aller au contenu

Personnages

Trier par titre Trier par date de publication

Le monument en hommage au Docteur Guérin

Le docteur Alphonse Guérin décède le 21 février 1895. Une souscription est lancée à Paris et en Bretagne pour l’édification d’un monument à la mémoire de l’inventeur du pansement ouaté. Le monument, situé sur la place d’Armes de Ploërmel, est inauguré le 13 septembre 1896. Il fait l’objet d’une controverse à propos de la nudité de l’allégorie de la Gloire qui y figure. Il est décidé de le détruire en 1942. Un nouveau monument est dressé devant l’hôpital Alphonse Guérin de Ploërmel.

Le Rocher de Rumigny

Le rocher de Rumigny est un escarpement rocheux situé dans les landes du Thélin entre la Vieille-Ville et la Buslais en Plélan-le-Grand. Il a pris ce nom après avoir abrité l’état-major du général de Rumigny lors de l’installation du camp du Thélin en août 1843.

Mauguet, Hubert

Né à Paimpont, Hubert Mauguet (1918-2007) est tour à tour charbonnier, carrier, mouleur aux forges de Paimpont. Après guerre, il est de nouveau carrier, maçon et cageotier. Accordéoniste amateur, il écrit aussi un conte intitulé Mon petit chevreuil.

Orieulx Thérèse Mélanie

Thérèse Mélanie Orieulx prend part aux chouanneries de 1794 à 1801. Belle-sœur du chef chouan Pierre Robinault de Saint-Régent, elle fait de sa maison du « Bois-de-la-Roche » un repaire contre-révolutionnaire. Elle se rend à Paris en mars 1801 pour tenter de sauver son beau-frère de la guillotine.

Puisaye Joseph de

Joseph de Puisaye, chef de l’Armée catholique et royale d’Ille-et-Vilaine, puis de Bretagne, est venu à deux reprises en forêt de Paimpont. En août 1793, sa tête mise à prix, il se cache à Plélan-le-Grand, Guer et Beignon pendant plusieurs semaines. Il revient en mai 1794 à la tête d’une armée de chouans et vainc les républicains au cours du combat des « landes de Beignon ».

Saint-Régent, Pierre Robinault de

Pierre Robinault de Saint-Régent dit « Pierrot » est le chef chouan de la division de Saint-Méen. Il participe activement aux trois premières chouanneries, notamment dans la région de Mauron. Il est guillotiné en 1801 pour avoir organisé et exécuté l’attentat de la rue Saint-Nicaise contre le Premier consul Napoléon Bonaparte.