aller au contenu

1863

Le pêcheur de Koncored ou l’étang de Komper

Un conte d’Ernest du Laurens de la Barre

Le pêcheur de Koncored où l’étang de Komper est un conte collecté par Ernest du Laurens de la Barre à Concoret. Il est publié en 1857 dans Les veillées de l’Armor.

Un conte d’Ernest du Laurens de la Barre

Le pêcheur de Koncored où l’étang de Komper a été pour la première fois publié dans le second recueil de contes d’Ernest du Laurens de la Barre en 1857.—  DU LAURENS DE LA BARRE, Ernest, Veillées de l’Armor, récits populaires de Bretons, Vannes, Caudéran, 1857. —

En préambule, du Laurens de la Barre s’explique sur les particularités des conteurs de la région de Mauron ainsi que sur la langue dans laquelle il l’a collecté.

La scène de nos petits drames va changer maintenant, ainsi que la forme des récits : que les sujets en soient sombres, gais ou même terribles, les marvailhers les racontent généralement comme des contes bleus, composés dans le seul but de divertir les auditeurs. Parmi les marvailhers du Morbihan, ceux du canton de Mauron, dans l’arrondissement de Ploermel, sont peut-être les plus originaux. On en jugera du reste par les traditions que nous avons recueillies dans ces parages, où les sorciers de Koncored et de Tréhoranteuk jouent souvent le premier rôle et remplissent le fond des récits. Dans cette partie du Morbihan, l’idiome breton fait place à un mauvais langage breton-gallo qui établit une nouvelle différence entre les récits de ces contrées et ceux des pays bretonnants.

DU LAURENS DE LA BARRE, Ernest, Veillées de l’Armor, récits populaires de Bretons, Vannes, Caudéran, 1857.

Ce conte a été publié en 1999 dans un recueil regroupant les contes populaires de la forêt de Brocéliande —  CARREFOUR DE TRÉCÉLIEN, Contes et légendes de Brocéliande, Terre de Brume, 1999. [pages 127-130] —. Il a enfin été publié en 2012, dans un ouvrage du conteur Xavier Lesèche.—  LESÈCHE, Xavier et MANDRAGORE, Merlin en Brocéliande, Terre de Brume, 2012, 101 p. [pages 92-93] —

Estampe du château de Comper
Estampe du château de Comper
Benoist Félix (1818 - 1896) Dessinateur ; Cicéri Eugène (1813 -1890) Lithographe ; . Bayot Adolphe Jean-Baptiste (1810 - ) Dessinateur ; 1845.

Le texte intégral du Pêcheur de Koncored

Ceux du pays de Konkored ne sont pas des simples d’esprit, comme tant d’autres ; mais s’il est permis de rire un peu du vieux Guillaume 1, il faut cependant prendre garde de braver ouvertement le ciel. Cela regarde au reste un chacun, et l’honnête homme, monsieur ou paysan en tout pays, sans crainte la nuit comme le jour d’aller tout droit son chemin.

Il y avait autrefois, au bourg de Konkored, un pêcheur nommé Gourven, bon vivant, et joyeux compère s’il en fut, mais d’une impiété capable de faire peur à un sorcier hérétique. Jamais il ne jetait ses filets ou ne tendait ses lignes sans pactiser avec le Vieux Guillaume, et l’on ajoute que pour quelques poissons, il lui vendait les âmes de ses meilleurs amis.

Le vieux château de Komper était alors renommé dans le pays ; mais cette renommée était de telle sorte que les honnêtes gens, à l’heure des ténèbres, évitaient de passer sous les créneaux assombris. On disait que chaque soir, vers minuit, le vieux Guillou conduisait sa troupe cornue sur les eaux de l’étang, pour la rafraîchir un peu au milieu de la brume épaisse ; mais l’étang de Komper passait pour être très poissonneux, et Gourven, malgré tous ces bruits, n’attendait que l’occasion d’y jeter ses filets.

Cette occasion, que désirait notre pêcheur endurci, ne se fit pas longtemps attendre. Le seigneur de Komper partit un beau jour guerroyer du coté de Vannes, emmenant gardes et valets. Le soir même, Gourven, chargé de ses filets, longeait le bord de l’étang, et troublait par son passage les oiseaux nichés entre les pierres des chaussées et des vieux remparts ; au moment où il allait atteindre le bout de l’étang le plus éloigné du château, il vit venir vers lui un monsieur d’une tournure singulière.

— Qui es-tu ? lui dit Gourven, de l’air d’un bourgeois de Ploërmel qui aborde un paysan de Mauron.

— Qui je suis, répondit l’autre, en montrant ses pieds fourchus ; je suis le vieux Guillaume, l’ami de ce château.

— Et le mien, répliqua Gourven sans hésiter. Un éclat de rire se fit entendre au loin sur le milieu du lac, mais l’incrédule pêcheur n’y fit pas attention et reprit : — Je grossirais ta besace 2, mon vieux, si la pêche est bonne, je te donnerai l’âme du recteur de Konkored. Le diable fit une pirouette à ces mots : — L’âme du recteur, dis-tu vrai ?

Gourven se rapprocha du vieux rôdeur, et lui jeta quelques mots dans son oreille velue.

— Tope là, dit Guillaume, et ils s’éloigna. Comme il disparaissait sur l’étang au milieu de la brume humide et froide, on eût pu l’entendre marmotter entre ses dents qui grinçaient comme une serrure rouillée : — Trois âmes pour une : un pêcheur et un sorcier... et le recteur de Konkored... hi, hi, hi...

Gourven mit alors ses filets à l’eau... quelques temps après — une heure du matin sonnait dans la tour de Komper — il voulut les retirer, et s’apercevant d’une résistance extraordinaire : — Ah ! vieux Guillaume, s’écria-t-il, tu tiens parole, je crois.

Et comme il lui semblait voir les poissons grouiller dans les mailles et leurs écailles briller à la clarté des étoiles, il redoubla d’efforts pour amener le filet, serra la corde autour de sa ceinture et se rapprocha du bord. Mais le filet ne cédait pas ; au contraire le poids augmentait sans cesse, et entrainait déjà le pêcheur qui suait à grosses gouttes et jurait comme un maquignon ; tout son corps était penché au-dessus de l’eau, l’équilibre allait lui manquer. Il fit un effort inutile pour détacher de sa ceinture la corde roidie du filet ; puis entraîné par une force surnaturelle, Gourven tomba dans l’eau de l’étang, et disparut sous les eaux profondes... où le vieux Guillaume repêcha son âme...

—  DU LAURENS DE LA BARRE, Ernest, Veillées de l’Armor, récits populaires de Bretons, Vannes, Caudéran, 1857. —

Château et étang de Comper
Château et étang de Comper
Carte postale n°237
Loïc

Bibliographie

CARREFOUR DE TRÉCÉLIEN, Contes et légendes de Brocéliande, Terre de Brume, 1999.

DU LAURENS DE LA BARRE, Ernest, Veillées de l’Armor, récits populaires de Bretons, Vannes, Caudéran, 1857.

LESÈCHE, Xavier et MANDRAGORE, Merlin en Brocéliande, Terre de Brume, 2012, 101 p.


↑ 1 • Guillou-goz, vieux Guillaume : surnom du diable

↑ 2 • On dit que Satan met dans une besace les âmes qu’il ramasse sur la terre