aller au contenu

1806-1875

Fouquet Alfred

Un pionnier de l’archéologie

Alfred Fouquet est un pionnier morbihannais de l’archéologie et du collectage de contes et traditions populaires. Entre 1853 et 1857, il répertorie cinq sites mégalithiques en Brocéliande et collecte la légende de la Bête de la Lohière.

Éléments biographiques

Alfred Pierre Julien Fouquet est né le 2 octobre 1806 à Redon. Il est le fils de Pierre-Joseph Fouquet (1772-1807) et de Marie-Françoise-Angèle Gayet (1785-1835).

Il passe son enfance dans la maison familiale de Redon puis entre en pension au collège de Vannes. Lors de ses vacances, il découvre des contes et légendes.

Quand j’étais jeune, je parcourais régulièrement quatre fois l’an, et d’un pied leste, les 58 kilomètres de la route départementale de Vannes à Redon, car je cultivais alors les thèmes, les versions et les pensums dans la première de ces villes, loin de ma famille, qui habitait la seconde. [...] ainsi, deux fois chaque année je dînais, à l’aller, dans l’auberge de Saint-Louis, et deux fois, au retour, j’y soupais et j’y couchais [...] Après le souper [...] j’allais, près de l’hôtelier, vieillard à manies et conteur verbeux, m’asseoir au banc d’honneur, sous le manteau de la cheminée, et là, tout en faisant une douce digestion, le feu entre les jambes, je sollicitais du père Jérôme des contes d’autrefois, que le bonhomme me donnait sérieusement pour des histoires.

FOUQUET, Alfred, Légendes, contes et chansons populaires du Morbihan, Vannes, Caudéran, 1857, Voir en ligne.Pages 7-8

Alfred Fouquet se marie avec Marie-Hyacinthe Legal (1818-1896) 1 le 25 février 1835 à Josselin. Trois enfants naissent de leur union.

  • Auguste Fouquet né à Vannes en 1844
  • Émile Fouquet
  • Apolline Fouquet (1838-1911) 2.

Alfred Fouquet décède à Vannes le 25 juin 1875 à l’âge de soixante-huit ans.—  BURGAULT, M., « Mort du docteur Fouquet », Bulletin de la Société Polymathique du Morbihan, 1875, p. 140-142, Voir en ligne. — 3

La médecine

Élève externe à partir de 1825, Alfred Fouquet devient au terme de sa scolarité médecin de marine, élève chirurgien au port de Brest dès 1828, puis chirurgien de troisième classe. Il embarque ensuite pour Alger et Lisbonne, puis démissionne de la Marine en 1833.—  KERVILER, René et CHAUFFIER, Louis, Répertoire général de bio-bibliographie bretonne. Livre premier. Les bretons. FER-FRET, Vol. 14, Rennes, J. Plihon et L. Hervé, 1888-1908, Voir en ligne. page 301 —

Il est reçu docteur en médecine le 6 juillet 1833 à Montpellier. —  FOUQUET, Alfred, De la rougeole et de la scarlatine, considérées dans leurs rapports et dans leurs différences, Montpellier1833, 20 p. —

Il revient en Bretagne et occupe le poste de médecin à l’hospice de Josselin (Morbihan) puis celui de médecin adjoint des épidémies de l’arrondissement de Ploërmel en 1837. En 1839, il est médecin à Vannes. Il publie deux rapports médicaux liés à ses fonctions de médecin des épidémies.—  FOUQUET, Alfred, « Rapport sur une épidémie de grippe en avril 1837 ; et sur une seconde épidémie en octobre 1838 », in Études historiques sur les épidémies dans le Morbihan, Vannes, Impr. de Galles, 1888, p. 142-144 ; 153-158. —

En 1852, il fait paraitre un ouvrage consacré à la dysenterie.—  FOUQUET, Alfred, De la dysenterie, Vannes, Imprimerie Galles, 1852, Voir en ligne. — En 1870, il publie un livre sur la variole.—  FOUQUET, Alfred, Instruction populaire au sujet de l’épidémie de la variole, Vannes, Imprimerie Galles, 1870, Voir en ligne. —

De 1861 à 1875, il publie, en tant que secrétaire du Conseil central d’hygiène et de salubrité du Morbihan, et médecin des épidémies de l’arrondissement de Vannes, des compte-rendus annuels des épidémies, des épizooties et des travaux des conseils d’hygiène du Morbihan —  FOUQUET, Alfred, Compte-rendu des épidémies, des épizooties et des travaux des conseils d’hygiène du Morbihan, en 1860, Vannes, Imprimerie Galles, 1861, Voir en ligne. —

L’écrivain

Trois ouvrages sur le Morbihan classent Alfred Fouquet parmi les pionniers de l’archéologie et du collectage de contes et traditions populaires.

  • En 1853, parait un inventaire des mégalithes du Morbihan. —  FOUQUET, Alfred, Des monuments celtiques et des ruines romaines dans le Morbihan, Vannes, A. Caudéran, libraire éditeur, 1853, Voir en ligne. —
  • L’année suivante, il publie un guide archéologique qui reprend en grande partie son inventaire. —  FOUQUET, Alfred, Guide des touristes et des archéologues dans le Morbihan, Vannes, Libraire-Editeur A. Cauderan, 1854, Voir en ligne. —
  • En 1857, il est l’auteur d’un recueil de contes, chansons et traditions populaires 4. —  FOUQUET, Alfred, Légendes, contes et chansons populaires du Morbihan, Vannes, Caudéran, 1857, Voir en ligne. —

Sociétés savantes

Alfred Fouquet est membre de plusieurs sociétés savantes parmi lesquelles

  • La Société Polymathique du Morbihan ;
  • La Société d’Agriculture de Vannes ;
  • La Société des sciences et des lettres de Redon ;
  • La Société Académique de la Loire-Inférieure ;
  • La Société Archéologique du Morbihan 5.

La Société Polymathique du Morbihan

Alfred Fouquet est membre actif de la Société Polymathique du Morbihan depuis 1833. Il y exerce diverses fonctions en tant que membre du bureau, de 1840 à 1875 :

  • Secrétaire-adjoint de 1840 à 1842 ;
  • Conservateur-adjoint du musée de la Polymathique de 1842 à 1865 ;
  • Secrétaire de 1844 à 1859 ;
  • Vice-président en 1853-1854, 1863, 1866 et 1873 ;
  • Président en 1861, 1867 et 1874 6.
    —  SAGERET, Emile, Centenaire de la Société Polymathique du Morbihan : 1826-1926, Vannes, Lafolye frères et Cie, 1927. [pages 12-17] —

De 1859 à 1872, il publie un vingtaine d’articles dans le Bulletin de la Société Polymathique du Morbihan. À partir de 1861, ses publications dans la revue de la Polymathique sont exclusivement consacrées à l’archéologie morbihannaise 7.

Alfred Fouquet en Brocéliande

Les mégalithes

L’ouvrage d’Alfred Fouquet paru en 1853 a pour but de commencer un inventaire des antiquités celtiques et romaines du Morbihan.

Je suis bien loin de penser que ce Catalogue soit complet, je n’ai eu d’autre prétention, en le dressant, que de commencer un édifice auquel tous les Archéologues morbihannais sont invités à ajouter quelques matériaux. Maintenant que nous avons à Vannes une Société dont le but est d’étudier nos antiquités, il est facile à tous ceux qui les aiment, de signaler ceux que dont nous n’avons pas parlé. On arrivera ainsi au recensement complet des monuments qui existent encore dans notre département.

FOUQUET, Alfred, Des monuments celtiques et des ruines romaines dans le Morbihan, Vannes, A. Caudéran, libraire éditeur, 1853, Voir en ligne. page 117

Cet inventaire publié trente ans après l’ouvrage de Jean Côme Damien Poignand est encore basé sur les mêmes présupposés historiques faisant des Celtes le peuple des origines. L’érudit distingue quatre catégories de peuplades celtiques. Il classe les mégalithes de Brocéliande dans la catégorie des peuplades celtes des forêts. Les descriptions sont sommaires et laissent penser qu’Alfred Fouquet ne s’est pas rendu sur les lieux. Il avoue d’ailleurs avoir ajouté peu de chose à la nomenclature que Cayot Delandre a donnée des monuments druidiques, qui sont clair-semés dans cette peuplade. :

Je ne vous entretiendrai pas longuement, Messieurs, des autres peuplades celtes que je vous ai signalées, et même je vous dirai peu de chose de celle-ci, pour trois raisons : la première, c’est que les monuments druidiques y sont bien moins nombreux que dans celles dont j’ai parlé ; la seconde, c’est que ces monuments diffèrent peu de ceux dont j’ai étudié devant vous les formes et les destinations ; la troisième, c’est que ces peuplades n’appartenant pas en totalité au Morbihan, je les connais peu ou mal, surtout dans les autres départements. La peuplade des forêts s’étend, je crois, dans l’arrondissement de Redon, jusqu’à Messac, au bord de la Vilaine ; et dans l’arrondissement de Montfort, jusqu’à cette ville elle-même. J’ignore entièrement quelles sont ses limites dans les Côtes-du-Nord. Dans cette peuplade, on trouve des alignements en Langon et en Saint-Just ; des grottes aux fées presque partout, mais entre autres lieux, en Augan, en Ploërmel, en La Chapelle et en Cournon ; des tumulus en Médréac et en Saint-Léry ; des cromlec’hs en Tréhorenteuc ; et enfin un peu de tous ces genres de monuments dans l’antique forêt de Brocéliande, aujourd’hui forêt de Paimpont.

Fouquet, Alfred (1853) op. cit. p. 30

Alfred Fouquet note quelques spécificités des mégalithes de la peuplade des forêts. Il reproche au passage à l’abbé Mahé de n’être point archéologue, et de voir des sites religieux là où il faut voir des cimetières celtiques.

[...] on trouve, à Carentoir et à Tréhorenteuc, des groupes de menhirs affectant des dispositions toutes particulières, et dont on cherche en vain d’autres exemples dans le Morbihan. Au village du Gage, en Carentoir, des menhirs formés de blocs de quartz sont disposés en pattes d’oie, sur quatre rangées ; et dans Tréhorenteuc on remarque plusieurs plates-formes, dont une a jusqu’à quarante mètres de longueur sur huit de largeur, qui, toutes élevées au-dessus du sol, sont bordées de menhirs. Mais, pour être disposées ici autrement qu’ailleurs, les menhirs ne changent pas pour cela de caractère, et encore moins de destination ; toujours et partout ils marquent des tombes. Le nom de Jardin-des-Tombes donné, à Tréhorenteuc, aux plates-formes bordées de menhirs dont je parle, vient ajouter un argument de plus aux nombreux arguments que j’ai déjà fait valoir pour étayer mon opinion.Fouquet, Alfred (1853) op. cit. p. 31

Dans son ouvrage, Alfred Fouquet mentionne cinq sites mégalithiques en Brocéliande. La plupart sont aujourd’hui détruits.

La forêt de Brocéliande

En 1854, Alfred Fouquet publie un guide du Morbihan. La deuxième excursion, de Ploërmel à Mauron, évoque les splendeurs ruinées du château du Bois de la Roche, l’église de Mauron, les monuments mégalithiques de Tréhorenteuc et la forêt de Brocéliande.—  FOUQUET, Alfred, Guide des touristes et des archéologues dans le Morbihan, Vannes, Libraire-Editeur A. Cauderan, 1854, Voir en ligne.Pages 82-84 —

La poésie du moyen-âge a célébré les hauts faits d’armes des chevaliers de la Table-Ronde, le luth des bardes a vibré pour les amours et les enchantements du vieux Merlin et de la fée Viviane ; et si le touriste tient à visiter le théâtre de ces hauts faits et de ces enchantements, qu’il pénètre dans l’antique forêt de Brocéliande qui, sous le nom prosaïque de forêt de Paimpont, s’étend jusqu’au territoire de Tréhorenteuc qu’elle couvrait autrefois ; il pourra goûter encore l’eau si pure, mais sans vertu, de Barenton ; il pourra voir, sous les roseaux et les vases d’une pièce d’eau qu’enceint un cromlec’h, le lieu où repose Merlin ; mais en place de tours enchantées, de châteaux merveilleux, de prieurés et d’abbayes de religieux et de dames, il trouvera une usine métallurgique dans laquelle le minerai se transforme non plus sous la baguette d’une fée, mais sous le souffle de puissantes machines, sous le poids d’énormes marteaux, que l’industrie, fée de nos jours, fait marcher à son gré.

FOUQUET, Alfred, Guide des touristes et des archéologues dans le Morbihan, Vannes, Libraire-Editeur A. Cauderan, 1854, Voir en ligne.Pages 83-84

Contes populaires

Alfred Fouquet a collecté quelques contes et traditions populaires à proximité de la forêt de Brocéliande. Il les fait paraitre dans un chapitre intitulé Le Pays de Guer.—  FOUQUET, Alfred, Légendes, contes et chansons populaires du Morbihan, Vannes, Caudéran, 1857, Voir en ligne. —

Ce chapitre commence par une légende sur saint Gurval, fondateur de Guer, puis sur les lutins du château de Coëtbo et se termine par la légende de La bête de la Lohière, collectée au Loutehel.


Bibliographie

FOUQUET, Alfred, Des monuments celtiques et des ruines romaines dans le Morbihan, Vannes, A. Caudéran, libraire éditeur, 1853, Voir en ligne.

FOUQUET, Alfred, Guide des touristes et des archéologues dans le Morbihan, Vannes, Libraire-Editeur A. Cauderan, 1854, Voir en ligne.

FOUQUET, Alfred, Légendes, contes et chansons populaires du Morbihan, Vannes, Caudéran, 1857, Voir en ligne.

Société Polymathique du Morbihan

FOUQUET, Alfred, « De Vannes à Josselin », Bulletin de la Société Polymathique du Morbihan, 1853, p. 1.

FOUQUET, Alfred, « Chapelle de Saint-Fiacre et Eglise de Lantillac ; résumé des notes de M. de Bréhier », Bulletin de la Société Polymathique du Morbihan, 1857, p. 92.

FOUQUET, Alfred, « Les noms des rues et les armes de la ville de Vannes ; analyse d’un mémoire de M. Lallemand », Bulletin de la Société Polymathique du Morbihan, 1857, p. 103.

FOUQUET, Alfred, « Des pierres à bassins », Bulletin de la Société Polymathique du Morbihan, 1859, p. 55.

FOUQUET, Alfred, « Quelques mots sur la géologie du Morbihan », Bulletin de la Société Polymathique du Morbihan, 1860, p. 91, Voir en ligne.

FOUQUET, Alfred, « La croix Jegoux, Le Pont-Rouiller, N.-D. du Pont-d’Arz et le château des Aunais. - Légendes », Bulletin de la Société Polymathique du Morbihan, 1860, p. 123-128, Voir en ligne.

FOUQUET, Alfred, « Promenade archéologique sur la lande de Lanvaux », Bulletin de la Société Polymathique du Morbihan, 1861, p. 47-49, Voir en ligne.

FOUQUET, Alfred, « De la population dans le Morbihan : Etude anthropologique », Bulletin de la Société Polymathique du Morbihan, 1861, p. 133-137, Voir en ligne.

FOUQUET, Alfred, « Rapport sur la découverte d’une grotte sépulcrale dans la butte de Tumiac, le 21 juillet 1853 », Bulletin de la Société Polymathique du Morbihan, 1862, p. 1-6, Voir en ligne.

FOUQUET, Alfred, « Une tournée départementale en 1863 », Bulletin de la Société Polymathique du Morbihan, 1863, p. 1-4, Voir en ligne.

FOUQUET, Alfred, « Un kilomètre en Crach », Bulletin de la Société Polymathique du Morbihan, 1863, p. 1-7, Voir en ligne.

FOUQUET, Alfred, « Compte-rendu de quelques fouilles opérées à Lanvaux, en Pluherlin », Bulletin de la Société Polymathique du Morbihan, 1864, p. 97-104, Voir en ligne.

FOUQUET, Alfred, « Compte-rendu de quelques fouilles opérées en septembre 1864, au pied de 5 menhirs en Pleucadeuc », Bulletin de la Société Polymathique du Morbihan, 1864, p. 105-116, Voir en ligne.

FOUQUET, Alfred, « Campagnes archéologiques en 1865 », Bulletin de la Société Polymathique du Morbihan, 1865, p. 56-72, Voir en ligne.

FOUQUET, Alfred, « Fouilles à la Grée-Mahé, en Pluherlin », Bulletin de la Société Polymathique du Morbihan, 1866, p. 34-39, Voir en ligne.

FOUQUET, Alfred, « De quelques tumulus sans monuments intérieurs », Bulletin de la Société Polymathique du Morbihan, 1867, p. 19-20, Voir en ligne.

FOUQUET, Alfred, « Petite histoire d’une petite rue de Vannes », Bulletin de la Société Polymathique du Morbihan, 1867, p. 53-58, Voir en ligne.

FOUQUET, Alfred, « Trois âges en Pleucadeuc », Bulletin de la Société Polymathique du Morbihan, 1867, p. 84-92, Voir en ligne.

FOUQUET, Alfred, « Réfutation d’une critique archéologique », Bulletin de la Société Polymathique du Morbihan, 1867, p. 93-101, Voir en ligne.

FOUQUET, Alfred, « Des ossements incinérés contenus dans une urne en cuivre découverte au Rocher en 1872 », Bulletin de la Société Polymathique du Morbihan, 1872, p. 127-129, Voir en ligne.

FOUQUET, Alfred, « Du recrutement dans le Morbihan, au point de vue de l’instruction primaire », Bulletin de la Société Polymathique du Morbihan, 1874, p. 18, Voir en ligne.

FOUQUET, Alfred, « Cromlec’h ; tombeau découvert près de la Haye en Saint-Gravé », Bulletin de la Société Polymathique du Morbihan, 1874, p. 122, Voir en ligne.


↑ 1 • Hyacinthe Marie Le Gal, est née le 19 décembre 1818 à Lanouée (56). Ses parents sont Mathurin Joseph Le Gal (1750-1819) et Aimée Françoise Marie Rougeard du Couessou (1787-1875). Elle décède le 11 avril 1896 à Vannes (56) à l’âge de 77 ans.

↑ 2 • Apolline Fouquet se marie le 10 mai 1864 avec Julien Fanneau de Lahorie (1833-1909) avec lequel elle a trois enfants.

↑ 3 • Un article biographique sur Alfred Fouquet est indiqué dans la Bibliographie bretonne de Kerviler.—  GUYOT-JOMARD, Alexandre, « A la mémoire de M. Fouquet », Bulletin de la Société Polymathique du Morbihan, sans date. — Nous n’avons cependant pas réussi à retrouver la référence exacte.

↑ 4 • Plusieurs des contes et légendes de son recueil sont parus avant 1857, sous le titre Lettres d’un breton à un breton, dans Le Courrier du Morbihan.

↑ 5 • Trois articles paraissent dans La Société Archéologique du Morbihan de 1857 à 1858 :

  • FOUQUET, Alfred, « Extrait d’un rapport sur le Tumulus de Tumiac », Bulletin de la société archéologique du Morbihan, 1857, p. 47-49, Voir en ligne.
  • FOUQUET, Alfred, « Des pierres à bassins », Bulletin de la société archéologique du Morbihan, 1858, p. 55-57, Voir en ligne.
  • AUGUSTIN, M.-L., « Notice sur le village de Coët-Leu-de-Bas. Analyse du mémoire de M. le Dr Fouquet (décembre 1858) », Bulletin de la société archéologique du Morbihan, 1858, p. 71-73, Voir en ligne.

↑ 6 • Alfred Fouquet prend la présidence de la Société Polymathique du Morbihan, pour la seconde fois, durant l’année 1864. —  FOUQUET, Alfred, « Allocution de M. Fouquet en prenant le fauteuil de la présidence », Bulletin de la Société Polymathique du Morbihan, 1864, p. 4, Voir en ligne. — En 1867 il est élu une troisième et dernière fois président.—  FOUQUET, Alfred, « Allocution de M. Fouquet en prenant le fauteuil de la présidence », Bulletin de la Société Polymathique du Morbihan, 1867, p. 1, Voir en ligne. —

↑ 7 • De 1860 à 1872, Alfred Fouquet publie une vingtaine d’articles dans le Bulletin de la Société Polymathique du Morbihan, dont la grande majorité sont consacrés à l’archéologie.

  • —  FOUQUET, Alfred, « De Vannes à Josselin », Bulletin de la Société Polymathique du Morbihan, 1853, p. 1. —
  • —  FOUQUET, Alfred, « Chapelle de Saint-Fiacre et Eglise de Lantillac ; résumé des notes de M. de Bréhier », Bulletin de la Société Polymathique du Morbihan, 1857, p. 92. —
  • —  FOUQUET, Alfred, « Les noms des rues et les armes de la ville de Vannes ; analyse d’un mémoire de M. Lallemand », Bulletin de la Société Polymathique du Morbihan, 1857, p. 103. —
  • —  FOUQUET, Alfred, « Des pierres à bassins », Bulletin de la Société Polymathique du Morbihan, 1859, p. 55. —
  • —  FOUQUET, Alfred, « Quelques mots sur la géologie du Morbihan », Bulletin de la Société Polymathique du Morbihan, 1860, p. 91, Voir en ligne. —
  • —  FOUQUET, Alfred, « La croix Jegoux, Le Pont-Rouiller, N.-D. du Pont-d’Arz et le château des Aunais. - Légendes », Bulletin de la Société Polymathique du Morbihan, 1860, p. 123-128, Voir en ligne. —
  • —  FOUQUET, Alfred, « Promenade archéologique sur la lande de Lanvaux », Bulletin de la Société Polymathique du Morbihan, 1861, p. 47-49, Voir en ligne. —
  • —  FOUQUET, Alfred, « De la population dans le Morbihan : Etude anthropologique », Bulletin de la Société Polymathique du Morbihan, 1861, p. 133-137, Voir en ligne. —
  • —  FOUQUET, Alfred, « Rapport sur la découverte d’une grotte sépulcrale dans la butte de Tumiac, le 21 juillet 1853 », Bulletin de la Société Polymathique du Morbihan, 1862, p. 1-6, Voir en ligne. —
  • —  FOUQUET, Alfred, « Une tournée départementale en 1863 », Bulletin de la Société Polymathique du Morbihan, 1863, p. 1-4, Voir en ligne. —
  • —  FOUQUET, Alfred, « Un kilomètre en Crach », Bulletin de la Société Polymathique du Morbihan, 1863, p. 1-7, Voir en ligne. —
  • —  FOUQUET, Alfred, « Compte-rendu de quelques fouilles opérées à Lanvaux, en Pluherlin », Bulletin de la Société Polymathique du Morbihan, 1864, p. 97-104, Voir en ligne. —
  • —  FOUQUET, Alfred, « Compte-rendu de quelques fouilles opérées en septembre 1864, au pied de 5 menhirs en Pleucadeuc », Bulletin de la Société Polymathique du Morbihan, 1864, p. 105-116, Voir en ligne. —
  • —  FOUQUET, Alfred, « Campagnes archéologiques en 1865 », Bulletin de la Société Polymathique du Morbihan, 1865, p. 56-72, Voir en ligne. —
  • —  FOUQUET, Alfred, « Fouilles à la Grée-Mahé, en Pluherlin », Bulletin de la Société Polymathique du Morbihan, 1866, p. 34-39, Voir en ligne. —
  • —  FOUQUET, Alfred, « De quelques tumulus sans monuments intérieurs », Bulletin de la Société Polymathique du Morbihan, 1867, p. 19-20, Voir en ligne. —
  • —  FOUQUET, Alfred, « Petite histoire d’une petite rue de Vannes », Bulletin de la Société Polymathique du Morbihan, 1867, p. 53-58, Voir en ligne. —
  • —  FOUQUET, Alfred, « Trois âges en Pleucadeuc », Bulletin de la Société Polymathique du Morbihan, 1867, p. 84-92, Voir en ligne. —
  • —  FOUQUET, Alfred, « Réfutation d’une critique archéologique », Bulletin de la Société Polymathique du Morbihan, 1867, p. 93-101, Voir en ligne. —
  • —  FOUQUET, Alfred, « Des ossements incinérés contenus dans une urne en cuivre découverte au Rocher en 1872 », Bulletin de la Société Polymathique du Morbihan, 1872, p. 127-129, Voir en ligne. —
  • —  FOUQUET, Alfred, « Du recrutement dans le Morbihan, au point de vue de l’instruction primaire », Bulletin de la Société Polymathique du Morbihan, 1874, p. 18, Voir en ligne. —
  • —  FOUQUET, Alfred, « Cromlec’h ; tombeau découvert près de la Haye en Saint-Gravé », Bulletin de la Société Polymathique du Morbihan, 1874, p. 122, Voir en ligne.—