aller au contenu

Vers 700 av. J.-C.

Le dépôt de haches du Bois-du-Loup

Un trésor de l’Âge du Bronze Final en Augan

Un dépôt de haches à douille armoricaines a été découvert en 1820 au « Bois-du-Loup » en Augan. L’archéologue Jacques Briard a classé ces haches en bronze de 5 cm de longueur dans le type de Maure, daté de l’extrême fin de l’Âge du Bronze, vers 700 av. J.-C.

La découverte des haches en 1820

Le chanoine Mahé évoque la découverte d’un trésor de l’Âge du Bronze, comprenant 200 haches à douille armoricaines, au Bois-du-Loup en Augan vers 1820 :

Il y a quelques années qu’en creusant la terre à Bois-du-loup, on y trouva un dépôt de plus de deux cents instruments dont on a peine à concevoir l’usage. J’en possède un dont voici la description : il est blanchâtre, ce qui annonce un mélange de cuivre et d’étain, et il a été visiblement coulé dans un moule. Il n’a que deux pouces de longueur, mais la cassure de ses bords annonce qu’il a dû être un peu plus prolongé. D’un côté il se termine en coin et de l’autre il offre une cavité qui s’étend presque jusqu’au tranchant du coin. A un de ses flancs est adhérent un petit anneau.(Planche III, fig. 9.) [...] MAHÉ, chanoine Joseph, Essai sur les antiquités du département du Morbihan, Vannes, Galles aîné, 1825, Voir en ligne. page 420

Nous savons grâce à une publication posthume de ses notes que c’est l’abbé Marot, antiquaire et curé de Rochefort-en-Terre (Morbihan) qui lui indiqua l’existence de cette découverte :

C’est sur le penchant de la très haute butte de Guénégan que l’on trouva en 1820, les instruments dont parle M. Mahé (p. 420). C’est moi qui lui envoyai celui qu’il a eu (il est maintenant au musée de Vannes). MAROT, abbé Pierre et HÉLIGON, abbé Joseph Judicaël, « Notes de l’abbé Marot », Bulletin de la Société Polymathique du Morbihan, 1907, p. 275-302, Voir en ligne. page 297

Le dépôt du Bois du Loup et l’archéologie contemporaine

L’archéologue Jacques Briard s’est intéressé à ce dépôt de haches qu’il classe dans la catégorie des haches de type de Maure, du nom du dépôt de « La Couture » sur la commune de Maure-de-Bretagne, à 20 km au sud de Brocéliande, où 4000 haches furent découvertes en 1842. Ces haches de petite taille (5 cm) sont considérées le plus souvent par Jacques Briard comme de nature prémonétaire.

Le dépôt de Maure est le plus riche en haches à douille armoricaines découvert en Bretagne au siècle dernier [...] Ce dépôt mal connu comprenait quelques haches à douille du type de Couville de 7 à 8 cm mais surtout une variété de haches à douille de 50 à 55 mm de long dénommée type de Maure. La longueur des haches oscille autour de 55 mm pour une largeur au tranchant de l’ordre de 20 mm. La douille est souvent elliptique à l’ouverture [...] Les haches à douille du type de Maure ont une répartition difficile à cerner. Les dépôts bretons indiscutables sont ceux de Maure, Ille-et-Vilaine et Augan, Morbihan.[...] L’abondance des haches, leur mode de dépôt les assimilent au phénomène général des haches à douille armoricaines à l’extrême fin du Bronze et au tout début de l’Âge du Fer. BRIARD, Jacques et VERRON, Guy, Typologie des objets de l’Age du bronze en France, Fascicule 4, Haches (2), Paris, Société Préhistorique Française, 1976. [pages 41-42]

Haches à douille

Jacques Briard s’est à nouveau intéressé au dépôt du Bois-du-Loup après ses fouilles archéologiques des années 80 en Brocéliande :

Les haches du type de Couville sont spécifiques des ateliers de Haute-Bretagne et du Cotentin. Mais la région du Sud de Brocéliande est aussi celle où furent fabriquées ces haches miniatures de 5 cm de long pour lesquelles j’ai proposé, en 1965, le nom de type de Maure, d’après le dépôt de « La Couture » à Maure de Bretagne [...] Un autre dépôt avec 200 petites haches fut découvert au mamelon de Quénédan au Bois du Loup à Augan (Morbihan), vers 1820, près de tombelles. Quelques rescapées en sont conservées au musée de la Société Polymathique à Vannes. C’est donc une fabrication locale [...] Les haches à douille armoricaines témoignent d’une activité métallurgique importante en marge de Brocéliande vers 700 av. J.-C. Mais on ne connait guère les habitats et sépultures de cette époque bien que certaines tombelles, comme celles voisines du dépôt d’Augan, puissent dater de cette période. BRIARD, Jacques, Mégalithes de Haute-Bretagne. Les monuments de la forêt de Brocéliande et du Ploërmelais, structure, mobilier, environnement, Vol. 23, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 1989. [pages 114-115]

L’environnement archéologique du Bois du Loup

Plusieurs découvertes datées de l’Âge du Bronze ont été mises au jour dans les environs immédiats du Bois du Loup.

En 1913, Xavier de Bellevüe s’est livré à un examen détaillé de l’allée couverte de Roherman située à quelques encablures du Bois du Loup. Il mentionne la découverte d’autres haches en bronze dans l’ensemble mégalithique :

Vers 1850, M. Adolphe des Clos de la Fouchais, châtelain du Bois-du-Loup, en compagnie de M. Daniélo, curé de Guer, fit exécuter des fouilles qui mirent au jour beaucoup de petites haches de bronze et un beau couteau en silex (celt), qui fut emporté par M. Landormi, agent-voyer à Ploërmel. BELLEVÜE, Xavier de, Le camp de Coëtquidan, Rééd. 1994, Rennes, La Découvrance, 1913. [page 280]

Le marquis de Bellevüe mentionne aussi la découverte dans les landes de Coëtquidan de haches du même type que celles du Bois-du-Loup :

Sur tout le territoire de Coëtquidan sont aussi beaucoup de tumuli ou tombelles. Quelques uns de ces monuments ont été fouillés, notamment en 1820 et en 1899 ; et on y a trouvé des ossements calcinés, du charbon, et des haches en bronze de petit format, dont il existait des spécimens au château du Bois-du-Loup. Bellevüe, Xavier Marquis de (1913), op. cit., p. 281

C’est aussi au Bois du Loup en 1749, que fut découverte une des quatre torsades en or de l’Âge du Bronze de type Tara-Yeovil trouvées en Bretagne. —  GIOT, Pierre-Roland, BRIARD, Jacques et PAPE, Louis, Protohistoire de la Bretagne, Rennes, Editions Ouest-France, 1995. [page 1114] —

Une tombe de l’Âge du Bronze, le coffre de la Ville Costard, a par ailleurs été découverte dans le hameau voisin du Bois-du-Loup en 1975.—  BRIARD, Jacques, Mégalithes de Haute-Bretagne. Les monuments de la forêt de Brocéliande et du Ploërmelais, structure, mobilier, environnement, Vol. 23, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 1989. [page 70] —


Bibliographie

BELLEVÜE, Xavier de, Le camp de Coëtquidan, Rééd. 1994, Rennes, La Découvrance, 1913.

BRIARD, Jacques et VERRON, Guy, Typologie des objets de l’Age du bronze en France, Fascicule 4, Haches (2), Paris, Société Préhistorique Française, 1976.

BRIARD, Jacques, Mégalithes de Haute-Bretagne. Les monuments de la forêt de Brocéliande et du Ploërmelais, structure, mobilier, environnement, Vol. 23, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 1989.

GIOT, Pierre-Roland, BRIARD, Jacques et PAPE, Louis, Protohistoire de la Bretagne, Rennes, Editions Ouest-France, 1995.

MAHÉ, chanoine Joseph, Essai sur les antiquités du département du Morbihan, Vannes, Galles aîné, 1825, Voir en ligne.

MAROT, abbé Pierre et HÉLIGON, abbé Joseph Judicaël, « Notes de l’abbé Marot », Bulletin de la Société Polymathique du Morbihan, 1907, p. 275-302, Voir en ligne.