aller au contenu

Le Jardin des Tombes

Un tumulus de l’ensemble des Buttes aux Tombes

Le Jardin des Tombes est un tumulus décrit au 19e siècle sur la commune de Néant-sur-Yvel, comme appartenant à l’ensemble mégalithique des « Buttes aux Tombes ». Il aurait été détruit vers 1920.

Première description du « Jardin des Tombes »

L’appellation « Jardin des Tombes » a d’abord été utilisée par le chanoine Mahé pour décrire un tertre bordé de menhirs appartenant à l’ensemble mégalithique des « Buttes aux Tombes ». Cette description a été reprise par Cayot-Delandre puis par Rozensweig. Rien ne prouve qu’un seul de ces trois auteurs se soit rendu sur le site.

Le chanoine Mahé, 1825

En 1825, le chanoine Mahé (1760-1831) fait paraitre un essai sur les antiquités du Morbihan —  MAHÉ, chanoine Joseph, Essai sur les antiquités du département du Morbihan, Vannes, Galles aîné, 1825, Voir en ligne. —. Il s’agit de la première tentative de recensement des menhirs, tumulus et autres monuments faussement attribués aux Celtes au 19e siècle. L’antiquaire y décrit longuement sa visite aux « Buttes aux Tombes », livrant la première description de cet ensemble mégalithique. Le chanoine Mahé décrit dix « monuments celtiques » parmi lesquels le « Jardin des Tombes ».

Après quelques centaines de pas nous nous trouvâmes près d’une sorte de plate-bande, haute d’environ 2 pieds, et nous y comptâmes 12 pierres. Comme ce monument est appelé le jardin des tombes, et qu’il ne diffère des tombeaux précédents que par sa forme de carré long ; nous convînmes que ses douze roches sont les cippes mortuaires de douze personnages distingués.Mahé, Joseph (1825) op. cit. p.196-202 (Voir en ligne)

On ne parvient pas à reconnaitre un des monuments actuels dans cette description du « Jardin des Tombes ».

Cayot-Delandre, 1847

François-Marie Cayot-Delandre est un des successeurs de l’abbé Mahé à la Société archéologique du département du Morbihan‎. En 1847 il décrit à son tour les « Buttes aux Tombes » et inclut le site du « Jardin des Tombes » dans son inventaire des mégalithes du Morbihan.

Sa description du monument 1 n’apporte aucun élément nouveau à celle du chanoine Mahé.

Louis Rosenzweig, 1863

Louis Rosenzweig (1830-1884) dresse un inventaire des sites archéologiques du Morbihan qui comprend une description des « Buttes aux Tombes ». Sa mention du « Jardin des Tombes » 2 est une reprise de la description de Cayot-Delandre.

Confusion sur l’appellation

Alfred Fouquet, 1853

En 1853, Alfred Fouquet (1810-1875) utilise l’appellation « Jardin des Tombes » dans un autre sens que celui utilisé par ses prédécesseurs.

[...] et dans Tréhorenteuc on remarque plusieurs plates-formes, dont une a jusqu’à quarante mètres de longueur sur huit de largeur, qui, toutes élevées au-dessus du sol, sont bordées de menhirs. Mais, pour être disposées ici autrement qu’ailleurs, les menhirs ne changent pas pour cela de caractère, et encore moins de destination ; toujours et partout ils marquent des tombes. Le nom de Jardin-des-Tombes donné, à Tréhorenteuc, aux plates-formes bordées de menhirs dont je parle, vient ajouter un argument de plus aux nombreux arguments que j’ai déjà fait valoir pour étayer mon opinion. FOUQUET, Alfred, Des monuments celtiques et des ruines romaines dans le Morbihan, Vannes, A. Caudéran, libraire éditeur, 1853, Voir en ligne. Page 31

Contrairement à l’abbé Mahé et à Cayot-Delandre, le « Jardin des Tombes » ne désigne plus un tumulus précis, mais l’ensemble des « Buttes aux Tombes ».

Félix Bellamy, 1896

Félix Bellamy amplifie la confusion.

Comme Fouquet, Félix Bellamy utilise l’appellation « Jardins des Tombes » pour désigner l’ensemble des « Buttes aux Tombes » et nomme en outre le « Jardin aux Moines » « Jardin aux Tombes ».

De la grande Butte aux Tombes allons maintenant examiner le Jardin aux Moines qu’on appelle quelquefois le jardin aux Tombes. BELLAMY, Félix, La forêt de Bréchéliant, la fontaine de Berenton, quelques lieux d’alentour, les principaux personnages qui s’y rapportent, Vol. 1, Rennes, J. Plihon & L. Hervé, 1896, Voir en ligne. Page184 ]

Bellamy ne décrit aucun tumulus pouvant s’apparenter au « Jardin des Tombes » décrit par le chanoine Mahé et Cayot-Delandre.

L’interprétation de Jacques Briard

A l’occasion des fouilles menées en 1983 et 1984 sur le site du Jardin aux Moines, l’archéologue Jacques Briard collecte des informations auprès des populations locales :

Le propriétaire, M. Léon Leborgne, nous donna toutes les facilités pour les travaux et nous indiqua qu’au nord du monument, de l’autre côté de la route, un tertre semblable avait été détruit vers 1920, peut-être le « tertre aux 12 pierres » de F.-M. Cayot-Delandre. BRIARD, Jacques, Mégalithes de Haute-Bretagne. Les monuments de la forêt de Brocéliande et du Ploërmelais, structure, mobilier, environnement, Vol. 23, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 1989. [ page 42]

Jacques Briard apprend alors que quelques-uns des jardins et maisons du bourg de Néant sont agrémentés des débris des tertres des « Buttes aux Tombes ». Au vu des descriptions des antiquaires du 19e siècle, l’existence du « Jardin des Tombes » n’est pas avérée. Elle ne l’est pas plus par l’interprétation qu’en fait Jacques Briard.


Bibliographie

BELLAMY, Félix, La forêt de Bréchéliant, la fontaine de Berenton, quelques lieux d’alentour, les principaux personnages qui s’y rapportent, Vol. 1, Rennes, J. Plihon & L. Hervé, 1896, Voir en ligne.

BRIARD, Jacques, Mégalithes de Haute-Bretagne. Les monuments de la forêt de Brocéliande et du Ploërmelais, structure, mobilier, environnement, Vol. 23, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 1989.

CAYOT-DELANDRE, François-Marie, Le Morbihan, son histoire et ses monuments, Vannes, A. Caudéran, libraire éditeur, 1847, Voir en ligne.

FOUQUET, Alfred, Des monuments celtiques et des ruines romaines dans le Morbihan, Vannes, A. Caudéran, libraire éditeur, 1853, Voir en ligne.

MAHÉ, chanoine Joseph, Essai sur les antiquités du département du Morbihan, Vannes, Galles aîné, 1825, Voir en ligne.

ROSENZWEIG, Louis Théophile, Répertoire archéologique du département du Morbihan, Paris, Imprimerie royale, 1863, Voir en ligne.


↑ 1 • 

Les vestiges du culte druidique se retrouvent sur divers points de cette petite commune [...] A peu de distance de ce lieu [Butte aux Tombes] est un monument nommé Jardin des Tombes ; il a la forme d’une plate-bande élevée d’environ 60 centimètres ; douze pierres l’accompagnent. . CAYOT-DELANDRE, François-Marie, Le Morbihan, son histoire et ses monuments, Vannes, A. Caudéran, libraire éditeur, 1847, Voir en ligne. pages 333-334

↑ 2 • 

TRÉHORENTEUC. Ép. celtique. [...] A peu de distance de ce lieu, monument nommé Jardin des tombes, sorte de plate-bande élevée d’environ 0m 60, accompagnée de 12 pierres (ibid.). ROSENZWEIG, Louis Théophile, Répertoire archéologique du département du Morbihan, Paris, Imprimerie royale, 1863, Voir en ligne. Page 148