aller au contenu

Association de Sauvegarde du Val Sans Retour et de son environnement

mardi 3 février 2015

1979 — La création de l’association

Durant l’été 1976, de grands incendies ravagent les landes et les bois du Val sans Retour. En mars 1977, Paul Anselin est élu maire de Ploërmel. En septembre 1977, ce dernier organise une rencontre à Néant-sur-Yvel en compagnie d’Henri Thébault, maire de Mauron, Marie-Joseph Bissonnier, maire de Plélan-le-Grand et Francis Morice, afin de poser les bases d’une action concertée sur le Val sans Retour.—  ANSELIN, Paul (Dir. Publ.) et ÉALET, Jacky, « Trente ans de vie de l’Association », Bulletin de l’Association de Sauvegarde du Val sans Retour et de Brocéliande, 2011, p. 4-13. —

L’Association de Sauvegarde du Val Sans Retour et de son environnement est créée en septembre 1979. Sa création s’inscrit dans un plan départemental de développement économique de l’intérieur du Morbihan par le tourisme. Le site du « Val sans Retour » est proposé pour permettre le développement touristique des communes morbihannaises qui l’entourent.

L’association a pour but de sauvegarder le Val sans Retour par l’étude de la remise en état et de son aménagement puis la réalisation des conclusions de l’étude, cet aménagement comprenant le Val et ses environs.

Article 2 des Statuts de l’ASV

Paul Anselin en devient le premier président au cours de l’Assemblée Constitutive de Septembre 1979. Paul Trehen, directeur de la Station Biologique de Paimpont est élu secrétaire.

Paul Tréhen (à droite) à la Station Biologique au début des années 1980
Paul Tréhen (à droite) à la Station Biologique au début des années 1980
Guy Larcher

Dès 1980, la Station Biologique organise la production d’étude sur le Val sans Retour dans les domaines de la topographie, de la géologie, de la végétation et de l’écologie. Christiane Montfort, maitre en science en aménagement est recrutée alors que des étudiants en "Aménagement et mise en valeur des régions" travaillent sur l’étude de la végétation.—  MONFORT, Christiane, « Pré-étude écologique du Val sans Retour. », Association de Sauvegarde du Val sans Retour et de son Environnement, 1980. —

Dans le même temps, Paul Anselin et Marie-Joseph Bissonnier obtiennent des subventions de 50 000 Fr des départements d’Ille-et-Vilaine et du Morbihan.

1981-1988 — La restauration des étangs du Val

L’étang du Miroir aux Fées est restauré à l’automne 1981 grâce à ces subventions. Une pièce de théâtre de Jean Markale, intitulée Le Miroir aux Fées, y est donnée durant l’été 1982, à l’occasion de l’inauguration de la digue. Ce spectacle, organisé à l’initiative de l’Association de Sauvegarde du Val sans Retour est interprété par une troupe de comédiens de Ploërmel, « L’art de la Lune ».

Rénovation de la digue du Miroir aux Fées en 1981
Rénovation de la digue du Miroir aux Fées en 1981
Jacky Ealet

En septembre 1988, l’emprise de l’étang supérieur est recreusée. L’étang est remis en eau après des travaux de reconstruction de l’ancienne digue. Un aménagement piétonnier est réalisé.

Val sans retour : l'étang supérieur
Val sans retour : l’étang supérieur

1990-1991 — Les incendies et la création de l’arbre d’or

En septembre 1990, un incendie ravage pendant cinq jours les landes et les bois de feuillus et de résineux du Val sans Retour.

Les landes du Val sans Retour après les incendies de 1990
Les landes du Val sans Retour après les incendies de 1990

Durant l’automne et l’hiver 1991-92, L’Association de Sauvegarde du Val sans Retour initie une vaste opération de plantations sur les zones dévastées. Cette opération, financée en partie par du mécénat industriel, est assurée par des professionnels ainsi que des milliers de bénévoles. Au total, plus de 500 000 arbres (70% de feuillus et 30% de résineux) sont plantés.

Avec les grands chefs d’entreprises français, les chercheurs regroupés autour de Paul Trehen et Jacques Briard, les associations locales de défense de l’environnement, tous les maires des communes intéressées, les propriétaires forestiers et les plus hautes instances politiques des départements et de la région, nous ferons en sorte que, de ce mal terrible, qui a frappé de stupeur tous les amoureux de ce site légendaire, naisse un nouvel élan pour Brocéliande.

Paul Anselin en 1990

L’Arbre d’or est inauguré le 10 aout 1991 à l’entrée du Val sans Retour afin de symboliser l’action de l’association sur le renouveau de la forêt.

Inauguration de l'Arbre d'or le 10 août 1991
Inauguration de l’Arbre d’or le 10 août 1991

1996-2010 — Un programme d’entretien des landes

Afin d’éviter de nouveaux incendies, un programme d’entretien des landes du Val sans Retour est mis en place à la fin des années 1990. Le débroussaillage est réalisé par des associations partenaires alors que des pâturages avec moutons, chevaux et vaches sont mis en place à partir de 1996 pour favoriser l’entretien des landes.

Pâturage dans les landes du Val sans Retour
Pâturage dans les landes du Val sans Retour
Jacky Ealet

Le moulin de la Vallée, le Miroir aux Fées et 7800 m2 de terrains attenants sont achetés par l’Association de Sauvegarde du Val sans Retour en 1999. L’étang est entièrement curé à l’automne 2005 pour éviter son envasement.

L’association a changé de nom : l’Association de sauvegarde du Val sans Retour et de son environnement est devenue Association de sauvegarde du Val sans retour et de la Forêt de Brocéliande (ASVB).
Reportage sur l’ASVB