aller au contenu

Généalogies

Trier par titre Trier par date de publication

Raoul II fondateur de prieurés en forêt de Brécilien

Raoul II, seigneur de Gaël et de Montfort succède à son père, mort vers 1099. La fondation de deux prieurés lui est attribuée : le prieuré d’Iffendic, issu d’une église privée et dépendant de l’abbaye de Marmoutier près de Tours et le prieuré Saint-Samson de Telhouët en forêt de Brécilien, dépendant de l’abbaye fontevriste de Nid-Merle près de Rennes.

Guillaume I de Gaël-Montfort

En 1152, Guillaume Ier est sollicité par l’évêque de Saint-Malo, Jean de Châtillon, pour bâtir un monastère à Montfort (aujourd’hui Montfort-sur-Meu). Cette abbaye est dédiée à saint Jacques. Elle fait partie de la dizaine d’abbayes qui suivent la règle des chanoines réguliers, créées en Bretagne au 12e siècle.

Guy XIV de Laval-Montfort

Guy XIV de Laval, né François de Laval-Montfort, est le petit-fils de Raoul VIII de Gaël-Montfort. Sa présence auprès des ducs de Bretagne et des rois de France lui a permis de contribuer largement au prestige des Laval. Son engagement auprès de Jeanne d’Arc à la bataille de Patay et sa présence au sacre du roi Charles VII le 17 juillet 1429 lui valent l’érection de la terre de Laval en comté.

Henri III de La Trémoille

Henri III de La Trémoille, duc de Thouars, possède d’importants fiefs dans le royaume de France. Entre 1626 et 1653, Henri III de La Trémoille, pour couvrir ses dettes, se voit contraint de vendre ses fiefs, juridictions et seigneuries du comté de Montfort, y compris la forêt de Brécilien qui en fait partie.

Les premiers seigneurs de Montauban

En 1619, Augustin Du Paz est le premier à écrire une généalogie de la famille de Montauban. Elle fait des Montauban une branche cadette des Rohan. Cette version est reprise par la plupart des historiens.
En 1895, l’historien Arthur de La Borderie conteste vivement cette origine. Il présente une généalogie qui prend naissance dans la famille de Gaël-Montfort.
De nos jours, l’origine des Montauban fait toujours polémique parmi les historiens.