aller au contenu

1850-1992

Le menhir de la Pierre Longue de l’abbaye de Montfort

Découverte d’un menhir partiellement détruit

Le menhir de la Pierre Longue de l’abbaye de Montfort est détruit dans les années 1850 pour empierrer la route de Montfort à la Chapelle-Thouarault. Ce menhir fait l’objet d’une légende écrite par Édouard Vigoland. Une partie du menhir, redécouverte en 1992 au Magois en Breteil, est dressée en bordure de la route de la Nouette.

1858 — La Pierre Longue de l’Abbaye en Montfort

L’abbé Oresve mentionne le site mégalithique de la Pierre Longue de l’Abbaye en Montfort comme étant déjà détruit en 1858. —  ORESVE, abbé Félix Louis Emmanuel, Histoire de Montfort et des environs, Montfort-sur-Meu, A. Aupetit, 1858, Voir en ligne. —

La pierre longue du village de l’Abbaye qu’on a détruite pour paver le chemin vicinal.

Oresve, Abbé (1858) op. cit. page 74

1880-1928- Le menhir dans les premiers inventaires

Le menhir de la Pierre Longue est à nouveau mentionné par Adrien de Mortillet (1853-1931) en 1880.—  MORTILLET, Adrien de, « Distribution géographique des dolmens et menhirs de France », Revue de l’Ecole d’Anthropologie, 1901. —

En 1883, Paul Bézier l’inclut dans son inventaire des mégalithes d’Ille-et-Vilaine. Il évoque sa destruction avec plus de précision et le situe sur la commune de Bréteil. Il indique la destruction de plusieurs menhirs mais ne mentionne que celle du menhir de la Pierre Longue.

Bréteil - Menhir détruit. Il était auprès du village du Magay, à deux kilomètres au Sud-Est de Montfort, et a été brisé, il y a une trentaine d’années, pour être utilisé dans l’empierrement du chemin de Montfort à Cintré. Hauteur : 2m 50 ; largeur 1 mètre ; épaisseur 0m 70.

BÉZIER, Paul, Inventaire des monuments mégalithiques du département d’Ille-et-Vilaine, Rennes, Ch. Catel, 1883, Voir en ligne.page 221

En 1927, Paul Banéat indique l’existence du menhir de Pierre Longue en Bréteil ainsi que d’un second menhir détruit situé à 30 mètres.

Près du village du Magay [Magois], à 2 kil. 700 au sud-ouest du bourg [de Breteil] et 100 m. au sud de la route [de la Chapelle-Thouarault à Montfort-sur-Meu] se voyait autrefois un menhir dit la Pierre-Longue, qui a été employé vers 1850 à l’empierrement d’un chemin : il mesurait 2 m. 50 de hauteur - Un autre menhir plus petit se trouvait à 30 m. à l’est du premier ; il est également détruit.

BANÉAT, Paul, Le Département d’Ille-et-Vilaine. Histoire, archéologie, monuments, Vol. 1, Rééd. 1973, Paris, Librairie Guénégaud, 1928.

La redécouverte contemporaine du menhir

Le menhir détruit de la Pierre Longue en Bréteil est mentionné dans le mémoire de maitrise de Paul Henry en 1971.—  HENRY, Paul, Les menhirs des arrondissements de Rennes et Saint-Malo, Mémoire de maitrise, Université de Haute-Bretagne, 1971, 277 p. —

1985 — Une mention de Bertrand Monvoisin

En 1985, le menhir est décrit par un érudit bréteillais, Bertrand Monvoisin.

Un premier menhir dit « Pierre Longue » avait une hauteur de 2.50 m, une largeur de 1 m. et une épaisseur de 0.70 m. Un second de dimensions moindres était situé 30 mètres à l’est de la « Pierre Longue ». L’emplacement exact de ces mégalithes se situait vraisemblablement dans les prés maintenant dénommés le « champ de la pierre » et « les grosses roches ». Ces prés correspondent aux parcelles n° E 17 et E 37 du cadastre et se situent de part et d’autre du chemin de la Nouette, juste avant le passage à niveau.

MONVOISIN, Bertrand, Bréteil : une terre d’histoire, Bréteil, autoédition, 1985, 65 p.

1989 — La redécouverte du menhir

Le menhir détruit vers 1850 pour empierrer la route Montfort-cintré a été retrouvé par René Cadic et Bertrand Monvoisin en 1992. Un reste de ce menhir situé sur la propriété de Didier Cancé à été dégagé en présence d’Olivier Kayser de la Drac et installé en bordure de la route de la Nouette.—  ANONYME, « Un menhir reconstitué », Ouest-France, Bréteil, 1992, Voir en ligne. —

Un menhir reconstitué
Un menhir reconstitué
Ouest France 08/01/1992

Son existence est mentionnée dans un article de Glanes daté de 1994.—  ROBERT, Philippe, « Les mégalithes à Montfort ou proximité », Glanes en pays pourpré, 1994, p. 6-11. — ainsi que sur le site de Philippe Saint-Marc.—  SAINT-MARC, Philippe, « Le menhir du Magois ou la Grosse Roche à Bréteil », 2020, Voir en ligne. —

2004 — Le menhir dans l’inventaire départemental

Le menhir du Magois en Bréteil est mentionné dans l’inventaire départemental de 2004.

Menhir détruit - Le Macoix. En matériau non identifié. Il avait une hauteur de 2.50 m et une largeur maximum de 1 m.

BRIARD, Jacques, LANGOUËT, Loïc et ONNÉE, Yvan, Les mégalithes du département d’Ille-et-Vilaine, Rennes, Institut Culturel de Bretagne - Skol-uhel ar vro - Laboratoire d’anthropologie - Préhistoire (U.P.R. 403 C.N.R.S.) Université de Rennes I, 2004.
Menhir du Magois en Bréteil
Menhir du Magois en Bréteil
Philippe Saint-Marc

Bibliographie

BANÉAT, Paul, Le Département d’Ille-et-Vilaine. Histoire, archéologie, monuments, Vol. 1, Rééd. 1973, Paris, Librairie Guénégaud, 1928.

BRIARD, Jacques, LANGOUËT, Loïc et ONNÉE, Yvan, Les mégalithes du département d’Ille-et-Vilaine, Rennes, Institut Culturel de Bretagne - Skol-uhel ar vro - Laboratoire d’anthropologie - Préhistoire (U.P.R. 403 C.N.R.S.) Université de Rennes I, 2004.

HENRY, Paul, Les menhirs des arrondissements de Rennes et Saint-Malo, Mémoire de maitrise, Université de Haute-Bretagne, 1971, 277 p.

MONVOISIN, Bertrand, Bréteil : une terre d’histoire, Bréteil, autoédition, 1985, 65 p.

MORTILLET, Adrien de, « Distribution géographique des dolmens et menhirs de France », Revue de l’Ecole d’Anthropologie, 1901.

ORESVE, abbé Félix Louis Emmanuel, Histoire de Montfort et des environs, Montfort-sur-Meu, A. Aupetit, 1858, Voir en ligne.

ROBERT, Philippe, « Les mégalithes à Montfort ou proximité », Glanes en pays pourpré, 1994, p. 6-11.

SAINT-MARC, Philippe, « Le menhir du Magois ou la Grosse Roche à Bréteil », 2020, Voir en ligne.