine pour décrire la Géographie pittoresque de notre département, j’entendis derrière les haies d’aubépine des mélodies suaves, au coin du foyer des récits étranges. J’assistai à des cérémonies gaies et tristes qui m’intéressèrent et m’impressionnèrent. Je me promis alors de me livrer plus tard à de nouvelles études sur mon cher pays. Des loisirs m’ont permis de mettre mon projet à exécution, et c’est ce que j’ai vu et entendu dans le fond de nos campagnes que je publie aujourd’hui.

ORAIN, Adolphe, De la vie à la mort : folklore de l’Ille-et-Vilaine, Vol. 1, Paris, J. Maisonneuve, 1897, Voir en ligne. page II

De 1902 à 1906, il fait paraitre dans la revue La Tradition trois articles sur les Traditions populaires d’Ille-et-Vilaine, Les monstres enfants du diable, L’enfance, et Jean Simon dans le Paradis 26.

En 1906, il publie dans la Revue du Traditionnisme français et étranger un article sur l’histoire du collectage dans le pays Gallo. Il y évoque les œuvres d’Émile Souvestre, d’Auguste Brizeux, de Luzel, d’Alfred Fouquet, de Paul Sébillot, ainsi que sa propre contribution à l’étude du folklore breton 27. En 1908 il publie un article sur la médecine populaire dans la Revue du Traditionnisme français et étranger 28. En 1909 il fait paraitre son dernier article sur les Traditions populaires de l’Ille-et-Vilaine, en l’occurrence La chasse nocturne, dans L’Hermine 29.

Le gallo

En 1886, Adolphe Orain fait œuvre de précurseur 30 en publiant un ouvrage consacré au gallo, préfacé par l’un de ses savants amis, François-Marie Luzel.—  ORAIN, Adolphe, Glossaire patois du département d’Ille-et-Vilaine, suivi de chansons populaires avec musique, The Internet Archive, Paris, Maisonneuve frères et Ch. Leclerc éditeurs, 1886, Voir en ligne. —

je ne vois pas grand’chose à reprendre à votre travail, qui est conçu et exécuté avec conscience et conformément à la méthode recommandée par l’école critique actuelle, dans ce genre d’études.

François-Marie Luzel in ORAIN, Adolphe, Glossaire patois du département d’Ille-et-Vilaine, suivi de chansons populaires avec musique, The Internet Archive, Paris, Maisonneuve frères et Ch. Leclerc éditeurs, 1886, Voir en ligne. page VIII

Jean Choleau, militant de la langue gallèse, membre des Compagnons de Merlin qui signe sous le pseudonyme de Jean Lancelot, écrit en 1942 à quelle place il situe l’œuvre d’Adolphe Orain pour son apport à la culture gallèse.—  MORIN, Gilles, « Les Compagnons de Merlin », Cahiers du Laboratoire d’études et de recherches Gallèses, 1982, p. 111-155. —

Nous sommes en retard de cinquante ans au moins sur la Basse-Bretagne. Notre La Villemarqué s’appelle Orain et il est de la fin du 19e siècle.

Galerne n°12- 1er trimestre 1942

Géographie, Histoire de Bretagne, poésie...

Outre son œuvre de folkloriste consacrée à l’Ille-et-Vilaine, Adolphe Orain est l’auteur de nombreux ouvrages et articles aux thèmes variés.

Géographie de l’Ille-et-Vilaine

En 1866, il publie le Guide du voyageur dans Rennes et ses environs, volume de cinq cents pages aux nombreuses illustrations qui connait des rééditions en 1867 et 1904. —  ORAIN, Adolphe, Guide du voyageur dans Rennes et ses environs, 1867, Redon, L. Guillet, imprimeur-libraire, 1866, Voir en ligne. — 31

En 1882, il fait paraitre un inventaire du département d’Ille-et-Vilaine qui donne quelques indications sur les monuments mégalithiques ainsi que sur les traditions populaires de trente-six communes du département.—  ORAIN, Adolphe, Géographie pittoresque du département d’Ille-et-Vilaine - Histoire et Curiosités des 357 communes - Personnages célèbres, Littérateurs, Poètes, Artistes, etc. - Agriculture, Commerce, Industrie.., Rennes, Imprimerie Alph. le Roy fils, 1882. —

Nous prédisons au livre de M. Orain le plus franc et le plus légitime succès. Il abonde en notices historiques, en descriptions pittoresques, en renseignements instructifs. En un mot, c’est un ouvrage considérable à tous les points de vue, et M. Orain en le publiant rend un véritable service à son pays.

CARNOY, Henry, Dictionnaire biographique international des écrivains, Vol. 1-4, Paris, Imprimerie de l’armorial français, 1897, (« Collection des grands dictionnaires biographiques »), Voir en ligne. Pages 71-72

En 1892, il publie un guide du Pays de Rennes préfacé par Louis Tiercelin 32.—  ORAIN, Adolphe, Au Pays de Rennes, Rennes, Hyacinthe Caillière, 1892, Voir en ligne. —

Ce livre est plus qu’un guide, et moins qu’une véritable histoire. Il est à la fois l’un et l’autre. Il a pour but de faire connaitre au profane, le beau pays de Rennes.

ORAIN, Adolphe, « Au pays de Rennes », Le Glaneur Breton, Vol. 11 / 6, 1893, p. 351-353, Voir en ligne.

Adolphe Orain est l’auteur de deux monographies sur des villages d’Ille-et-Vilaine. La première consacrée à Guipel parait en 1887—  ORAIN, Adolphe, Guipel, son château, ses manoirs, ses chapelles, ses souvenirs, Rennes, P. Dubois, 1887, 19 p., Voir en ligne. —, la seconde parue en 1905 est consacrée à l’histoire de son village natal, Bain-de-Bretagne.—  ORAIN, Adolphe, Bain, son histoire, Imprimerie de F. Simon, 1905. —

En 1906, l’article À travers le département d’Ille-et-Vilaine parait dans les Mémoires de la Société archéologique d’Ille-et-Vilaine.—  ORAIN, Adolphe, « A travers le département d’Ille-et-Vilaine », Mémoires de la Société archéologique d’Ille-et-Vilaine, Vol. 34, 1906, p. 289-305. —

En 1910, il publie un dernier article géographique sur trois communes du sud-ouest de Rennes, Châtillon-sur-Seiche, Saint-Erblon et Bruz.—  ORAIN, Adolphe, « Monographies de trois communes du canton sud-ouest de Rennes : Châtillon-sur-Seiche, Saint-Erblon, Bruz », Revue de Bretagne, de Vendée et d’Anjou, Vol. 44, 1910, p. 249, Voir en ligne. —

Histoire de Bretagne

L’intérêt d’Adolphe Orain pour l’Histoire de Bretagne s’est développé avec les années. Ses premières contributions historiques paraissent alors que sa renommée de folkloriste est déjà établie.

En 1890, il fait paraitre un premier ouvrage consacré à une figure rennaise 33.—  ORAIN, Adolphe, Erection d’un monument à Leperdit, ancien maire de Rennes, notice biographique, Rennes, Alph. Le Roy, Imprimeur, 1890, Voir en ligne. —

De 1898 à 1910, il publie huit articles historiques dans les revues L’Hermine, la Revue de Bretagne et de Vendée et la Semaine religieuse du diocèse de Rennes : une biographie du malouin Jean de Calais, des articles sur Gilles de Bretagne (1420-1450), sur Duguesclin (1320-1380), sur le Parlement de Bretagne au 18e siècle, deux articles sur l’année 1836 à Rennes, sur le transport des reliques de saint Donatien et de saint Rogatien à Poligné le 2 juin 1654, ainsi qu’un article sur Godefroy Brossay-Saint-Marc (1803-1878) premier archevêque de Rennes 34.

Adolphe Orain s’est fortement intéressé à la chouannerie dans les dernières années de sa vie. Sa première publication sur le sujet est un article de la Revue de Bretagne et de Vendée, entre le conte et l’Histoire, sur trois curés réfractaires de Bruz durant la Révolution. —  ORAIN, Adolphe, « Légendes du pays de Bruz : trois martyrs », Revue de Bretagne, de Vendée et d’Anjou, Vol. 18, 1897, p. 230-235, Voir en ligne. —

De 1905 à 1914 paraissent huit articles sur la chouannerie. Les deux premiers sont publiés dans L’Hermine en 1905 et 1909. Le premier sur le chef chouan Pierre Guillemot (1759-1805) est suivi d’une étude sur l’année 1793. Cinq autres articles sur la chouannerie sont parus dans la Revue de Bretagne, de Vendée et d’Anjou de 1910 à 1914 35.

Poésie

La carrière d’auteur d’Adolphe Orain commence avec un recueil de poèmes paru en 1866, intitulé Les filles de la nuit. Cette première publication est un succès. Certains poèmes ont été traduits en langues étrangères. —  ORAIN, Adolphe, Les Filles de la nuit, Rennes, Hamon, 1866. —

En 1907, il publie un poème sur Dinard dans la Revue de Bretagne et de Vendée.—  ORAIN, Adolphe, « Dinard, poésie », Revue de Bretagne, de Vendée et d’Anjou, Vol. 41, 1909, p. 80, Voir en ligne. —

Biographies d’artistes bretons

L’intérêt d’Adolphe Orain pour la poésie se manifeste aussi par l’écriture d’articles biographiques sur des poètes. Entre 1866 et 1911, il publie dix articles sur des littérateurs bretons dans la Revue de Bretagne et de Vendée : Mme la princesse de Salm-Dyck (1767-1845), Pierre-Louis Ginguené (1748-1816), Guillaume René Kerambrun (1813-1852), Émile Souvestre (1806-1854), Jean Elleviou (1769-1842), Louis Léon César Faidherbe (1818-1889), Bernard de la Durantais (-1806), Victor Drouyer (-1871), ainsi que deux articles sur Leconte de Lisle étudiant en droit à Rennes et Le séjour en Bretagne de célébrités littéraires et scientifiques 36.

En 1868 la biographie du poète Édouard Delatouche parait dans Le Concours des muses - universel et permanent 37.

De 1902 à 1910, il publie plusieurs articles sur des artistes bretons dans la revue L’Hermine. Le premier d’entre eux est consacré au peintre Jean-Louis Hamon (1820-1874), puis paraissent des articles sur le poète romantique Evariste Boulay-Paty (1804-1864), sur l’acteur Glatigny (1839-1873) au théâtre de Rennes, sur Les amours d’Hippolyte Lucas et de Laure de Martel, sur l’écrivain briochain Villiers de l’Isle-Adam (1838-1889), sur Les aventures de M. Jean-Marie Blanchet, curé de Lanrigan et enfin sur Le théâtre à Rennes au siècle dernier 38.

Ornithologie

Adolphe Orain s’intéresse à l’ornithologie depuis son enfance. Il publie un premier article, dédié au rossignol dans La Semaine des familles en 1867.—  ORAIN, Adolphe, « Le retour du printemps », La semaine des familles : revue universelle illustrée, 1867, p. 517-518, Voir en ligne. — En 1868, il fait paraitre un ouvrage ornithologique intitulé Le Nid, avec une préface de l’écrivain rennais Hippolyte Lucas (1807-1878).—  ORAIN, Adolphe, Le Nid, Redon, L. Guillet, imprimeur-libraire, 1868, 121 p. —

Voulez-vous connaître les mœurs des oiseaux qui vivent autour de nous ? Ouvrez le petit livre de M. Orain, et vous verrez passer tour à tour devant vous la fauvette, le rossignol, l’alouette, la grive, la bergeronnette, le rouge-gorge, le bouvreuil, le roitelet, le troglodyte, le merle, la bécasse, la mésange, voire même le canard sauvage ; tous divers de vêtements, de mœurs et de chants ; tous intéressants et charmants à étudier. M. Orain a beaucoup observé ses héros et il éprouve pour eux une vive tendresse de cœur : cela se sent et se communique.

KERJEAN, Louis de, « Notices et comptes rendus », Revue de Bretagne et de Vendée, Vol. 25, 1869, p. 146, Voir en ligne. Page 153

Horticulture

Adolphe Orain a publié deux articles consacrés à l’horticulture. Le premier, dédié au lierre, est publié dans La Semaine des Enfants de 1869.—  ORAIN, Adolphe, « Horticulture - Le lierre », La Semaine des enfants, Vol. 19 / 988, 1869, p. 383, Voir en ligne. — Le second, sur les jardins de Mordelles, parait dans la Revue de Bretagne, de Vendée et d’Anjou de 1908.—  ORAIN, Adolphe, « Les Jardins d’autrefois ; Promenade horticole à Mordelles ; Tribulation d’un horticulteur à ses débuts. », Revue de Bretagne, de Vendée et d’Anjou, Vol. 39, 1908. —

Adolphe Orain en forêt de Brocéliande

Première visite : avril 1867

Dans l’introduction de La bûche d’or, conte collecté à Paimpont, Adolphe Orain explique les circonstances dans lesquelles il s’est pour la première fois rendu en forêt de Brocéliande. Il y écrit que sa bonne, originaire du village du Cannée lui avait vanté les talents des conteurs de Brocéliande. Ah ! monsieur, que c’est donc amusant ! Mais, si vous alliez dans mon pays, l’on vous dirait encore de bien plus belles histoires que ça. Intrigué par les dires de sa bonne, Adolphe Orain part pour Brocéliande en avril 1867.

Depuis longtemps je caressais le rêve d’aller errer à ma guise, à l’aventure, dans ces grands bois de Baignon, de Trécélien, de la Moute, des Noës-de-la-Source, afin de visiter la fontaine de Baranton, où l’enchanteur Merlin et la fée Viviane venaient se mirer, et la fontaine de Jouvence, dont l’eau a le privilège de rajeunir les gens. Au mois d’avril dernier, j’ai pu mettre mon projet à exécution. Je suis parti de Rennes un mardi à midi, avec un ancien forgeron des hauts fourneaux de Paimpont, actuellement aubergiste au village du Canée, et qui effectue chaque semaine, avec une petite voiture, le voyage de Rennes, pour faire le commerce des beurres et des œufs.

ORAIN, Adolphe, « La bûche d’or », La Semaine des enfants, Vol. 19 / 968-969, 1969, p. 223-224 ; 230-232, Voir en ligne.

Cet ancien forgeron nommé Jean-Baptiste Peillon le dépose au milieu de la nuit au Cannée, où il est attendu chez les parents de sa bonne. Après s’être reposé, il propose au fils de ses hôtes, José, de le conduire à travers les méandres de la forêt, à la fontaine de Barenton, afin d’y être de très-bonne heure le matin.

A cette demande, l’effroi se peignit aussitôt sur tous les visages, et la mère Jeanne, prenant la parole, me dit presque en tremblant : « Vous n’y songez pas, monsieur ; c’est pour rire, bien sûr, ou vous ignorez les rencontres que l’on peut faire la nuit dans les crezées de la forêt ! (carrefours de la forêt). — Complétement, répondis-je. — Vous n’avez jamais entendu parler de la mort du marquis de Trécélien ? — Jamais. — Ni de la rencontre faite par Rose Duchemin ? — Non plus. » Oh ! alors, la mère Jeanne me raconta des histoires affreuses, épouvantables, que je me donnerai bien garde de vous répéter. Comme elle voyait, à chacun de ses récits, un sourire d’incrédulité passer sur mes lèvres, elle s’animait davantage et renchérissait à qui mieux mieux. « Vous ne croyez peut-être pas davantage à l’histoire de la Bûche d’or ? »

ORAIN, Adolphe, « La bûche d’or », La Semaine des enfants, Vol. 19 / 968-969, 1969, p. 223-224 ; 230-232, Voir en ligne.

Bien sûr, il ne faut pas prendre cette introduction de La bûche d’or au pied de la lettre. Ce préambule littéraire a pour fonction d’introduire le conte. Cependant, Adolphe Orain y glisse des informations qui pour la plupart semblent véridiques. Ainsi, Jean-Baptiste Peillon apparait comme bûcheron à Paimpont en 1826 39. Adolphe Orain écrit par ailleurs qu’il a collecté ce conte auprès de Marie Niobé du Cannée en Paimpont. Le fils de ses hôtes José l’emmène le lendemain à la fontaine de Barenton, or le fils de Marie s’appelle Joseph.

Les contes de Brocéliande

Adolphe Orain est le plus important collecteur de contes, légendes, chansons et traditions populaires de la forêt de Paimpont/Brocéliande. Il y prospecte entre 1867 et 1886, sur les bords de l’Aff, à Campénéac, au Loutehel, à Plélan-le-Grand, à Paimpont, aux villages de Cannée et de l’Abbaye-de-Telhouët :

L’idée me vint d’aller, à mon tour, errer à l’aventure dans les grands bois de Brocéliande, de suivre les sentiers capricieux du Val sans Retour et de Folle-Pensée, de parcourir les rives fleuries de l’étang du Pas-du-Houx, de visiter le château de Comper où le vieux maréchal d’Aumont fut blessé à mort, de découvrir le tombeau de Merlin et les fontaines de Jouvence et de Barenton. J’y recueillis mes plus beaux contes, la bûche d’or, la fée aux trois dents, le géant de la forêt. J’y entendis les chansons composées jadis par un ancien ouvrier des Forges : les filles des Forges de Paimpont, le grand loup du bois, le gars Mathurin.

ORAIN, Adolphe, « Les Traditionnistes de Bretagne », Revue de Bretagne, de Vendée et d’Anjou, Vol. 38, 1907, p. 145, Voir en ligne. Page 149

Adolphe Orain considère que la forêt de Paimpont est un endroit privilégié pour le collectage de contes et légendes. Il recueille une grande partie de ses contes populaires auprès de la famille Niobé du Cannée en Paimpont :

Quiconque voudra s’en donner la peine, recueillera des contes et des légendes tant qu’il en voudra dans cette partie de l’Ille-et-Vilaine et du Morbihan qui n’a pas été explorée par les folkloristes. Mais il y a une condition : le paysan ne dit pas ses histoires au premier venu. Il faut vivre dans son intimité, s’asseoir à son foyer, l’entretenir des choses du temps passé et provoquer ses confidences. Lorsque sa langue est déliée, il ne tarit plus [...] Il y a trente ans environ nous fîmes la connaissance d’une famille de cultivateurs demeurant au village du Canée en pleine forêt, et dans cette seule maison, nous recueillîmes un grand nombre de contes, de légendes et de chansons.

ORAIN, Adolphe, « Les contes de l’antique forêt de Brocéliande », Revue de Bretagne, de Vendée et d’Anjou, Vol. 26, 1901, p. 180-186, Voir en ligne.

C’est notamment auprès de cette famille qu’il collecte au village du Cannée en Paimpont :

Il a aussi publié deux autres contes de Brocéliande ainsi qu’une légende du Loutehel et une histoire du Thélin.

Adolphe Orain fait paraitre ces contes dans des revues ou dans ses deux recueils entre 1870 et 1914. En 1880, il a publié un livre dédié à Paimpont. —  ORAIN, Adolphe, Une excursion dans la forêt de Paimpont : Le conte de la bûche d’or - La chanson des filles des Forges, Rennes, L. Caillot, 1880, 12 p. —

Chansons de Brocéliande

Adolphe Orain a collecté de nombreuses chansons dans la région de Brocéliande, auprès de ses sources préférées comme Marie Niobé du village du Cannée en Paimpont mais aussi dans les villages environnants, Plélan, Maxent, Campénéac...

Traditions populaires de la forêt de Paimpont

Adolphe Orain collecte auprès des habitants de la forêt de Paimpont - Marie Niobé du village du Cannée, Jean Ruelland du Pertuis du Faux ou Auguste Provost, cloutier à la Ville-Danet - traditions, us et coutumes.

Au mois d’avril 1885, j’allais faire une excursion dans la forêt de Brocéliande, qu’on appelle aujourd’hui Paimpont.[...] En allant visiter le petit bourg de Concoret [...] je demandais à mon guide Auguste Provost, cloutier à la Ville-Danet, en Paimpont, pourquoi lorsqu’on parlait de Concoret on ajoutait toujours, le pays des sorciers. - Parce que, me dit-il, il y en avait beaucoup autrefois qui demeuraient à Concoret, et qui se réunissaient dans les Crézées (clairières) des bois où dans l’aire à battre le grain des villages environnants.

ORAIN, Adolphe, De la vie à la mort : folklore de l’Ille-et-Vilaine, Vol. 2, Paris, J. Maisonneuve, 1897-1898, Voir en ligne. Pages 167-168

Adolphe Orain s’intéresse aux devinettes, berceuses, superstitions religieuses, anecdotes, croyances aux êtres fantastiques, etc.

  • Fontaine Notre-Dame-des-Chesnes à Paimpont 40
  • Fontaine de Barenton 41
  • Un prêtre fantôme à Paimpont 42
  • Croyances et traditions populaires de Paimpont 43
  • La clairière aux garous en forêt de Paimpont 44
  • Fontaine Saint-Fiacre à Plélan-le-Grand 45
  • Fontaine Saint-Méen et chapelle du Louya à Gaël 46
  • Fontaine Saint-Méen à Saint-Méen 47
  • Fontaine Saint-Genou à Monterfil 48
  • Statue de sainte Onenna de Tréhorenteuc 49
  • Le Pas de Saint-Martin en Iffendic 50
  • Chapelle Saint-Jouan en Saint-Malon 51
  • Une tradition de Montfort 52
  • Les sorciers de Concoret 53
  • Les Avènements par Marie Niobé du Cannée en Paimpont 54
  • L’enfant mort de Saint-Gonlay 55
  • La chasse Artus 56
  • La messe des morts du curé de Saint-Méen 57

Le gallo de la région de Montfort, Paimpont et Plélan

Adolphe Orain parle couramment le gallo. Cette maitrise de la langue lui permet de converser avec les habitants des campagnes d’Ille-et-Vilaine. Au cours de ses collectes en forêt de Paimpont et dans les environs, il recueille une trentaine de mots gallos spécifiques à la région, qu’il a intégrés à son Glossaire patois du département d’Ille-et-Vilaine 58—  ORAIN, Adolphe, Glossaire patois du département d’Ille-et-Vilaine, suivi de chansons populaires avec musique, The Internet Archive, Paris, Maisonneuve frères et Ch. Leclerc éditeurs, 1886, Voir en ligne. —

Il y note par ailleurs les spécificités du dialecte de l’arrondissement de Montfort.

D’un autre côté les paysans parlant très vite, et par suite supprimant un certain nombre de syllabes, il est presque impossible à un étranger de suivre la conversation des habitants du fond des terres, et notamment des arrondissements de Redon et de Montfort.

Orain, Adolphe (1886) op. cit. p.141

Bibliographie

KERJEAN, Louis de, « Notices et comptes rendus », Revue de Bretagne et de Vendée, Vol. 25, 1869, p. 146, Voir en ligne.

CARNOY, Henry, Dictionnaire biographique international des écrivains, Vol. 1-4, Paris, Imprimerie de l’armorial français, 1897, (« Collection des grands dictionnaires biographiques »), Voir en ligne.

ANONYME, « Chronique régionale : Ille-et-Vilaine », L’Ouest-Éclair, Rennes, 13 mai 1902apr. J.-C., p. 2, Voir en ligne.

CARNOY, Henry, « Galerie traditionniste - Adolphe Orain », La Tradition, Vol. 14, 1904, p. 108-109, Voir en ligne.

ANONYME, « Rubrique nécrologique : Adolphe Orain », Annales de Bretagne, Vol. 33, 1918-1919, p. 460-461, Voir en ligne.

RULON, Charles, « Adolphe Orain (1834-1918) », Bulletin Archéologique de l’Association Bretonne, LXVII, 1959, p. 83.

MORIN, Gilles, « Les Compagnons de Merlin », Cahiers du Laboratoire d’études et de recherches Gallèses, 1982, p. 111-155.

LE BIHAN, Jean, Au service de l’Etat : Les fonctionnaires intermédiaires au XIXe siècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2008, 366 p., (« Histoire »).

Œuvres

ORAIN, Adolphe, Les Filles de la nuit, Rennes, Hamon, 1866.

ORAIN, Adolphe, Guide du voyageur dans Rennes et ses environs, 1867, Redon, L. Guillet, imprimeur-libraire, 1866, Voir en ligne.

ORAIN, Adolphe, Les Veillées du fermier Jean-Louis, Redon, L. Guillet, imprimeur-libraire, 1868, 31 p.

ORAIN, Adolphe, Une excursion dans la forêt de Paimpont : Le conte de la bûche d’or - La chanson des filles des Forges, Rennes, L. Caillot, 1880, 12 p.

ORAIN, Adolphe, Géographie pittoresque du département d’Ille-et-Vilaine - Histoire et Curiosités des 357 communes - Personnages célèbres, Littérateurs, Poètes, Artistes, etc. - Agriculture, Commerce, Industrie.., Rennes, Imprimerie Alph. le Roy fils, 1882.

ORAIN, Adolphe, Glossaire patois du département d’Ille-et-Vilaine, suivi de chansons populaires avec musique, The Internet Archive, Paris, Maisonneuve frères et Ch. Leclerc éditeurs, 1886, Voir en ligne.

ORAIN, Adolphe, Guipel, son château, ses manoirs, ses chapelles, ses souvenirs, Rennes, P. Dubois, 1887, 19 p., Voir en ligne.

ORAIN, Adolphe et LEGRAND, Commandant, Chansons populaires recueillies dans le département d’Ille-et-Vilaine, V, Paris, Rolland Eugène, 1887, 78 p., (« Recueil de chansons populaires »).

ORAIN, Adolphe, Erection d’un monument à Leperdit, ancien maire de Rennes, notice biographique, Rennes, Alph. Le Roy, Imprimeur, 1890, Voir en ligne.

ORAIN, Adolphe, Au Pays de Rennes, Rennes, Hyacinthe Caillière, 1892, Voir en ligne.

ORAIN, Adolphe, Chansons de la Haute-Bretagne, Rennes, Hyacinthe Caillière, éditeur, 1902, 423 p.

ORAIN, Adolphe, De la vie à la mort : folklore de l’Ille-et-Vilaine, Vol. 1, Paris, J. Maisonneuve, 1897, Voir en ligne.

ORAIN, Adolphe, De la vie à la mort : folklore de l’Ille-et-Vilaine, Vol. 2, Paris, J. Maisonneuve, 1897-1898, Voir en ligne.

ORAIN, Adolphe, Contes de l’Ille-et-Vilaine, Paris, J. Maisonneuve, 1901, Voir en ligne.

ORAIN, Adolphe, Contes du pays Gallo, Rennes, Honoré Champion, 1904, Voir en ligne.

ORAIN, Adolphe, Bain, son histoire, Imprimerie de F. Simon, 1905.

Annales de Bretagne

ORAIN, Adolphe, « Contes populaires de l’Ille-et-Vilaine », Annales de Bretagne, Vol. 14, 1898, p. 155, Voir en ligne.

ORAIN, Adolphe, « Chansons populaires recueillies dans l’Ille-et-Vilaine », Annales de Bretagne, Vol. 16, 1900, p. 1-16, Voir en ligne.

Le Concours des muses - universel et permanent

ORAIN, Adolphe, « Étude biographique sur Edouard Delatouche. (suite.) A ABD-EL-KADER », Le Concours des muses : universel et permanent, 1868, p. 12, Voir en ligne.

L’Hermine

ORAIN, Adolphe, « Les trois légendes du château de Fontenay », L’Hermine, Vol. 24, 1898, p. 36.

ORAIN, Adolphe, « L’armateur de Saint-Malo (Jean de Calais) », L’Hermine, Vol. 24, 1898, p. 279.

ORAIN, Adolphe, « Le rocher d’Uzel - légende des bords de la Vilaine », L’Hermine, Vol. 25, 1899, p. 150.

ORAIN, Adolphe, « Galerie des poètes bretons, Louis Hamon », L’Hermine, Vol. 28, 1902, p. 107.

ORAIN, Adolphe, « L’eau qui danse, la pomme qui chante et l’oiseau qui dit tout (conte de l’Ille-et-Vilaine) », L’Hermine, XXIX, 1903, p. 204.

ORAIN, Adolphe, « Galerie des poètes bretons. Guillaume-René Kerambrun », L’Hermine, XXX, 1904, p. 19.

ORAIN, Adolphe, « Les poêtes bretons. - Evariste Boulay-Paty (1804-1864) », L’Hermine, Vol. 31, 1905, p. 38.

ORAIN, Adolphe, « La chouannerie en Ille-et-Vilaine. — La bataille de Toucheneau », L’Hermine, Vol. 31, 1905, p. 156-163.

ORAIN, Adolphe, « Souvenirs d’un breton. III. Glatigny au théâtre de Rennes. », L’Hermine, Vol. 33, 1907, p. 202-203.

ORAIN, Adolphe, « Souvenirs d’un breton IV. Les amours d’Hippolyte Lucas et de Laure de Martel », L’Hermine, Vol. 33, 1907, p. 255-256.

ORAIN, Adolphe, « Souvenirs d’un breton V. Villiers de l’Isle-Adam. », L’Hermine, Vol. 34, 1908, p. 131-132.

ORAIN, Adolphe, « Souvenirs d’un Breton. - Les aventures de M. Jean-Marie Blanchet, curé de Lanrigan », L’Hermine, XXXV, 1909, p. 71-73.

ORAIN, Adolphe, « Histoire de chez nous. Guillemot détenu politique. Son évasion de la prison Saint-Michel à Rennes », L’Hermine, Vol. 34, 1909, p. 33-34.

ORAIN, Adolphe, « En 1793 », L’Hermine, Vol. 35, 1909, p. 225-226.

ORAIN, Adolphe, « Un récit du foyer dans l’arrondissement de Vitré », L’Hermine, Vol. 41, 1909, p. 194.

ORAIN, Adolphe, « Le géant de la forêt de Brocéliande », L’Hermine, Vol. 41, 1909, p. 10-14.

ORAIN, Adolphe, « Le monde fantastique de l’Ille-et-Vilaine - La chasse nocturne », L’Hermine, Vol. 41, 1909.

ORAIN, Adolphe, « Anecdotes attribuées à Mgr saint-Marc », L’Hermine, Vol. 42, 1910, p. 90-93.

ORAIN, Adolphe, « Le théâtre à Rennes au siècle dernier », L’Hermine, Vol. 42, 1910, p. 237-239.

Mélusine

ORAIN, Adolphe, « Moeurs et usages en Haute-Bretagne », Mélusine, Vol. 3, 1886, p. 14, 28-29, Voir en ligne.

ORAIN, Adolphe, « Le monde fantastique en Haute-Bretagne », Mélusine, Vol. 3, 1886, p. 370-374, 469-474, Voir en ligne.

ORAIN, Adolphe, « Le monde fantastique en Haute-Bretagne (suite) », Mélusine, Vol. 4, 1888, p. 42, 110-113, Voir en ligne.

ORAIN, Adolphe, « Chansons populaires de Haute Bretagne », Mélusine, Vol. 4, 1888, p. 46, 189, 305, 377, Voir en ligne.

ORAIN, Adolphe, « Devinettes de la Haute-Bretagne », Mélusine, Vol. 4, 1888, p. 196, 297, 333, 379, 405, 424, 446, Voir en ligne.

Mémoires de la Société archéologique d’Ille-et-Vilaine

ORAIN, Adolphe, « A travers le département d’Ille-et-Vilaine », Mémoires de la Société archéologique d’Ille-et-Vilaine, Vol. 34, 1906, p. 289-305.

Revue de Bretagne et de Vendée

ORAIN, Adolphe, « Galerie des poètes bretons. - Mme la princesse de Salm-Dyck », Revue de Bretagne et de Vendée, Vol. 19, 1866, p. 153-157, Voir en ligne.

ORAIN, Adolphe, « Galerie des poètes bretons.- Pierre-Louis Ginguené », Revue de Bretagne et de Vendée, Vol. 21, 1867, p. 267-272, Voir en ligne.

ORAIN, Adolphe, « Guillaume René Kerambrun », Revue de Bretagne et de Vendée, Vol. 26, 1869, p. 307-312.

ORAIN, Adolphe, « Galerie des poètes bretons. - Émile Souvestre », Revue de Bretagne et de Vendée, Vol. 28, 1870, p. 263-269, Voir en ligne.

ORAIN, Adolphe, « Célébrités bretonnes. - Elleviou », Revue de Bretagne et de Vendée, Vol. 27, 1870, p. 125-132.

ORAIN, Adolphe, « Contes et récits populaires des Bretons. - Le Sifflet merveilleux », Revue de Bretagne et de Vendée, Vol. 27, 1870, p. 203-216, Voir en ligne.

ORAIN, Adolphe, « Contes et récits populaires des Bretons. - Le Rocher d’Uzel, récit du batelier », Revue de Bretagne et de Vendée, Vol. 29, 1871, p. 24-35, Voir en ligne.

ORAIN, Adolphe, « Contes et récits populaires des Bretons. - La couronne du roi Hoël III », Revue de Bretagne et de Vendée, Vol. 36, 1874, p. 367-373, Voir en ligne.

ORAIN, Adolphe, « Sainte Onenna – récit de la gardeuse de vaches », Revue de Bretagne et de Vendée, Vol. 38, 1875, p. 269-273, Voir en ligne.

ORAIN, Adolphe, « La médaille de sainte Anne, légende bretonne », Revue de Bretagne et de Vendée, Vol. 39, 1876, p. 216-221, Voir en ligne.

ORAIN, Adolphe, « Galerie des poètes bretons. - Louis de Léon », Revue de Bretagne et de Vendée, Vol. 44, 1878, p. 95-99, Voir en ligne.

ORAIN, Adolphe, « Les sabots de la reine Anne, ronde du Morbihan », Revue de Bretagne et de Vendée, Vol. 50, 1881, p. 148-149, Voir en ligne.

ORAIN, Adolphe, « Galerie des poètes bretons. - M. Bernard de la Durantais », Revue de Bretagne et de Vendée, Vol. 50, 1881, p. 380-389, Voir en ligne.

ORAIN, Adolphe, « Légendes bretonnes. - Le sire de Changé », Revue de Bretagne et de Vendée, Vol. 53, 1883, p. 235-241, Voir en ligne.

ORAIN, Adolphe, « Nos poètes bretons : Victor Drouyer », Revue de Bretagne, de Vendée et d’Anjou, Vol. 14, 1895, p. 232-237, Voir en ligne.

ORAIN, Adolphe, « Nos poètes bretons : Victor Drouyer », Revue de Bretagne, de Vendée et d’Anjou, Vol. 14, 1895, p. 232-237, Voir en ligne.

ORAIN, Adolphe, « Légendes du pays de Bruz : trois martyrs », Revue de Bretagne, de Vendée et d’Anjou, Vol. 18, 1897, p. 230-235, Voir en ligne.

ORAIN, Adolphe, « Les Histoires du pays de Bruz, près Rennes », Revue de Bretagne, de Vendée et d’Anjou, Vol. 17, 1897, p. 93-104, Voir en ligne.

ORAIN, Adolphe, « Le Bon Dieu à Laillé », Revue de Bretagne, de Vendée et d’Anjou, Vol. 18, 1897, p. 230-235, Voir en ligne.

ORAIN, Adolphe, « Le monde des ténèbres en Ille-et-Vilaine », Revue de Bretagne, de Vendée et d’Anjou, Vol. 21, 1899, p. 34-50, Voir en ligne.

ORAIN, Adolphe, « Petite légendes de l’Ille-et-Vilaine », Revue de Bretagne, de Vendée et d’Anjou, Vol. 23, 1900, p. 301-306, Voir en ligne.

ORAIN, Adolphe, « Petites légendes de l’Ille-et-Vilaine (suite) », Revue de Bretagne, de Vendée et d’Anjou, Vol. 24, 1900, p. 221-227, Voir en ligne.

ORAIN, Adolphe, « Les contes de l’antique forêt de Brocéliande », Revue de Bretagne, de Vendée et d’Anjou, Vol. 26, 1901, p. 180-186, Voir en ligne.

ORAIN, Adolphe, « La chouannerie en Ille-et-Vilaine. — La bataille de Toucheneau », L’Hermine, Vol. 31, 1905, p. 156-163.

ORAIN, Adolphe, « Gilles de Bretagne dans les cachots du château de Teil-lay », Revue de Bretagne, de Vendée et d’Anjou, Vol. 36, 1906, p. 183, Voir en ligne.

ORAIN, Adolphe, « Les Traditionnistes de Bretagne », Revue de Bretagne, de Vendée et d’Anjou, Vol. 38, 1907, p. 145, Voir en ligne.

ORAIN, Adolphe, « La légende de Saint Melaine », Revue de Bretagne, de Vendée et d’Anjou, Vol. 38, 1907, p. 191, Voir en ligne.

ORAIN, Adolphe, « Un Mariage autorisé par le Conventionnel Carrier », Revue de Bretagne, de Vendée et d’Anjou, Vol. 37, 1907, p. 371, Voir en ligne.

ORAIN, Adolphe, « Les Jardins d’autrefois ; Promenade horticole à Mordelles ; Tribulation d’un horticulteur à ses débuts. », Revue de Bretagne, de Vendée et d’Anjou, Vol. 39, 1908.

ORAIN, Adolphe, « Le Poète Leconte de Lisie étudiant en droit à Rennes », Revue de Bretagne, de Vendée et d’Anjou, Vol. 39, 1908, p. 35, Voir en ligne.

ORAIN, Adolphe, « Légende bretonne : Rieux et Redon », Revue de Bretagne, de Vendée et d’Anjou, Vol. 39, 1908, p. 309.

ORAIN, Adolphe, « Le rappel du Parlement de Bretagne (15 juillet 1769) », Revue de Bretagne, de Vendée et d’Anjou, Vol. 39, 1908, p. 211, Voir en ligne.

ORAIN, Adolphe, « Devant l’Âtre », Revue de Bretagne, de Vendée et d’Anjou, Vol. 40, 1908, p. 95, Voir en ligne.

ORAIN, Adolphe, « En 1793 », L’Hermine, Vol. 35, 1909, p. 225-226.

ORAIN, Adolphe, « Dinard, poésie », Revue de Bretagne, de Vendée et d’Anjou, Vol. 41, 1909, p. 80, Voir en ligne.

ORAIN, Adolphe, « La Chouannerie dans l’arrondissement de Vitré », Revue de Bretagne, de Vendée et d’Anjou, Vol. 42, 1909, p. 26, Voir en ligne.

ORAIN, Adolphe, « Monographies de trois communes du canton sud-ouest de Rennes : Châtillon-sur-Seiche, Saint-Erblon, Bruz », Revue de Bretagne, de Vendée et d’Anjou, Vol. 44, 1910, p. 249, Voir en ligne.

ORAIN, Adolphe, « La Chouannerie légendaire dans l’Ille-et-Vilaine », Revue de Bretagne, de Vendée et d’Anjou, Vol. 43, 1910, p. 165, Voir en ligne.

ORAIN, Adolphe, « Le Monde fantastique. La chasse nocturne », Revue de Bretagne, de Vendée et d’Anjou, Vol. 45, 1911, p. 45-46, Voir en ligne.

ORAIN, Adolphe, « Le séjour en Bretagne de célébrités littéraires et scientifiques », Revue de Bretagne, Vol. 47, 1911, p. 149-158, Voir en ligne.

ORAIN, Adolphe, « La Chouannerie dans l’arrondissement de Vitré pendant la tourmente révolutionnaire (suite) », Revue de Bretagne, de Vendée et d’Anjou, Vol. 48, 1912, p. 94 ; 203 ; 293, Voir en ligne.

ORAIN, Adolphe, « La Chouannerie dans l’arrondissement de Vitré pendant la tourmente révolutionnaire (suite) », Revue de Bretagne, de Vendée et d’Anjou, Vol. 50, 1913, p. 230, Voir en ligne.

ORAIN, Adolphe, « La Chouannerie en 1830 dans l’arrondissement de Vitré », Revue de Bretagne, de Vendée et d’Anjou, Vol. 51, 1914, p. 25, Voir en ligne.

Revue illustrée des provinces de l’Ouest

ORAIN, Adolphe, « Curiosités, croyances, superstitions, chansons et coutumes de l’Ille-et- Vilaine. - Un charmant pays. », Revue illustrée des provinces de l’Ouest, Vol. 3 / 8, 1891, p. 16-19, Voir en ligne.

ORAIN, Adolphe, « Le boeuf d’or », Revue illustrée des provinces de l’Ouest, Vol. 12 / 4, 1894, p. 100-110, Voir en ligne.

Revue du traditionnisme Français et étranger

ORAIN, Adolphe, « Le Bon Dieu dans la tirette. Conte facétieux de l’Ille-et-Vilaine », Revue du traditionnisme français et étranger, Vol. A1, 1906, p. 2-3, Voir en ligne.

ORAIN, Adolphe, « Jean l’Ours. Conte de l’Ille-et-Vilaine », Revue du traditionnisme français et étranger, Vol. A1, 1906, p. 97-101, 170-177, 200-213, Voir en ligne.

ORAIN, Adolphe, « Les traditionnistes de Bretagne », Revue du traditionnisme français et étranger, Vol. A1, 1906, p. 297-300, Voir en ligne.

ORAIN, Adolphe, « Jean Bête, conte de l’Ille-et-Vilaine », Revue du traditionnisme français et étranger, Vol. A2, 1907, p. 97-101, 225-230, Voir en ligne.

ORAIN, Adolphe, « Chanson populaire bretonne », Revue du traditionnisme français et étranger, Vol. A2, 1907, p. 162-163, Voir en ligne.

ORAIN, Adolphe, « La fée aux trois dents, conte breton », Revue du traditionnisme français et étranger, Vol. A2, 1907, p. 225, Voir en ligne.

ORAIN, Adolphe, « Traditions populaires de l’Ille-et-Vilaine (fin) », Revue du traditionnisme français et étranger, Vol. A3, 1908, p. 9-12, Voir en ligne.

ORAIN, Adolphe, « Le géant de la forêt de Brocéliande », Revue du traditionnisme français et étranger, Vol. A3, 1908, p. 73-84, Voir en ligne.

ORAIN, Adolphe, « Chanson populaire d’Ille-et-Vilaine », Revue du traditionnisme français et étranger, Vol. A8, 1913, p. 149-150, Voir en ligne.

ORAIN, Adolphe, « Les facéties du curé de Saulnière », Revue du traditionnisme français et étranger, Vol. A9, 1914, p. 1-3, Voir en ligne.

ORAIN, Adolphe, « L’enfant changé en vieillard. Conte de l’Ille-et-Vilaine », Revue du traditionnisme français et étranger, Vol. A9, 1914, p. 93-94, Voir en ligne.

La semaine des familles

ORAIN, Adolphe, « Le retour du printemps », La semaine des familles : revue universelle illustrée, 1867, p. 517-518, Voir en ligne.

La semaine des enfants

ORAIN, Adolphe, « Fleur d’épine », La Semaine des enfants, Vol. 19 / 953-954, 1868, p. 101-103 ; 109-110, Voir en ligne.

ORAIN, Adolphe, « La bûche d’or », La Semaine des enfants, Vol. 19 / 968-969, 1969, p. 223-224 ; 230-232, Voir en ligne.

ORAIN, Adolphe, « Les trois bossus », La Semaine des enfants, Vol. 19 / 979-980, 1869, p. 307-311 ; 315-318, Voir en ligne.

ORAIN, Adolphe, « Horticulture - Le lierre », La Semaine des enfants, Vol. 19 / 988, 1869, p. 383, Voir en ligne.

ORAIN, Adolphe, « La couronne d’Hoël III », La Semaine des enfants, Vol. 22 / 1105, 1870, p. 70-71 ; 79, Voir en ligne.

ORAIN, Adolphe et LEGRAND, Léon, « Tu ris, tu ris, Bergère (ronde) », La Semaine des enfants, Vol. 22 / 1127, 1870, p. 248, Voir en ligne.

ORAIN, Adolphe, « La levrette blanche - conte breton », La Semaine des enfants, Vol. 22 / 1142, 1870, p. 362-363 ; 370-371 ; 378-379, Voir en ligne.

ORAIN, Adolphe, « L’eau qui danse, la pomme qui chante et l’oiseau qui dit tout », La Semaine des enfants, Vol. 24 / 1235, 1872, p. 285 ; 295 ; 302, Voir en ligne.

ORAIN, Adolphe, « L’âne qui fait l’or - conte breton », La Semaine des enfants, Vol. 24 / 1124, 1872, p. 206-207, Voir en ligne.

Rééditions

ORAIN, Adolphe, Curiosités, croyances, superstitions, chansons et coutumes de l’Ille-et- Vilaine., Rennes, La Découvrance, 1996, 126 p., (« L’Amateur Averti »).

ORAIN, Adolphe et EUDES, Olivier, Trésor des contes du Pays gallo, Terres de Brume, 2000, 432 p., (« Bibliothèque celte »).

ORAIN, Adolphe, Coutumes et usages d’Ille-et-Vilaine, 2002, La Découvrance éditions, 1897, (« L’Amateur Averti »).

ORAIN, Adolphe, Mes souvenirs, Arbre d’Or eBooks, 1906, (« Les gens de l’Être »), Voir en ligne.


↑ 1 • Le manuscrit original « Mes souvenirs » est conservé aux Archives Départementales d’Ille-et-Vilaine. Il n’a jamais été publié. — ADIV 105 J 3. Fonds Adolphe Orain (1834-1918). « Mes souvenirs », manuscrit inédit, sd, —

↑ 2 • Adolphe Orain reste 35 ans comme fonctionnaire à la préfecture de Rennes.

Adolphe Orain passe douze ans dans la troisième classe du grade de chef de bureau, trois ans dans la seconde et six mois dans la première ; de là, il accède directement à la deuxième classe du grade de chef de division, dans laquelle il reste cinq ans, avant d’être élevé de classe une dernière fois, et de prendre sa retraite six ans plus tard. — ADIV, 2 M 1, Préfecture d’Ille-et-Vilaine, Registre des employés et gens de service. —

↑ 3 • Adolphe Orain publie plusieurs articles dans L’annuaire officiel d’Ille-et-Vilaine

[Il] publie chaque année dans L’annuaire officiel d’Ille-et-Vilaine (Rennes, Impr. Simon) quelques notes biographiques et de folklore. Nous signalerons des notices sur le peintre E.-J. Vaumort et le biographe Quérard (annuaire de 1912 et de 1913), des notes sur les coutumes où les légendes de Combourg, Antrain, Gaël (1912), Teillay, Bécherel (1913), Redon, Montauban (1914), et des chants populaires recueillis à Tinténiac (1914).

BOURDE DE LA ROUGERIE, Henri, « Chroniques d’histoire et de littérature de Bretagne », Annales de Bretagne, Vol. 29, 1913, Voir en ligne.Page 594

↑ 4 • Adolphe Orain publie sept contes inédits dans La semaine des enfants :

  • Fleur d’épine en 1868. —  ORAIN, Adolphe, « Fleur d’épine », La Semaine des enfants, Vol. 19 / 953-954, 1868, p. 101-103 ; 109-110, Voir en ligne. —
  • La bûche d’or, collecté en forêt de Paimpont —  ORAIN, Adolphe, « La bûche d’or », La Semaine des enfants, Vol. 19 / 968-969, 1969, p. 223-224 ; 230-232, Voir en ligne. — et Les trois bossus. —  ORAIN, Adolphe, « Les trois bossus », La Semaine des enfants, Vol. 19 / 979-980, 1869, p. 307-311 ; 315-318, Voir en ligne. — en 1869.
  • La couronne d’Hoël III, dont l’action se déroule à Gaël —  ORAIN, Adolphe, « La couronne d’Hoël III », La Semaine des enfants, Vol. 22 / 1105, 1870, p. 70-71 ; 79, Voir en ligne. — et La levrette blanche —  ORAIN, Adolphe, « La levrette blanche - conte breton », La Semaine des enfants, Vol. 22 / 1142, 1870, p. 362-363 ; 370-371 ; 378-379, Voir en ligne. — dans l’édition de 1870.
  • L’eau qui danse, la pomme qui chante et l’oiseau qui dit tout —  ORAIN, Adolphe, « L’eau qui danse, la pomme qui chante et l’oiseau qui dit tout », La Semaine des enfants, Vol. 24 / 1235, 1872, p. 285 ; 295 ; 302, Voir en ligne. — et L’âne qui fait l’or —  ORAIN, Adolphe, « L’âne qui fait l’or - conte breton », La Semaine des enfants, Vol. 24 / 1124, 1872, p. 206-207, Voir en ligne. —dans l’édition de 1872.

↑ 5 • De 1870 à 1897, Adolphe Orain publie dix contes inédits et une réédition dans la Revue de Bretagne et de Vendée :

  • —  ORAIN, Adolphe, « Contes et récits populaires des Bretons. - Le Sifflet merveilleux », Revue de Bretagne et de Vendée, Vol. 27, 1870, p. 203-216, Voir en ligne. —
  • —  ORAIN, Adolphe, « Contes et récits populaires des Bretons. - Le Rocher d’Uzel, récit du batelier », Revue de Bretagne et de Vendée, Vol. 29, 1871, p. 24-35, Voir en ligne. —
  • —  ORAIN, Adolphe, « Contes et récits populaires des Bretons. - La couronne du roi Hoël III », Revue de Bretagne et de Vendée, Vol. 36, 1874, p. 367-373, Voir en ligne. —
  • —  ORAIN, Adolphe, « Sainte Onenna – récit de la gardeuse de vaches », Revue de Bretagne et de Vendée, Vol. 38, 1875, p. 269-273, Voir en ligne. —
  • —  ORAIN, Adolphe, « La médaille de sainte Anne, légende bretonne », Revue de Bretagne et de Vendée, Vol. 39, 1876, p. 216-221, Voir en ligne. —
  • —  ORAIN, Adolphe, « Légendes bretonnes. - Le sire de Changé », Revue de Bretagne et de Vendée, Vol. 53, 1883, p. 235-241, Voir en ligne. —
  • —  ORAIN, Adolphe, « Les Histoires du pays de Bruz, près Rennes », Revue de Bretagne, de Vendée et d’Anjou, Vol. 17, 1897, p. 93-104, Voir en ligne. —
  • —  ORAIN, Adolphe, « Le Bon Dieu à Laillé », Revue de Bretagne, de Vendée et d’Anjou, Vol. 18, 1897, p. 230-235, Voir en ligne. —
  • —  ORAIN, Adolphe, « Petite légendes de l’Ille-et-Vilaine », Revue de Bretagne, de Vendée et d’Anjou, Vol. 23, 1900, p. 301-306, Voir en ligne. —
  • —  ORAIN, Adolphe, « Petites légendes de l’Ille-et-Vilaine (suite) », Revue de Bretagne, de Vendée et d’Anjou, Vol. 24, 1900, p. 221-227, Voir en ligne. —
  • —  ORAIN, Adolphe, « Les contes de l’antique forêt de Brocéliande », Revue de Bretagne, de Vendée et d’Anjou, Vol. 26, 1901, p. 180-186, Voir en ligne. —

↑ 6 • Le boeuf d’or parait en 1894 dans la Revue illustrée des provinces de l’Ouest.—  ORAIN, Adolphe, « Le boeuf d’or », Revue illustrée des provinces de l’Ouest, Vol. 12 / 4, 1894, p. 100-110, Voir en ligne. —

↑ 7 • Adolphe Orain publie six contes en 1898 dans les Annales de Bretagne.—  ORAIN, Adolphe, « Contes populaires de l’Ille-et-Vilaine », Annales de Bretagne, Vol. 14, 1898, p. 155, Voir en ligne. —

↑ 8 • Contes de l’Ille-et-Vilaine comprend quatre contes collectés en forêt de Paimpont ou au Loutehel :

  • La Bûche d’or, p. 65.
  • Sainte Onenna, p. 94.
  • La Couronne du roi de Domnonée, p. 127.
  • La Bête de la Lohière, p. 263.

↑ 9 • Entre 1903 et 1905, Adolphe Orain fait paraitre cinq contes dans la revue L’Hermine :

  • —  ORAIN, Adolphe, « Les trois légendes du château de Fontenay », L’Hermine, Vol. 24, 1898, p. 36. —
  • —  ORAIN, Adolphe, « Le rocher d’Uzel - légende des bords de la Vilaine », L’Hermine, Vol. 25, 1899, p. 150. —
  • —  ORAIN, Adolphe, « L’eau qui danse, la pomme qui chante et l’oiseau qui dit tout (conte de l’Ille-et-Vilaine) », L’Hermine, XXIX, 1903, p. 204. —
  • —  ORAIN, Adolphe, « Un récit du foyer dans l’arrondissement de Vitré », L’Hermine, Vol. 41, 1909, p. 194. —
  • —  ORAIN, Adolphe, « Le géant de la forêt de Brocéliande », L’Hermine, Vol. 41, 1909, p. 10-14. —

↑ 10 • De 1902 à 1905, Adolphe Orain publie quatre contes dans la revue La tradition :

  • —  ORAIN, Adolphe, « Le merle blanc et le renard. Conte de l’Ille-et-Vilaine », La Tradition, 1902, p. 197. —
  • —  ORAIN, Adolphe, « L’âne qui fait de l’or », La Tradition, Vol. 15, 1905, p. 265, Voir en ligne. —
  • —  ORAIN, Adolphe, « La Poule coupée par la moitié, conte de l’Ille-et-Vilaine », La Tradition, Vol. 15, 1905, p. 129, Voir en ligne. —
  • —  ORAIN, Adolphe, « L’Innocent qui veut se marier, conte de l’Ille-et-Vilaine », La Tradition, Vol. 15, 1905, p. 1-4, Voir en ligne. —

↑ 11 • Trois contes parus dans Revue de Bretagne et de Vendée de 1905 à 1911 :

  • —  ORAIN, Adolphe, « La légende de Saint Melaine », Revue de Bretagne, de Vendée et d’Anjou, Vol. 38, 1907, p. 191, Voir en ligne. —
  • —  ORAIN, Adolphe, « Légende bretonne : Rieux et Redon », Revue de Bretagne, de Vendée et d’Anjou, Vol. 39, 1908, p. 309. —
  • —  ORAIN, Adolphe, « Devant l’Âtre », Revue de Bretagne, de Vendée et d’Anjou, Vol. 40, 1908, p. 95, Voir en ligne. —

↑ 12 • Entre 1906 et 1914, Adolphe Orain publie sept contes dans la Revue du traditionnisme Français

  • —  ORAIN, Adolphe, « Le Bon Dieu dans la tirette. Conte facétieux de l’Ille-et-Vilaine », Revue du traditionnisme français et étranger, Vol. A1, 1906, p. 2-3, Voir en ligne. —
  • —  ORAIN, Adolphe, « Jean l’Ours. Conte de l’Ille-et-Vilaine », Revue du traditionnisme français et étranger, Vol. A1, 1906, p. 97-101, 170-177, 200-213, Voir en ligne. —
  • —  ORAIN, Adolphe, « Jean Bête, conte de l’Ille-et-Vilaine », Revue du traditionnisme français et étranger, Vol. A2, 1907, p. 97-101, 225-230, Voir en ligne. —
  • —  ORAIN, Adolphe, « La fée aux trois dents, conte breton », Revue du traditionnisme français et étranger, Vol. A2, 1907, p. 225, Voir en ligne. —
  • —  ORAIN, Adolphe, « Le géant de la forêt de Brocéliande », Revue du traditionnisme français et étranger, Vol. A3, 1908, p. 73-84, Voir en ligne. —
  • —  ORAIN, Adolphe, « Les facéties du curé de Saulnière », Revue du traditionnisme français et étranger, Vol. A9, 1914, p. 1-3, Voir en ligne. —
  • —  ORAIN, Adolphe, « L’enfant changé en vieillard. Conte de l’Ille-et-Vilaine », Revue du traditionnisme français et étranger, Vol. A9, 1914, p. 93-94, Voir en ligne. —

↑ 13 • 

Parmi les cinq ou six cents chansons populaires que nous avons recueillies dans le département d’Ille-et-Vilaine, l’une des plus drôles nous vient du bourg l’Evêque ORAIN, Adolphe, Au Pays de Rennes, Rennes, Hyacinthe Caillière, 1892, Voir en ligne. page 106

↑ 14 • Chansons populaires parues dans La Semaine des enfants de 1869 à 1881 :

  • —  ORAIN, Adolphe, « Le battoué cassé », La Semaine des enfants, Vol. 19 / 979, 1869, p. 311, Voir en ligne. —
  • —  ORAIN, Adolphe et LEGRAND, Léon, « Tu ris, tu ris, Bergère (ronde) », La Semaine des enfants, Vol. 22 / 1127, 1870, p. 248, Voir en ligne. —
  • —  ORAIN, Adolphe, « Les sabots de la reine Anne, ronde du Morbihan », Revue de Bretagne et de Vendée, Vol. 50, 1881, p. 148-149, Voir en ligne. —

↑ 15 • Romania est une revue française consacrée à l’étude des langues et littératures romanes.

↑ 16 • Quatre chansons collectées par Adolphe Orain ont été publiées par le folkloriste normand Jean Fleury dans la revue Romania entre 1880 et 1882 :

  • —  ORAIN, Adolphe, « Les Filles des forges de Paimpont », Romania, Vol. 9 / 34, 1880, p. 304, Voir en ligne. —
  • —  ORAIN, Adolphe, « Le battoué cassé », Romania, Vol. 10 / 39, 1881, p. 408-410, Voir en ligne. —
  • —  ORAIN, Adolphe, « Le prisonnier de Rennes (Ronde bretonne) », Romania, Vol. 10, 1881, p. 245, Voir en ligne. —
  • —  ORAIN, Adolphe, « Le grand loup du bois », Romania, Vol. 11 / 41, 1882, p. 121-122, Voir en ligne. —

↑ 17 • Quatre chansons inédites parues dans la revue Mélusine en 1888 : Le Tur lu tu tu (Bain-de-Bretagne), L’alouette (Lohéac), Du Guesclin, Les Gars des Campénéac (Paimpont). —  ORAIN, Adolphe, « Chansons populaires de Haute Bretagne », Mélusine, Vol. 4, 1888, p. 46, 189, 305, 377, Voir en ligne. —

↑ 18 • Treize chansons sont parues dans les Annales de Bretagne en 1900 : Le joli bas de laine (Redon), La marchande d’oranges et Julie ma jolie (Rennes), Les gas de Rufigné, Marie Longue, La fille qui se noie par amour, A Paris sur les pavés et La petite lingère (Bain), L’âne du bonhomme (Laillé), Le grand loup du bois et Le Battoué cassé collectées à Paimpont, Sur les bords de l’Ille (Dourdais), Dans la ville de Rennes (Bruz), ainsi que Trois jeunes filles s’en vont danser (Morlaix), dans les Annales de Bretagne—  ORAIN, Adolphe, « Chansons populaires recueillies dans l’Ille-et-Vilaine », Annales de Bretagne, Vol. 16, 1900, p. 1-16, Voir en ligne. —

↑ 19 • L’édition de 1902 de Chansons de la Haute-Bretagne est publiée la même année chez un second éditeur rennais. —  ORAIN, Adolphe, Chansons de la Haute-Bretagne, Rennes, J. Maisonneuve, 1902, 423 p. —

↑ 20 • Adolphe Orain a publié trois chansons inédites entre 1905 et 1913, Perrine, ma Perrine dans la revue La Tradition ainsi que Pierre L’ami et Tout bon valet qui a servi son maitre dans la Revue du Traditionnisme français et étranger :

  • —  ORAIN, Adolphe, « Chanson populaire du pays gallo. », La Tradition, Vol. 15, 1905, p. 163-164, Voir en ligne. —
  • —  ORAIN, Adolphe, « Chanson populaire bretonne », Revue du traditionnisme français et étranger, Vol. A2, 1907, p. 162-163, Voir en ligne. —
  • —  ORAIN, Adolphe, « Chanson populaire d’Ille-et-Vilaine », Revue du traditionnisme français et étranger, Vol. A8, 1913, p. 149-150, Voir en ligne. —

↑ 21 • En 1899, il publie à nouveau son article sur les êtres maléfiques de l’imaginaire gallo dans la Revue de Bretagne, de Vendée et d’Anjou : —  ORAIN, Adolphe, « Le monde des ténèbres en Ille-et-Vilaine », Revue de Bretagne, de Vendée et d’Anjou, Vol. 21, 1899, p. 34-50, Voir en ligne. —

↑ 22 • Articles d’Adolphe Orain parus dans Mélusine de 1886 à 1888 :

  • Les tricoteries et Formules magiques pour savoir qui on épousera (Bain-de-Bretagne).—  ORAIN, Adolphe, « Moeurs et usages en Haute-Bretagne », Mélusine, Vol. 3, 1886, p. 14, 28-29, Voir en ligne. —
  • Deux articles sur les êtres maléfiques de l’imaginaire gallo comprenant, Martine et L’éclaireur (Saint-Brice), Les Pilous, La chasse Artus, Le petit mineur de la mine argentifère du Pont-Péan, La bête des Brielles (Argentré), Le Garou (Gennes), Le marquis de Coetenfao (Grand- Fougeray) pour l’édition de 1886 —  ORAIN, Adolphe, « Le monde fantastique en Haute-Bretagne », Mélusine, Vol. 3, 1886, p. 370-374, 469-474, Voir en ligne. —, Le Diable courtisant les filles (Derval), La bête de Beaumont (Saint-Congard), une version de La bête de la Lohière, collectée au Loutehel, ainsi que La veillée du mort (Saint-Méen) dans l’édition de 1888.—  ORAIN, Adolphe, « Le monde fantastique en Haute-Bretagne (suite) », Mélusine, Vol. 4, 1888, p. 42, 110-113, Voir en ligne. —
  • Des devinettes collectées à Bain, Cesson, Guignen, Messac. —  ORAIN, Adolphe, « Devinettes de la Haute-Bretagne », Mélusine, Vol. 4, 1888, p. 196, 297, 333, 379, 405, 424, 446, Voir en ligne. —

↑ 23 • En 1891, il publie un article dédié aux traditions populaires de son village natal, Bain-de-Bretagne. —  ORAIN, Adolphe, « Curiosités, croyances, superstitions, chansons et coutumes de l’Ille-et- Vilaine. - Un charmant pays. », Revue illustrée des provinces de l’Ouest, Vol. 3 / 8, 1891, p. 16-19, Voir en ligne. —

↑ 24 • Le premier tome De la vie à la mort a été réédité sous un autre titre.—  ORAIN, Adolphe, Coutumes et usages d’Ille-et-Vilaine, 2002, La Découvrance éditions, 1897, (« L’Amateur Averti »). —

↑ 25 • Une partie de ces deux volumes a été rééditée aux éditions de la Découvrance .—  ORAIN, Adolphe, Coutumes et usages d’Ille-et-Vilaine, 2002, La Découvrance éditions, 1897, (« L’Amateur Averti »). —

↑ 26 • Trois articles publiés par Adolphe Orain dans la Tradition

  • —  ORAIN, Adolphe, « Traditions populaires de l’Ille-et-Vilaine - Les monstres enfants du diable », La Tradition, Vol. 12, 1902, p. 329-331, Voir en ligne. —
  • —  ORAIN, Adolphe, « Traditions populaires de l’Ille-et-Vilaine - L’enfance », La Tradition, Vol. 13, 1903, p. 67-69, Voir en ligne. —
  • —  ORAIN, Adolphe, « Traditions populaires de l’Ille-et-Vilaine. Jean Simon dans le Paradis. », La Tradition, 1906, p. 225. —

↑ 27 • En 1906, il publie un article sur l’histoire du collectage dans le pays Gallo.—  ORAIN, Adolphe, « Les traditionnistes de Bretagne », Revue du traditionnisme français et étranger, Vol. A1, 1906, p. 297-300, Voir en ligne. — Cet article est réédité en 1907 dans la Revue de Bretagne, de Vendée et d’Anjou.—  ORAIN, Adolphe, « Les Traditionnistes de Bretagne », Revue de Bretagne, de Vendée et d’Anjou, Vol. 38, 1907, p. 145, Voir en ligne. —

↑ 28 • En 1908, il publie un article sur les Traditions populaires de l’Ille-et-Vilaine.—  ORAIN, Adolphe, « Traditions populaires de l’Ille-et-Vilaine (fin) », Revue du traditionnisme français et étranger, Vol. A3, 1908, p. 9-12, Voir en ligne. —

↑ 29 • En 1909 Adolphe Orain fait paraitre un article sur La chasse Nocturne. —  ORAIN, Adolphe, « Le monde fantastique de l’Ille-et-Vilaine - La chasse nocturne », L’Hermine, Vol. 41, 1909. — Cet article sera réédité en 1911. —  ORAIN, Adolphe, « Le Monde fantastique. La chasse nocturne », Revue de Bretagne, de Vendée et d’Anjou, Vol. 45, 1911, p. 45-46, Voir en ligne. —

↑ 30 • Le Glossaire d’Adolphe Orain de 1886 n’est devancé que de quelques rares initiatives lacunaires. Les deux plus anciens glossaires en gallo datent de 1824. Une liste abrégée de mots gallos d’Ille-et-Vilaine a été publiée en 1832. Un index de mots gallos a enfin été publié en 1884 en annexe d’un recueil de chansons de Lacombe.—  COULABIN, Henri, « Dictionnaire des locutions populaires du bon Pays de Rennes en Bretagne », Le Glaneur Breton, Vol. 7, 1891, p. 215, Voir en ligne. —

↑ 31 • Le Guide du voyageur dans Rennes et ses environs mentionne Le chêne au Vendeur dans l’Arrondissement de Montfort.—  ORAIN, Adolphe, Guide du voyageur dans Rennes et ses environs, 1867, Redon, L. Guillet, imprimeur-libraire, 1866, Voir en ligne. Page 93  —

↑ 32 • Louis Tiercelin (Rennes, 18 septembre 1846 - Paramé, 7 rue Gustave Flaubert, 31 mai 1915 ), est un écrivain, poète et dramaturge français.

↑ 33 • Adolphe Orain, Lettre inédite de La Mennais à David. 17 mai [1839], au sujet de la statue de Leperdit, maire de Rennes ; et Notice sur M. Blaize, préfet de Rennes, neveu de La Mennais (dans le Nouvelliste de Bretagne, 10 février 1914).

↑ 34 • De 1898 à 1908, Adolphe Orain publie huit articles historiques dans les revues L’Hermine, la Revue de Bretagne et de Vendée et la Semaine religieuse du diocèse de Rennes :

  • —  ORAIN, Adolphe, « L’armateur de Saint-Malo (Jean de Calais) », L’Hermine, Vol. 24, 1898, p. 279. —
  • —  ORAIN, Adolphe, « Gilles de Bretagne dans les cachots du château de Teil-lay », Revue de Bretagne, de Vendée et d’Anjou, Vol. 36, 1906, p. 183, Voir en ligne. —
  • —  ORAIN, Adolphe, « Un Mariage autorisé par le Conventionnel Carrier », Revue de Bretagne, de Vendée et d’Anjou, Vol. 37, 1907, p. 371, Voir en ligne. —
  • —  ORAIN, Adolphe, « Le rappel du Parlement de Bretagne (15 juillet 1769) », Revue de Bretagne, de Vendée et d’Anjou, Vol. 39, 1908, p. 211, Voir en ligne. —
  • —  ORAIN, Adolphe, « L’assassinat de l’étudiant Ledieu, à Rennes, en 1836 », L’Hermine, Vol. 39, 1908, p. 177-179. —
  • —  ORAIN, Adolphe, « Le passage de la chaîne des forçats à Rennes, en 1836 », Revue de Bretagne et de Vendée, Vol. 41, 1909, p. 81-82, Voir en ligne. —
  • —  ORAIN, Adolphe, « Saint Donatien et saint Rogatien, patrons de la paroisse de Poligné [transport de reliques, 2 juin 1654] », Semaine religieuse du diocèse de Rennes, 1908, p. 611-613. —
  • —  ORAIN, Adolphe, « Anecdotes attribuées à Mgr saint-Marc », L’Hermine, Vol. 42, 1910, p. 90-93. —

↑ 35 • Adolphe Orain a publié huit articles sur la chouannerie dans L’Hermine et dans la Revue de Bretagne, de Vendée et d’Anjou de 1908 à 1914 :

  • —  ORAIN, Adolphe, « La chouannerie en Ille-et-Vilaine. — La bataille de Toucheneau », L’Hermine, Vol. 31, 1905, p. 156-163. —
  • —  ORAIN, Adolphe, « Histoire de chez nous. Guillemot détenu politique. Son évasion de la prison Saint-Michel à Rennes », L’Hermine, Vol. 34, 1909, p. 33-34. —
  • —  ORAIN, Adolphe, « En 1793 », L’Hermine, Vol. 35, 1909, p. 225-226. —
  • —  ORAIN, Adolphe, « La Chouannerie dans l’arrondissement de Vitré », Revue de Bretagne, de Vendée et d’Anjou, Vol. 42, 1909, p. 26, Voir en ligne. —
  • —  ORAIN, Adolphe, « La Chouannerie légendaire dans l’Ille-et-Vilaine », Revue de Bretagne, de Vendée et d’Anjou, Vol. 43, 1910, p. 165, Voir en ligne. —
  • —  ORAIN, Adolphe, « La Chouannerie dans l’arrondissement de Vitré pendant la tourmente révolutionnaire (suite) », Revue de Bretagne, de Vendée et d’Anjou, Vol. 48, 1912, p. 94 ; 203 ; 293, Voir en ligne. —
  • —  ORAIN, Adolphe, « La Chouannerie dans l’arrondissement de Vitré pendant la tourmente révolutionnaire (suite) », Revue de Bretagne, de Vendée et d’Anjou, Vol. 50, 1913, p. 230, Voir en ligne. —
  • —  ORAIN, Adolphe, « La Chouannerie en 1830 dans l’arrondissement de Vitré », Revue de Bretagne, de Vendée et d’Anjou, Vol. 51, 1914, p. 25, Voir en ligne. —

↑ 36 • Biographies de poètes bretons parues entre 1866 et 1908 dans la Revue de Bretagne et de Vendée :

  • —  ORAIN, Adolphe, « Galerie des poètes bretons. - Mme la princesse de Salm-Dyck », Revue de Bretagne et de Vendée, Vol. 19, 1866, p. 153-157, Voir en ligne. —
  • —  ORAIN, Adolphe, « Galerie des poètes bretons.- Pierre-Louis Ginguené », Revue de Bretagne et de Vendée, Vol. 21, 1867, p. 267-272, Voir en ligne. —
  • —  ORAIN, Adolphe, « Guillaume René Kerambrun », Revue de Bretagne et de Vendée, Vol. 26, 1869, p. 307-312. —
  • —  ORAIN, Adolphe, « Galerie des poètes bretons. - Émile Souvestre », Revue de Bretagne et de Vendée, Vol. 28, 1870, p. 263-269, Voir en ligne. —
  • —  ORAIN, Adolphe, « Célébrités bretonnes. - Elleviou », Revue de Bretagne et de Vendée, Vol. 27, 1870, p. 125-132. —
  • —  ORAIN, Adolphe, « Galerie des poètes bretons. - Louis de Léon », Revue de Bretagne et de Vendée, Vol. 44, 1878, p. 95-99, Voir en ligne. —
  • —  ORAIN, Adolphe, « Galerie des poètes bretons. - M. Bernard de la Durantais », Revue de Bretagne et de Vendée, Vol. 50, 1881, p. 380-389, Voir en ligne. —
  • —  ORAIN, Adolphe, « Nos poètes bretons : Victor Drouyer », Revue de Bretagne, de Vendée et d’Anjou, Vol. 14, 1895, p. 232-237, Voir en ligne. —
  • —  ORAIN, Adolphe, « Le Poète Leconte de Lisie étudiant en droit à Rennes », Revue de Bretagne, de Vendée et d’Anjou, Vol. 39, 1908, p. 35, Voir en ligne. —
  • —  ORAIN, Adolphe, « Le séjour en Bretagne de célébrités littéraires et scientifiques », Revue de Bretagne, Vol. 47, 1911, p. 149-158, Voir en ligne. —

↑ 37 • La biographie d’Édouard Delatouche. —  ORAIN, Adolphe, « Étude biographique sur Edouard Delatouche. (suite.) A ABD-EL-KADER », Le Concours des muses : universel et permanent, 1868, p. 12, Voir en ligne. —

↑ 38 • Adolphe Orain a publié sept articles sur des artistes bretons dans la revue L’Hermine, le second paru en 1905 est une réédition, les autres, publiés à partir de 1906, sont inédits.

  • —  ORAIN, Adolphe, « Galerie des poètes bretons, Louis Hamon », L’Hermine, Vol. 28, 1902, p. 107. —
  • —  ORAIN, Adolphe, « Galerie des poètes bretons. Guillaume-René Kerambrun », L’Hermine, XXX, 1904, p. 19. —
  • —  ORAIN, Adolphe, « Les poêtes bretons. - Evariste Boulay-Paty (1804-1864) », L’Hermine, Vol. 31, 1905, p. 38. —
  • —  ORAIN, Adolphe, « Souvenirs d’un breton. III. Glatigny au théâtre de Rennes. », L’Hermine, Vol. 33, 1907, p. 202-203. —
  • —  ORAIN, Adolphe, « Souvenirs d’un breton IV. Les amours d’Hippolyte Lucas et de Laure de Martel », L’Hermine, Vol. 33, 1907, p. 255-256. —
  • —  ORAIN, Adolphe, « Souvenirs d’un breton V. Villiers de l’Isle-Adam. », L’Hermine, Vol. 34, 1908, p. 131-132. —
  • —  ORAIN, Adolphe, « Souvenirs d’un Breton. - Les aventures de M. Jean-Marie Blanchet, curé de Lanrigan », L’Hermine, XXXV, 1909, p. 71-73. —
  • —  ORAIN, Adolphe, « Le théâtre à Rennes au siècle dernier », L’Hermine, Vol. 42, 1910, p. 237-239. —

↑ 39 • Acte d’incorporation de Peillon Jean Baptiste : 20 décembre 1826 Peillon Jean Baptiste Gille Jeanne Marie billet 104 Jean Baptiste bûcheron—  TIGIER, Hervé, Terroir de Paimpont, Lulu.com, 2016. —

↑ 40 • Fontaine Notre-Dame-des-Chesnes à Paimpont.

Non loin de l’église de Paimpont est une fontaine appelée fontaine de Notre-Dame-des-Chesnes. On y va se laver le corps, parce que les eaux de cette source ont la puissance, paraît-il, de guérir de nombreuses maladies.

ORAIN, Adolphe, De la vie à la mort : folklore de l’Ille-et-Vilaine, Vol. 1, Paris, J. Maisonneuve, 1897, Voir en ligne. p. 283

↑ 41 • Fontaine de Barenton :

Le clergé de Mauron allait à la fontaine de Baranton, sur la lisière de la forêt de Paimpont

Orain, Adolphe (1897) tome 1 op. cit. p.273

↑ 42 • Adolphe Orain mentionne la croyance en un prêtre fantôme sur la commune de Paimpont dans sa Géographie pittoresque du département d’Ille-et-Vilaine —  ORAIN, Adolphe, Géographie pittoresque du département d’Ille-et-Vilaine - Histoire et Curiosités des 357 communes - Personnages célèbres, Littérateurs, Poètes, Artistes, etc. - Agriculture, Commerce, Industrie.., Rennes, Imprimerie Alph. le Roy fils, 1882. [page 472] —

La présence de prêtres fantômes n’a été relevée jusqu’ici qu’en Ille-et Vilaine : aux environs de Paimpont on en voyait un prêt à dire la messe, avec des cierges à ses côtés. Il poursuivait les voyageurs, semblant leur demander quelque chose, et ils avaient beau courir à perdre haleine, il était toujours auprès d’eux. À la fin, les gens firent dire des messes pour le repos de son âme et on ne le revit plus.

SÉBILLOT, Paul, Le folklore de la France. Le ciel et la terre, Vol. 1, Paris, E. Guilmoto, 1904, Voir en ligne. Page 187

↑ 43 • Croyances et traditions populaires de Paimpont :

Lorsqu’il doit mourir quelqu’un, on entend dans les ténèbres le chariot David. C’est un véhicule qui passe dans les rues du village et fait trembler et se blottir sous la couverture de leur lit ceux qui l’entendent. L’essieu frottant ses roues non graissées produit un bruit de mauvais présage car il annonce la mort d’un chrétien. Signons-nous ...

La forêt a aussi ses menous de loups (meneurs de loups), ses sorciers, ses reboudous, ses mendiants qui jettent des sorts.

Il n’est pas un sabotier qui n’ait vu la nuit, la veille de la mort d’un parent ou d’un ami, un cierge allumé au pied de son lit, ou en pleine campagne, un cierge allumé tomber la tête en bas.

Qui n’a entendu le soir, près des doués (lavoirs), les laveuses de nuit ? Quel est le métayer qui n’a pas surpris, la nuit de Noël, les animaux causant dans l’étable ?

Quel est le paysan attardé par les chemins qui n’a pas aperçu sur l’échalier d’un champ à trois cornières (en forme de triangle), une bête qui n’est ni chat, ni chien, et dont les yeux sont plus brillant que des étoiles ? Si le paysan n’ôte pas son chapeau en disant : « Bonjour, belle Jeannette ! » C’en est fait de l’homme.

Quand la frezas (orfraie) crie sur la cheminée d’une maison, c’est signe de mort.

Il n’y a pas un charretier qui n’a trouvé, au moins une fois dans sa vie, le crin de ses chevaux tressés par les guenas (lutins).

Chaque braconnier a fait la rencontre, dans les sentiers des landes, d’un lièvre parfois petit comme une belette, tantôt gros comme un âne, et qu’il n’a jamais pu tuer.

ORAIN, Adolphe, Géographie pittoresque du département d’Ille-et-Vilaine - Histoire et Curiosités des 357 communes - Personnages célèbres, Littérateurs, Poètes, Artistes, etc. - Agriculture, Commerce, Industrie.., Rennes, Imprimerie Alph. le Roy fils, 1882. [page 472]

↑ 44 • La clairière aux garous en forêt de Paimpont :

Enfin, les charbonniers vous diront que le garou, c’est à dire le pauvre diable auquel un sort a été jeté, et qui est obligé malgré lui de courir toutes les nuits, ne peut déjouer le sortilège qui le mine, qu’en allant embrasser une croix située dans une clairière de la forêt. Mais ses efforts sont vains, une force le retient à une certaine distance de cette croix, devant laquelle il se traine par terre, en hurlant de rage. Il ne pourra l’atteindre que si quelqu’un fait couler son sang, soit en le frappant d’une pierre ou d’un coup de fouet. Si le sang ne coule pas avant le soleil levé, il lui faudra recommencer ses courses la netée (la nuit) suivante, et revenir au même endroit pour tenter de saisir la croix.

Orain, Adolphe (1882) op. cit p. 472

↑ 45 • Fontaine Saint-Fiacre à Plélan-le-Grand :

Dans la commune de Plélan, se trouve la fontaine de Saint-Fiacre, où, tous les ans, les gens du pays se rendent en procession dans le but d’être préservés de la dysenterie.

Orain, Adolphe (1897) tome 1 op. cit. p.284

↑ 46 • Fontaine Saint-Méen à Gaël :

L’eau d’une fontaine, à Gaël, guérit de la rage. Dans la même commune on va en pèlerinage à la chapelle du Louya, pour la guérison de la fièvre.

Orain, Adolphe (1897) tome 1 op. cit. p.284

↑ 47 • Fontaine Saint-Méen à Saint-Méen :

Près de l’abbaye de Saint-Méen, est une fontaine miraculeuse que le bourdon de saint Méen fit jaillir du sol pendant la construction de cet édifice. Son eau guérit certaines maladies cutanées.

Orain, Adolphe (1897) tome 1 op. cit. p.285

↑ 48 • Fontaine Saint-Genou à Monterfil :

La fontaine Saint-Genou, près de l’église de Monterfil est visitée par des milliers de pèlerins, notamment le 20 juin, jour de la fête patronale. Les eaux de cette fontaine ont le pouvoir de faire disparaître les courbatures, la goutte et les douleurs rhumatismales.

Orain, Adolphe (1897) tome 1 op. cit.p.284

↑ 49 • Sainte Onenna de Tréhorenteuc :

Sur la lisière de la forêt de Paimpont est une petite commune du Morbihan appelée Tréhorenteuc. J’ai vu dans l’église de ce village une énorme statue de bois, grossièrement faite, qui représente sainte Onenna, fille du roi breton Hoël III, couchée sur le dos, atteinte d’hydropisie. Les personnes affectées de cette maladie, —qu’on appelle l’enfle dans le pays, — viennent de très loin en pèlerinage à Sainte-Onenna.

Orain, Adolphe (1897) tome 1 op. cit. p.295

↑ 50 • Le Pas de Saint-Martin en Iffendic :

Il existe dans la commune d’Iffendic une dalle en pierre qui semble être un monument mégalithique. Elle a une excavation qui, dit on, est l’empreinte de l’un des pieds de saint Martin. Pour cette raison, elle est appelée le Pas de Saint-Martin. On s’y rend pour la guérison de la fièvre et on dépose dans l’excavation des sous et des petites croix de bois.

Orain, Adolphe (1897) tome 1 op. cit. p. 289

↑ 51 • Chapelle Saint-Jouan en Saint-Malon :

Une chapelle appelée Saint-Jouan, est située à quatre kilomètres du bourg de Saint-Malon. On s’y rend en pèlerinage le premier dimanche du mois de mai de chaque année, pour la guérison des enfants qui ont des faiblesses dans les reins et dans les jambes.

Orain, Adolphe (1897) tome 1 op. cit. p. 20

↑ 52 • Une tradition de Montfort :

A Montfort, la jeune fille qui désire connaître son futur époux doit, dans la nuit de la Chandeleur (du premier au deux février) descendre de son lit, au coup de minuit, le pied droit le premier, et aller regarder dans un miroir devant lequel sont placées deux chandelles qu’elle aura eu soin d’allumer avant de se coucher. Elle y verra l’image de celui qui sera un jour son mari.

Orain, Adolphe (1897) tome 1 op. cit. p. 98

↑ 53 • Les sorciers de Concoret.—  ORAIN, Adolphe, De la vie à la mort : folklore de l’Ille-et-Vilaine, Vol. 2, Paris, J. Maisonneuve, 1897-1898, Voir en ligne. Pages 167-168 —

↑ 54 • Les Avènements par Marie Niobé du Cannée en Paimpont :

Un jour que Marie Niobé, du village du Canée en Paimpont, était allée scier du grain après avoir laissé mourante, à l’agonie, une de ses amies, — la petite Rose Chouan, — alors qu’elle désespérait de la revoir vivante, elle l’aperçut assise sur une pierre au coin du champ où elle était à travailler. Marie s’écria aussitôt : « Comment ! Rose, toi si malade, tu es venue jusqu’ici, est-ce raisonnable ? Veux-tu bien t’en aller ! » Au même instant, sa faucille vint à lui échapper des mains. Elle se baissa pour la prendre et lorsqu’elle se releva, il n’y avait plus rien, la vision avait disparu. Un pressentiment la saisit, elle eut peur et retourna en toute hâte au village où elle apprit que son amie était morte, au moment même où elle l’avait aperçue sur la pierre. (Conté par Marie Niobé elle-même.)

ORAIN, Adolphe, De la vie à la mort : folklore de l’Ille-et-Vilaine, Vol. 2, Paris, J. Maisonneuve, 1897-1898, Voir en ligne. p. 270-271

↑ 55 • L’enfant mort de Saint-Gonlay. — Orain, Adolphe (1898) tome 2 op. cit. p.300 —

↑ 56 • La chasse Artus.— Orain, Adolphe (1898) tome 2 op. cit. p.311 —

↑ 57 • La messe des morts du curé de Saint-Méen.— Orain, Adolphe (1898) tome 2 op. cit. p.327-330 —

↑ 58 • Mots gallos des arrondissements de Montfort et Plélan dans le Glossaire patois du département d’Ille-et-Vilaine. ORAIN, Adolphe, Glossaire patois du département d’Ille-et-Vilaine, suivi de chansons populaires avec musique, The Internet Archive, Paris, Maisonneuve frères et Ch. Leclerc éditeurs, 1886, Voir en ligne.

  • Avieuter, v. a. Insulter quelqu’un. (Montfort.)
  • Baillée, s. f. Bouche ouverte, action de bailler. Le grand loup du bois a sorti, Qu’avait la goule baillée, (Chanson de la forêt de Paimpont.)
  • Branloire, s. f. Balançoire. (Arrondissement de Montfort.)
  • Brave homme, s. m. Cocu, mari trompé. (Paimpont.)
  • Butté, e, adj. Découragé. Je n’ai pu de cœur au travail, je suis butté. (Arrondissement de Montfort.)
  • Coger, v. a. Contraindre, obliger, II ne veut pas payer, il faut le coger. (Montfort.)
  • Crezée, s. f. Clairière d’un bois, mot très usité dans la forêt de Paimpont et notamment au village du Canée où nous l’avons entendu.
  • Decalucher, v. a. Faire tomber. (Montfort.)
  • Diffamé, part. pas. La petite vérole l’a diffamé, l’a rendu laid. (Montfort.)
  • Écoute (En), loc. adv. Action d’écouter. Parlez plus bas, beau forestier ; Mon père est en écoute. (Chanson de la forêt de Paimpont.)
  • Enfle, s. f. Enflure, grosseur, gonflement, bouffissure, Sainte Onenna, patronne de la commune de Tréhorenteuc, près Paimpont, guérit de l’enfle.
  • Fafiotage, s. m. Passer son temps en fafiotage, à s’attifer. (Arrondissement de Montfort.)
  • Fameuse, adj. Enceinte. Femme fameuse. (Montfort.)
  • Geheule ou Geheune, s. f. Cage. Etymol : Geôle. (Montfort.)
  • Gouleyant, adj. Agréable au goût. On dit du cidre gouleyant, droit en goût et justificatif. (Montfort.)
  • Hober, v. a. Remuer, ébranler. (Montfort.)
  • Lèze, adj. des 2 g. Large. La forêt a deux lieues de lèze. Ce mot est aussi employé pour indiquer la largeur des étoffes. Cette toile a tant de lèze. (Arrondissement de Montfort.)
  • Lucet, s. m. Arbrisseau des bois. (Vaccinium myrtillus) (Forêt de Paimpont.)
  • Massacrement en colère, adv. C’est être furieux. (Montfort.)
  • Ol Mont (Aller). Monter,Aller ol mont. Aller en amont. (Montfort.)
  • Oseille-de-Bucheron, s. f. Plante de la famille des Oxalidées. (Oxalis acetosella) (Paimpont.)
  • Pourriot, s. m. Myrtille des bois appelé aussi Lucet. (Montfort.)
  • Pourmener (Se), v. pron. Se promener. (Montfort.)
  • Saint-Thuriau, s. m. Saint-Thurial, commune du canton de Plélan, dans l’arrondissement de Montfort.
  • Sente, s. f. Sentier d’un champ. (Montfort.)
  • Soleuil, s. m. Soulier. (Plerguer.) — On dit soleu dans l’arrondissement de Montfort.
  • S’y, pron. pers. Se. C’est notre cuisinière ; S’y lève de grand matin. (Chanson de Paimpont.)
  • Tenant, loc. adv. Tout le temps. Il ta injurié tenant (tout le temps, sans discontinuer.) (Montfort.)
  • Terrou, se, adj. Couvert de terre. — Dans le canton de Plélan, on dit d’une personne qui possède des terres : Elle a le cul terrou.
  • Tossé, E, adj. Presque ivre, J’ai bu un bon coup de piot, mais comme il était fort en goût et justificatif, il m’a tossé. (Montfort.)
  • Ventiez, Ventiez-ben, adv. Peut-être. (Montfort.)