aller au contenu

L’Âge du Bronze en Brocéliande

L’Âge du Bronze est une période protohistorique caractérisée par le développement de la métallurgie du bronze, alliage de cuivre et d’étain. Elle s’est développée dans l’ouest européen de 2000 à 800 av. J.-C.

Le massif forestier de Brocéliande et ses pourtours a livré de nombreux sites archéologiques (coffres mégalithiques du Bronze ancien, dépôts du Bronze Moyen ou du Bronze Final) ainsi que quelques objets exceptionnels (hache plate de Maxent ou Gobelet en or de Paimpont) attestant la présence de populations du Bronze Ancien au Bronze Final.

Aucun habitat daté de l’Âge du Bronze n’a pourtant été découvert en forêt de Brocéliande, en dehors de l’enclos mégalithique de Tréhorenteuc qui peut éventuellement être considéré comme un vestige de structure agraire protohistorique.

L’étude de ces sites archéologiques et de ces trouvailles isolées révèle un espace à la confluence de cultures régionales (Finistère, Loire-Atlantique, Cotentin, etc.) ainsi que d’influences plus lointaines (Espagne, Iles Britanniques, Scandinavie, etc.)

La hache plate de Maxent (vers 2000 av. J.-C.)

Une hache plate en cuivre découverte à Maxent en dehors de tout contexte archéologique a été datée du Bronze Ancien (vers 2000 av. J.-C.). L’examen micrographique réalisé par l’archéologue Jacques Briard en 1958 permet d’y voir l’un des tout premiers essais de métallurgie armoricaine.

Cette production fut surtout liée à des importations mais quelques petites haches « primitives » ou « ébauches » pourraient être les premiers essais de métallurgie armoricaine (Maxent, Ille-et-Vilaine, Collinée, Côte-d’Armor). En conclusion, les haches plates sont les premiers témoins d’une métallurgie du cuivre en Armorique, antérieure au véritable Âge du Bronze.

GIOT, Pierre-Roland, BRIARD, Jacques et PAPE, Louis, Protohistoire de la Bretagne, Rennes, Editions Ouest-France, 1995. [page 35]

Coffres classiques du Bronze Ancien (2000-1500)

Plusieurs coffres mégalithiques ont été découverts dans la partie occidentale de la forêt de Brocéliande ou à proximité. Quatre d’entre eux ont été fouillés. Ils appartiennent à la série des petites sépultures individuelles de l’Âge du Bronze Ancien.

Vers 2000 les petits chefs de l’Âge du Bronze et leurs sujets se feront enterrer dans des tombes individuelles : le Tombeau des Géants, le coffre de la Guette, les Buttes de Tiot et maintes et maintes petites tombelles disséminées en forêt et réservées aux plus démunis de cette société hiérarchisée. BRIARD, Jacques, « Mégalithes en Brocéliande », in Journées préhistoriques de Bretagne, 1983, p. 16-19. [page 26]

Le coffre de la Guette en Paimpont

Le coffre de la Guette, situé sur les hauteurs du « Val sans Retour » en Paimpont, est une petite sépulture individuelle datée de 2000 avant J.-C. Découvert par Michel Cabaret en 1982, il a fait l’objet d’un dégagement superficiel réalisé par l’équipe de fouilles de Jacques Briard, Guy Larcher et Michel Cabaret en juillet 1982.

Un unique tesson de poterie campaniforme, découverte rarissime en Haute Bretagne, permet de le dater de la fin du Néolithique ou du début de l’Âge du Bronze, vers 2000 av. J.-C.—  BRIARD, Jacques, Mégalithes de Haute-Bretagne. Les monuments de la forêt de Brocéliande et du Ploërmelais, structure, mobilier, environnement, Vol. 23, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 1989. [pages 67-70] —

Le coffre mégalithique de la Guette (plan)
Le coffre mégalithique de la Guette (plan)

Le Tombeau des Géants

Le Tombeau des Géants à Campénéac (Morbihan) est un grand coffre de l’Âge du Bronze ancien (2000 à 1500 av. J.-C.), constitué à partir du démantèlement d’un alignement de menhirs du Néolithique final (3000-2500 av. J.-C.).

Il a fait l’objet de fouilles archéologiques menées par Jacques Briard en 1982 et 1983. Le mobilier découvert, très pauvre en raison de fouilles sauvages antérieures, a révélé quatre tessons de céramique vraisemblablement datés du Chalcolithique ou de l’Âge du Bronze.—  BRIARD, Jacques, Mégalithes de Haute-Bretagne. Les monuments de la forêt de Brocéliande et du Ploërmelais, structure, mobilier, environnement, Vol. 23, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 1989. —

Le coffre de la Ville-Costard en Augan

Le coffre de la Ville-Costard en Augan a été découvert en juillet 1975. Il a fait l’objet de fouilles de sauvetage réalisées par Michel Le Goffic. —  BRIARD, Jacques, Mégalithes de Haute-Bretagne. Les monuments de la forêt de Brocéliande et du Ploërmelais, structure, mobilier, environnement, Vol. 23, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 1989. [page 70] —

Les tumulus de la Butte de Tiot en Campénéac

Les tumulus de la Butte de Tiot comprennent deux tumulus éventrés. L’un d’eux est constitué d’un petit coffre central en dalles de schiste, appelé petit « Coffre de la Butte de Tiot ». Ce petit ensemble découvert dans les années 1980 a été étudié par Jacques Briard.—  BRIARD, Jacques, Mégalithes de Haute-Bretagne. Les monuments de la forêt de Brocéliande et du Ploërmelais, structure, mobilier, environnement, Vol. 23, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 1989. [page 87] —

Tumulus de Tiot après l'incendie de 1984
Tumulus de Tiot après l’incendie de 1984

Objets de l’Âge du Bronze Moyen et du Bronze final (1500-800 av. J.-C.)

Le dépôt du Boriga en Gaël (1400-1200 av. J.-C.)

Le dépôt du Boriga daté du Bronze Moyen (1400-1200 av. J.-C.) comprend quatre haches en bronze. Il a été découvert sur la commune de Gaël en 1971 et étudié par Jacques Briard en 1973. Selon l’archéologue, il constitue l’avancée la plus orientale de haches à rebords du type de Tréboul. —  BRIARD, Jacques et BOURHIS, Jean-Roger, « Les Dépôts de l’Âge du Bronze de Gaël (Ille-et-Vilaine) », Annales de Bretagne, Vol. 80, 1973, p. 21-33, Voir en ligne.  —

Le dépôt de haches de la Ville-Roux en Gaël (1400-1200 av. J.-C.)

Le dépôt de la Ville-Roux, daté du Bronze Moyen a été découvert vers 1900. Étudié en 1973 par Jacques Briard, il comprend une hache à rebord datée de 1400-1200 av. J.-C. ainsi que deux haches à talon de type « breton » datées de la fin de l’Âge du Bronze Moyen, vers 1200-1000. —  BRIARD, Jacques et BOURHIS, Jean-Roger, « Les Dépôts de l’Âge du Bronze de Gaël (Ille-et-Vilaine) », Annales de Bretagne, Vol. 80, 1973, p. 21-33, Voir en ligne. —

Le bracelet de Bernohen en Plélan

Un bracelet de l’Âge du Bronze a été découvert en 2014 au cours des fouilles archéologiques du site médiéval de « Bernohen » en Plélan-le-Grand. Sa datation peut être estimée au Bronze moyen/Bronze final.—  CORRE, André et LEPRÊTRE, Bernard, « Enceinte de Bernohen - Commune de Plélan-le-Grand (Ille-et-Vilaine) Site n°35223002 », Rennes, CERAPAR, 2015. [Page 34] —

Le bracelet de Bernohen
Le bracelet de Bernohen

Le trésor de Plélan-le-Grand

Le trésor de Plélan-le-Grand est un dépôt composite comprenant des objets allant du Bronze Ancien au Bronze Final. Il a été découvert à Plélan-le-Grand en février 1892.

L’archéologue Jacques Briard y distingue trois groupes d’objets correspondant à des époques différentes :

  • une hache du Bronze Ancien et des objets du Bronze Moyen à la provenance incertaine,
  • des objets du Bronze Final, typiques des dépôts du groupe de « l’épée en langue de carpe »,
  • une hache à douille armoricaine et une rouelle en plomb de l’extrémité du Bronze Final.

L’orfèvrerie de l’Âge du Bronze Final (800-700 av. J.-C.)

Deux objets en or datés du Bronze Final ont fait l’objet de découvertes fortuites en forêt de Brocéliande au 18e et au 19e siècles : « la torsade d’Augan » et « le Gobelet de Paimpont ». Dans les deux cas, il s’agit d’œuvres exceptionnelles, qui n’ont pas été réalisées localement et qui sont certainement liées à des échanges avec d’autres parties de l’Europe (Irlande, Scandinavie ou Italie du nord).

Le Gobelet de Paimpont

La tasse en or dite « Gobelet de Paimpont », datée de l’Âge du Bronze Final (800-700 av. J.-C.) a été découverte en forêt de Paimpont vers 1880. Comparée à d’autres représentations artistiques de l’Âge du Bronze armoricain, la tasse de Paimpont révèle un caractère exceptionnel.

En l’absence de contexte archéologique, la datation de cet objet exceptionnel a fait l’objet de plusieurs hypothèses et interprétations.

  • Le Musée d’Archéologie nationale ou elle est exposée le date du Bronze Moyen (vers 1500-1250 av. J.-C.) et compare les motifs palmipèdes de la tasse à des équivalents scandinaves. —  JOFFROY, René, « La tasse de la forêt de Paimpont Ill.-et-Vil. et les vases d’or du bronze final trouvés en France », Antiquités Nationales, 1974, p. 61-63. [pages 61-63] —
  • Selon Jacques Briard, il serait daté du Bronze Final (800-700 av. J.-C.) et serait comparable a des objets provenant du Danemark ou de Hongrie—  BRIARD, Jacques, « Mégalithes en Brocéliande, légendes, réalités, éternité », in Brocéliande ou le génie du lieu, Presses Universitaires de Grenoble, 2002, p. 13-29. [page 26] —
  • Enfin, selon Jean Danzé, il daterait du début de l’Âge du Fer (650 av. J.-C.) en raison de sa proximité avec des objets provenant du nord de l’Italie.—  DANZÉ, Jean, Bretagne pré-celtique : aux origines du peuplement armoricain, Spézet, Coop Breizh, 2001. [page 183] —
Le « Gobelet de Paimpont »
Le « Gobelet de Paimpont »

La torsade en or d’Augan

La torsade en or d’Augan est un collier découvert en 1749 au « Bois-du-Loup » en Augan (Morbihan). Ce bijou, aujourd’hui disparu, a été rattaché aux torsades de type « Tara-Yeovil » (Irlande) datées de la fin de l’Âge du Bronze (vers 1000 av. J.-C.).—  BRIARD, Jacques et VEILLARD, Jean-Yves, « Un nouveau type de torque en or découvert près de Quimper (Finistère) », Bulletin de la Société préhistorique française. Comptes rendus des séances mensuelles., Vol. 67, N. 3, 1970, p. 89-92, Voir en ligne. —

Les haches à douille de type armoricain du premier Âge du Fer

Des milliers de petites haches à douille sont produites en Armorique au premier Âge du Fer (700-400 av. J.-C.). Ces haches aux variantes liées à des régions bien déterminées sont presque uniquement déposées dans des poteries et ne sont que très rarement associées à d’autres objets. Le rôle de ces haches, impropres à l’utilisation en raison de leur petite taille et de leur forte teneur en plomb n’est pas éclairci. L’hypothèse principale en fait des « prémonnaies » ou plus précisément des « paléomonnaies » ayant précédé de quelques siècles l’usage des monnaies de l’Âge du Fer.—  BRIARD, Jacques, La protohistoire de Bretagne et d’Armorique, Gisserot, 1991, 111 p., (« Les universels Gisserot »). —

Les haches à douille de type armoricain antérieurement classées à l’extrême fin du Bronze Final (vers 700 av. J.-C.), sont depuis 2001, datées du premier Âge du Fer (700-400 av. J.-C.).

Les haches à douille de type armoricain sont un élément majeur du premier âge du Fer de Bretagne et de Normandie […] elles sont rarement associées à d’autres objets sinon à des éléments du premier âge du Fer. Les associations anciennement signalées dans les dépôts en langue de carpe ne sont pas confirmées de nos jours, c’est pourquoi les haches à douille de type armoricain doivent être détachées de l’âge du Bronze et considérées comme une entité originale du début de l’âge du Fer.

BRIARD, Jacques, « Les haches à douille de type armoricain », Documents d’Archéologie méridionale, 2001, p. 261-262.

Deux types de petites haches à douille ont été découvertes dans des dépôts situés à proximité du massif forestier de Brocéliande : du type de « Couville » (Cotentin) à Gaël (Ille-et-Vilaine) au nord du massif et du type de « Maure-de-Bretagne » (Ille-et-Vilaine) à Augan (Morbihan) au sud-ouest de la forêt.

Les haches à douille armoricaines témoignent d’une activité métallurgique importante en marge de Brocéliande vers 700 av. J.-C. Mais on ne connait guère les habitats et sépultures de cette époque bien que certaines tombelles, comme celles voisines du dépôt d’Augan, puissent dater de cette période.

BRIARD, Jacques, Mégalithes de Haute-Bretagne. Les monuments de la forêt de Brocéliande et du Ploërmelais, structure, mobilier, environnement, Vol. 23, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 1989. [pages 114-115]

Le dépôt du Fieux en Gaël (700-400 av. J.-C.)

Le dépôt du Fieux comprend soixante-trois haches à douille armoricaines découvertes en 1881. L’archéologue Jacques Briard a classé ces haches en bronze dans le type de « Couville » -7 cm -, daté du premier Âge du Fer (700-400 av. J.-C.).—  BRIARD, Jacques et BOURHIS, Jean-Roger, « Les Dépôts de l’Âge du Bronze de Gaël (Ille-et-Vilaine) », Annales de Bretagne, Vol. 80, 1973, p. 21-33, Voir en ligne. [pages 28-32] —

Le dépôt de haches du Fieux en Gaël
Le dépôt de haches du Fieux en Gaël

Deux autres haches du type de Couville ont été découvertes à proximité du massif forestier de Paimpont. L’une d’entre elles provient du Trésor de Plélan mis au jour en 1892. La seconde a été trouvée de manière fortuite en 2016 en forêt de Paimpont.

Hache du type Couville découverte en Haute-Forêt en 2016
Hache du type Couville découverte en Haute-Forêt en 2016
Guy Larcher

Le dépôt du « Bois-du-Loup » en Augan (700-400 av. J.-C.)

Le dépôt du « Bois-du-Loup » comprenait des haches à douille armoricaines découvertes en 1820 au « Bois-du-Loup » en Augan par l’abbé Marot. L’archéologue Jacques Briard a classé ces haches en bronze de 5 cm de longueur dans le type de « Maure », daté du premier Âge du Fer (700-400 av. J.-C.)—  BRIARD, Jacques, Mégalithes de Haute-Bretagne. Les monuments de la forêt de Brocéliande et du Ploërmelais, structure, mobilier, environnement, Vol. 23, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 1989. [pages 114-115] —


GIOT, Pierre-Roland, BRIARD, Jacques et PAPE, Louis, Protohistoire de la Bretagne, Rennes, Editions Ouest-France, 1995.

BRIARD, Jacques, « Mégalithes en Brocéliande », in Journées préhistoriques de Bretagne, 1983, p. 16-19.

BRIARD, Jacques, La protohistoire de Bretagne et d’Armorique, Gisserot, 1991, 111 p., (« Les universels Gisserot »).