aller au contenu

La voie ferrée Ploërmel - La Brohinière - II

Le patrimoine ferroviaire

Le réseau ferroviaire se développe en Bretagne au cours de la seconde moitié du 19e siècle. Les lignes principales nord et sud sont complétées par des lignes transversales destinées à desservir lBretagne intérieure. La ligne Ploërmel - La Brohinière ouvre le 6 avril 1884. Fermée au « service voyageurs » le 6 mars 1972, elle est complètement déclassée en 1994. Elle dispose d’un important patrimoine ferroviaire, encore largement conservé : gares, maisons de garde-barrière, passages à niveau.

À partir de la seconde moitié du 19e siècle et jusqu’au premier tiers du 20e siècle, le chemin de fer connait en France un très fort développement. La Bretagne bénéficie de ce réseau ferroviaire grâce à plusieurs lignes : deux lignes principales (nord et sud), cinq lignes du Réseau Breton 1, ainsi que des lignes transversales.

La région de Brocéliande est concernée par l’extension de ce réseau.

Les voies ferrées en Brocéliande
Les voies ferrées en Brocéliande
Seule la ligne Rennes - La Brohinière (axe Paris - Brest) est encore en service en 2019.
Trait noir : emprise qui englobe les principaux points d’entrée dans le massif de Brocéliande : Ploërmel - Guer - Plélan - Montfort - Saint-Méen
Alain Bellido (Fond Géoportail)

Les communes qui en bénéficient le plus, à l’exception de Plélan-le-Grand, sont majoritairement situées à l’ouest du massif forestier.

La ligne Ploërmel - La Brohinière est la plus importante des lignes d’intérêt général de la région. Elle permet de rejoindre au nord celle de Rennes à Brest et au sud celle de Savenay à Landerneau.

Ouverte le 6 avril 1884, elle « ferme au service des voyageurs » le 6 mars 1972. Elle est déclassée en 1994.

Cette ligne compte un important patrimoine ferroviaire, encore existant pour une grande part :

  • Les gares
  • Les maisons de garde-barrière
  • Les passages à niveau
  • La voie ferrée
    La section entre Mauron et La Brohinière existe encore. La section Ploërmel - Mauron est transformée en « voie verte » 2.

Les gares

La ligne Ploërmel - La Brohinière comprend six gares désaffectées :

  • Ploërmel
  • Loyat
  • Néant / Bois-de-la-Roche
  • Mauron
  • Gaël
  • Saint-Méen-le-Grand

Les bâtiments, bien restaurés 3, sont maintenant la propriété de particuliers. La gare de Ploërmel abrite depuis 2001 une école de bijouterie-orfèvrerie.

La gare de La Brohinière reste en service. Elle est située sur la ligne Rennes - Brest.

La ligne Ploërmel - La Brohinière
La ligne Ploërmel - La Brohinière
— Trait violet : la ligne ferroviaire
— Points rouges : les gares de la ligne
Fond Géoportail

Les gares situées entre Ploërmel et Mauron sont maintenant bordées par la « voie verte », aménagée en 2004 suite au déclassement de la voie ferrée Questembert - Mauron et à son acquisition par le département du Morbihan.

Des gares de marchandises

Les gares accordent une place importante aux expéditions des marchandises.

Les gares de la ligne la Brohinière-Questembert disposent d’un quai d’embarquement des marchandises lourdes, de niveau avec le plancher des wagons de marchandises. Ce quai porte une grue et des halles. Celles-ci sont louées à des entreprises locales (essentiellement des marchands de produits du sol).

A l’arrière de ces halles, une voie de dérivation permet de rassembler des wagons. Une prolongation de cette voie, adaptée au chargement des troncs d’arbre, est louée par les marchands de bois locaux.

Chaque gare dispose également d’un pont-bascule utilisé par un large public.

Certaines gares bénéficient de voies de chargement spécifiques - embranchements - et d’aménagements dédiés à des entreprises locales.

Le patrimoine ferroviaire
Le patrimoine ferroviaire
Schéma d’une gare de la ligne Ploërmel - La Brohinière montrant la partie « expéditions de marchandises »
 quai d’embarquement des marchandises lourdes (avec des halles et une grue).
 voie de dérivation pour les marchands de bois
Joseph Boulé
  • À Saint-Méen un embranchement réservé à la « briqueterie Saint-Judicaël »
  • À Gaël pour l’entreprise « Guillotin » de fabrication de matériel agricole
  • À Mauron pour la cidrerie industrielle 4.
  • À Ploërmel, la « Société Martin frères » fait construire, sur la colline bordant la gare, un vaste entrepôt de stockage de pommes à cidre et à couteau, pommes de terre et grains. Les produits sont chargés sur des glissières, pour faciliter la manutention. C’est un site majeur d’expédition des produits agricoles. À la saison, des dizaines de cultivateurs apportent chaque jour leurs marchandises sur des charrettes.
Témoignage de Joseph Boulé - 24/01/2020

La gare de Ploërmel

La ligne de Ploërmel à Questembert est ouverte en 1881. Elle est construite par la Compagnie du Chemin de fer de Paris à Orléans (PO), pour relier Ploërmel à Questembert, point de jonction avec la ligne Savenay - Landerneau.

La gare de Ploërmel, en service de 1881 à 1991, est un nœud ferroviaire desservant deux lignes de la Compagnie de l’Ouest d’intérêt général, à voie standard 5 :

  • Ploërmel - Questembert, ouverte le 26 juin 1881
  • Ploërmel - La Brohinière, ouverte le 6 avril 1884.
  • Ploërmel - Châteaubriant, ouverte le 15 avril 1903.
Le patrimoine ferroviaire
La gare de Ploërmel au début du 20e siècle (côté accès voyageurs)
Ch. Bailly phot.
Le patrimoine ferroviaire
La gare principale de Ploërmel, côté voies, au début du 20e siècle

Deux autres lignes d’intérêt local, à voie métrique 6, sont créées à partir de Ploërmel par la Compagnie des Chemins de Fer d’Intérêt Local du Morbihan (C.M.) 7.

  • En 1902, une ligne relie Ploërmel à Locminé 8 et se prolonge ensuite jusqu’à Plouay (Morbihan).

—  NENNIG, Jean-Pierre, Le chemin de fer de Bretagne Sud, JPN Editions, 2008, (« Archéologie Ferroviaire »). —

Le patrimoine ferroviaire
— En rouge : Ploërmel - Questembert (Compagnie P.O.)
— En violet : Ploërmel - La Brohinière (Compagnie de l’Ouest)
— En vert : Ploërmel - Chateaubriant - via Guer (Compagnie de l’Ouest)
— En bleu : Ploërmel - Plouay - via Locminé (C.M.)
— En jaune : Ploërmel - Trinité-Porhoët (C.M.) : « le Petit Pelot »
Photo aérienne - IGN - 1932

Pour gérer le trafic d’intérêt local, une deuxième gare est construite à proximité de la première.

Le patrimoine ferroviaire
Les deux gares de Ploërmel.
— Au fond, la gare principale
— Au premier plan, la gare d’intérêt local (on voit la voie ferrée à droite de la maison).
Vve Calindre - Edit.

Le bâtiment est maintenant intégré dans un vaste entrepôt.

Le patrimoine ferroviaire
La gare de Ploërmel.
Le quartier de la « Petite Gare » en 1950 et en 2014.
La position de la petite gare est indiquée par le cercle rouge.
Le bâtiment est maintenant intégré dans un vaste entrepôt.
Geobretagne - Bretagne 1950’

D’ailleurs, le lieu s’appelle « Z.I. de Petite Gare ».

Aménagements actuels

Le patrimoine ferroviaire
La gare de Ploërmel en 2019.
Au premier plan, l’emplacement des quais et des voies.
Alain Bellido

Définitivement fermée « au service des voyageurs » en 1972, la gare de Ploërmel reste ouverte au trafic marchandises jusqu’en 1991.

Le patrimoine ferroviaire
Gare de Ploërmel. Emplacement des quais et de l’ancienne voie ferrée.
Alain Bellido

La plate-forme des voies est remplacée par un vaste espace destiné à recevoir des manifestations festives (spectacles, fêtes foraines, etc.).

Le patrimoine ferroviaire
La gare de Ploërmel en 2019 (côté anciennes voies)
Alain Bellido

Le bâtiment principal de la gare abrite depuis 2001 une école de bijouterie-orfèvrerie.

Le patrimoine ferroviaire
La gare de Ploërmel en 2009 (côté accès voyageurs)
Bruno Corpet

Situé près de la gare, un hangar abritait autrefois les locomotives pour réparation ou stockage, d’où les grandes ouvertures que l’on retrouve en façade. Il accueille actuellement une biscuiterie.

Le patrimoine ferroviaire
Gare de Ploërmel.
L’ancien hangar de réparation des locomotives est transformé en magasin.
Alain Bellido

Voies vertes

Trois sections de voies ferrées sont aménagées en voies vertes au départ de Ploërmel.

  • La section Ploërmel - Mauron est aménagée en 2004. Elle est située sur le tronçon Mauron-Questembert de la « voie verte » qui reliera Saint-Malo à Arzal.
    La voie ferrée Ploërmel - La Brohinière
    Voie verte Mauron - Questembert
    Ploërmel - Panneau de présentation de la voie verte
    Alain Bellido
  • La section Ploërmel - Guer est aménagée en 2011.
  • La ligne Ploërmel - Locminé est aménagée jusqu’à Josselin.

Les gares intermédiaires de la ligne

Elles sont toutes construites sur le même modèle ; les murs extérieurs sont enduits en jaune clair ou beige, l’entourage des ouvertures et les angles des murs sont en briques.

Le patrimoine ferroviaire
Schéma d’une gare intermédiaire de la ligne Ploërmel - La Brohinière
  1. un rez-de-chaussée avec trois portes accueille les voyageurs.
  2. un étage comportant trois fenêtres en façade est destiné au logement du chef de gare.
  3. le nom de la station ou l’inscription « chemin de fer » sont affichés sur les façades.
  4. un local, accolé au « bâtiment voyageurs », sert au stockage des petites marchandises.

La gare de Loyat

Le patrimoine ferroviaire
La gare de Loyat en 1972.
Au fond : la maison du garde-barrière, à l’entrée du bourg.
Collection André Jacquot

Un séquoia est planté à proximité des gares de la ligne. Ces grands arbres, visibles de loin, servaient aux voyageurs à localiser la gare. Ils ont été abattus à l’occasion de la vente des gares. — Témoignage de Joseph Boulé — 24/01/2020 —.

La gare de Loyat en 2020
La gare de Loyat en 2020
La voie ferrée est transformée en voie verte. Au fond on distingue la maison du garde-barrière.
Alain Bellido

Depuis le déclassement de la voie ferrée, le « bâtiment voyageurs » d’origine est devenu un domicile privé.

Le nom de la station est encore bien visible sur les façades.

Pour s’isoler de la voie verte, le propriétaire a fait construire une palissade qui masque une partie du bâtiment.

L'ancienne gare de Loyat en 2019
L’ancienne gare de Loyat en 2019
La gare est maintenant la propriété d’un particulier.
Alain Bellido
Le patrimoine ferroviaire
La gare de Loyat en 2019.
La voie verte a remplacé la voie ferrée.
Alain Bellido

La façade du côté « accueil des voyageurs » conserve son aspect initial.

Le patrimoine ferroviaire
La gare de Loyat (côté accueil des voyageurs)
Google

La gare de Néant - Bois-de-la-Roche

Le tracé de la voie ferrée s’explique par un relief qui impose de suivre la vallée de la rivière Yvel plutôt que d’entamer les collines proches de Néant-sur-Yvel.

Par ailleurs, le choix de l’emplacement de la gare, entre les deux bourgs, résulte de leur taille sensiblement équivalente à la fin du 19e siècle. — Témoignage de Joseph Boulé - 26/12/2019 —

Le patrimoine ferroviaire
La gare du Bois-de-la-Roche vers 1900
Photo Hamon

L’inscription « Néant - Bois-de-la-Roche » de la façade n’existe plus. Comme à Loyat, une palissade construite entre le bâtiment et la voie verte occulte la base de celui-ci.

Le patrimoine ferroviaire
La gare de Néant-sur-Yvel au Bois-de-la-Roche en 2019
Alain Bellido

Le quai d’accès à la voie est encore bien visible.

Le patrimoine ferroviaire
La gare du Bois-de-la-Roche / Néant-sur-Yvel en 2019
La voie verte a remplacé les rails.
Alain Bellido
Le patrimoine ferroviaire
La gare de Néant-sur-Yvel au Bois-de-la-Roche en 2019
Alain Bellido

La gare de Mauron

A Mauron, la halle aux bagages, visible à gauche sur la photo, n’est pas accolée au bâtiment principal de la gare.

Le patrimoine ferroviaire
La gare de Mauron en 1902
La cour d’accès aux voyageurs
Carte postale ancienne
Mignot C. Phot.
Le patrimoine ferroviaire
La gare de Mauron au début 20e siècle
Côté quais et voie ferrée
A. Lamiré

On remarque le séquoia « indicateur » sur les deux précédentes cartes postales.

Le patrimoine ferroviaire
La gare de Mauron au début 20e siècle
La place de la gare et la cour « voyageurs »
J. Sorel éditeur Rennes

Aujourd’hui, le « bâtiment voyageurs » et la halle aux bagages, fermés et désaffectés, sont devenus un domicile privé. Le nom de la gare figure encore sur une façade.

Le patrimoine ferroviaire
La gare de Mauron en 2019
Alain Bellido

Une stèle commémorative a été dressée en souvenir du passage par cette gare des quarante victimes de la « rafle de Guilliers » en 1944.

Le patrimoine ferroviaire
La gare de Mauron en 2019 (face est)
Alain Bellido
  • La section Ploërmel - Mauron est déclassée en 1994 et transformée en voie verte en 2004.
  • La section Mauron - Saint-Léry n’a jamais été réhabilitée et reste à l’abandon. La voie verte s’interrompt avant la gare de Mauron.
Le patrimoine ferroviaire
La gare de Mauron - La voie ferrée abandonnée
Alain Bellido
  • La section Mauron - La Brohinière, déclassée en 1998, est rouverte au trafic marchandises, à partir de Gaël, en 2009. En 2019, le trafic est inexistant.

Une ligne de transport de minerai : Paimpont - Mauron

Entre 1902 et 1907, une voie étroite (0,60 m) rejoint le réseau ferré principal à voie métrique. Cette voie ferrée à traction électrique par fil, exploitée par la Compagnie des Tramways de Mauron, sert au transport de minerai de fer de Paimpont (extrait à l’emplacement actuel de « l’Étang bleu ») ainsi qu’à l’acheminement d’une partie des employés de la mine. Ce minerai est ensuite expédié vers le port de Saint-Malo, pour être exporté. —  MALAURENT, Guy, « Histoire de la gare de Mauron », Mauron, 2006, (« Cc-mauron-broceliande.com »), Voir en ligne. —

La gare de Gaël

Le patrimoine ferroviaire
La gare de Gaël vers 1900
Côté « accès voyageurs »
Le patrimoine ferroviaire
La gare de Gaël au début du 20e siècle
Côté « voie ferrée »

En 1972, la halle aux bagages a déjà disparu, ainsi que le séquoia « indicateur ».

Le patrimoine ferroviaire
La gare de Gaël en 1972
Côté « voie ferrée »
collection André Jacquot

La gare de Gaël, devenue propriété privée comme les autres gares intermédiaires, est entretenue et son environnement végétalisé. Les indications d’origine figurent toujours sur les façades.

Le patrimoine ferroviaire
La gare de Gaël en 2019
Côté « accès voyageurs »
Alain Bellido
Le patrimoine ferroviaire
La gare de Gaël en 2019
Côté « accès voyageurs »
Alain Bellido

La section Gaël - La Brohinière est rouverte au trafic « fret » en avril 2009. Elle n’a toutefois connu depuis lors qu’une utilisation sporadique et n’est plus utilisée en 2019.
—  DU GUERNY, Stanislas, « En Bretagne, une ligne SNCF réhabilitée », Les Echos, 18/09, 2018, Voir en ligne. —

Le patrimoine ferroviaire
La gare de Gaël après la réhabilitation de la voie ferrée (vers 2009)
Wikipedia

La gare de Saint-Méen-le-Grand

La carte postale ci-dessous représente la gare principale de la ligne Ploërmel - La Brohinière au début du 20e siècle. On note l’importance des bâtiments par rapport aux autres gares intermédiaires.

La gare de Saint-Méen vers 1900
La gare de Saint-Méen vers 1900
Les quais et les voies normales de la ligne Ploërmel - La Brohinière
Carte postale ancienne
wikipedia
La gare de Saint-Méen
La gare de Saint-Méen
Les ouvriers du ballast (début 20e siècle)
Mignot

Deux voies ferroviaires passent par Saint-Méen :

  • La ligne Ploërmel - La Brohinière, d’écartement 1435 mm
  • La ligne d’intérêt général La Brohinière - Loudéac - Carhaix. Cette ligne à voie métrique (1000 mm) faisait partie du Réseau Breton. Concédée par l’État à la Compagnie des chemins de fer de l’Ouest, elle était exploitée par la Société générale des chemins de fer économiques (SE), comme tout le Réseau Breton. Elle ferme en 1967.

La carte postale ci-dessous montre bien les deux réseaux juxtaposés. Le petit bâtiment au centre est un abri de quai pour les voyageurs du Réseau Breton. On remarque au premier plan le levier d’aiguillage et le dédoublement des voies pour permettre le croisement des trains sur cette voie unique.

La gare de Saint-Méen au début des années 1900
La gare de Saint-Méen au début des années 1900
Carte postale ancienne
Voies métriques au premier plan (ligne La Brohinière - Loudéac du Réseau Breton)
wikipedia
Le patrimoine ferroviaire
Saint-Méen en 1950 (à gauche) : départ de la ligne Loudéac - Carhaix
En 2014 (à droite), son tracé a disparu.
Geobretagne - Bretagne 1950’

Ces vues de la gare en 2019 sont prises côté « cour des voyageurs ». De l’autre côté, la voie ferrée en direction de La Brohinière existe toujours.

La transformation principale est la construction d’un muret. Les inscriptions indiquant le nom de la gare ont disparu.

Le patrimoine ferroviaire
La gare de Saint-Méen en 2019
Le bâtiment d’origine est devenu une propriété privée.
Alain Bellido
Le patrimoine ferroviaire
La gare de Saint-Méen-le-Grand en avril 2019
Google Earth

La gare de La Brohinière

En 1880, le lieu-dit « La Brohinière » (Montauban-de-Bretagne) est choisi pour devenir une gare de triage 10. Ce noeud ferroviaire est composé des lignes de La Brohinière à Dinan et de La Brohinière à Questembert. C’est également le terminus de la ligne La Brohinière - Carhaix du Réseau breton.

À l’origine, l’implantation de la gare est justifiée du fait de la création d’un important point de jonction sur l’axe nord de la Bretagne, de Paris à Brest avec l’axe sud de la Bretagne, de Savenay à Landerneau, via la transversale de Dinan à Questembert.

Le patrimoine ferroviaire
La gare de La Brohinière au début du 20e siècle
Mignot C. phot.

Le bâtiment principal est flanqué de deux grands séquoias « indicateurs » qui permettaient de repérer la gare de loin.

Gare de la Brohinière
Gare de la Brohinière
Début 20e siècle - Montauban-de-Bretagne
Carte postale ancienne
Mignot Constant (Photographe)
Le patrimoine ferroviaire
La gare de La Brohinière en 2019
Alain Bellido

C’est maintenant une halte voyageurs 11 de la SNCF, desservie par des trains TER Bretagne (BreizhGo) et une gare de marchandises. En 2016, selon les estimations de la SNCF, la fréquentation annuelle de la gare est de 16 229 voyageurs.

Les maisons de garde-barrière

Durant l’exploitation de la ligne Ploërmel - La Brohinière, les trente-quatre passages à niveau étaient pourvus d’une maison de garde-barrière. Depuis la fermeture « au trafic voyageurs » en 1972, ces maisons ont connu un destin variable : restauration ou disparition complète.

Les maisons encore existantes

Vingt-et-une maisons de garde-barrière existent encore en 2019.

Ces maisons ont été maintenues en état et sont maintenant, pour la plupart, occupées, comme les gares, par des particuliers.

Entre Ploërmel et Mauron

Sept maisons sont visibles le long de la voie verte.

Le patrimoine ferroviaire

Entre Mauron et La Brohinière, la voie ferrée toujours existante longe quatorze maisons. À partir de Gaël et jusqu’à La Brohinière, les passages à niveau sont soit équipés d’un signal automatique, soit fermés à la circulation routière.

Entre Mauron et Gaël

Six maisons sont réparties le long de la voie ferrée. Celle de Mauron marque l’extrémité de la voie verte.

Le patrimoine ferroviaire

Entre Saint-Méen et La Brohinière

Huit maisons sont bordées par la voie ferrée. Le tronçon est réhabilité à partir de Gaël en 2009. Ces maisons n’ont toutefois plus de fonction de garde-barrière : remplacement par un signal automatique ou fermeture de la route. La voie n’a plus de trafic depuis 2015.

Le patrimoine ferroviaire

Les maisons disparues

Treize maisons de garde-barrière ont disparu, pour différentes raisons : abandon de l’usage de la ligne, signal automatique, défaut d’entretien, etc.

Les emplacements de ces maisons ont été retrouvés grâce à l’outil Bretagne 1950’ de Geobretagne. Cet outil permet d’afficher simultanément une vue aérienne de 1950 (à gauche) et de 2014 (à droite).

Entre Ploërmel et Mauron, six emplacements sont repérés. On peut constater leur disparition en circulant sur la voie verte.

Section Ploërmel - Loyat

Le patrimoine ferroviaire
Croix Adeline (Ploërmel)
Maison de garde-barrière disparue
lon : -2.393848° / lat : 47.963577 °
Geobretagne - Bretagne 1950’

Section Loyat - Mauron

Le patrimoine ferroviaire
Tembé (Néant)
Maison de garde-barrière disparue
lon : -2.353708° / lat : 48.018071 °
Geobretagne - Bretagne 1950’
Le patrimoine ferroviaire
La Ville Jehan (Mauron)
Maison de garde-barrière disparue
lon : -2.306301° / lat : 48.056311 °
Geobretagne - Bretagne 1950’

Section Mauron-Gaël

Le patrimoine ferroviaire
La Ville Marion (Gaël)
Maison de garde-barrière disparue
lon : -2.24777° / lat : 48.09686 °
Geobretagne - Bretagne 1950’

Le paysage environnant a été profondément modifié : disparition de routes, extension des terres cultivées.

Section Gaël - Saint-Méen

Le patrimoine ferroviaire
Mi-Voie (Gaël)
Maison de garde-barrière disparue
lon : -2.208981° / lat : 48.164329°
Geobretagne - Bretagne 1950’

C’est à cet endroit que s’est produit un terrible accident le 29 novembre 1883. La maison du garde-barrière (mentionnée dans la presse de l’époque) a disparu à la fin des années 1960.

Les passages à niveau

La voie verte

Les treize passages à niveau ont évidemment disparu.

Une barrière à chicane est placée à chaque croisement.

Le patrimoine ferroviaire
La voie verte
Passage à niveau de Loyat.
Le bourg se trouve à environ 500 mètres à droite.
Alain Bellido

Section Mauron - Saint-Léry

Depuis la fin de la voie verte jusqu’à Saint-Léry (1,6 km), la ligne n’est pas réhabilitée et reste à l’abandon.

Les deux passages à niveau ont disparu : ils sont ouverts sans barrière.

Le patrimoine ferroviaire
Passage à niveau de Saint-Léry, ouvert sans barrière
Alain Bellido

Section Saint-Léry - Gaël

La ligne est réhabilitée mais n’a été utilisée qu’à partir du « Pont Guérin ». Les travaux de réhabilitation consistent notamment à remplacer toutes les traverses, augmenter le niveau de ballast, déplacer certains passage à niveau, etc.

Quatre passages à niveau sont concernés :

— Deux avec signal automatique
— Un passage à niveau ouvert sans barrière - la route a été rectifiée
— Un passage à niveau supprimé - la route a disparu

Le patrimoine ferroviaire
Le passage à niveau du Pont Guérin (Gaël)
A gauche : vue aérienne montrant l’ancienne route et le passage à niveau supprimé
A droite : la nouvelle route et le signal automatique (2013)
Google Earth

Section Gaël - Saint-Méen

Six passages à niveau sont concernés :

— Deux avec signal automatique
— Trois où la route est fermée - grillage et plots
— Un passage à niveau supprimé - la route a disparu

Le patrimoine ferroviaire
Passage à niveau de Le Bos (Gaël) en 2013
Route fermée (grillage et plots)
Google Earth

Section Saint-Méen - La Brohinière

Neuf passages à niveau sont concernés :

— Quatre avec signal automatique
(Un signal automatique a disparu depuis 2010 à la Brohinière.)

Le patrimoine ferroviaire
A gauche : le passage à niveau de La Brohinière en 2010
A droite : la route est coupée en 2016
Google Earth

— Quatre où la route est fermée - grillage et plots
— Un passage à niveau ouvert sans barrière

Résumé du patrimoine ferroviaire de la ligne Ploërmel - La Brohinière

— Les six gares désaffectées sont restaurées, La Brohinière est encore en activité.

— Vingt-et-une maisons de garde-barrière existent encore, treize ont disparu

— Sur les trente-quatre passages à niveau de la voie :

  • Treize jalonnent la voie verte
  • Sept sont équipés d’un signal automatique. Un autre est supprimé depuis 2010
  • Sept passages à niveau avec grillage et plots sont fermés à la circulation
  • Cinq passages à niveau sans barrière sont ouverts à la circulation
  • Deux passages à niveau sont supprimés - la route a disparu

Bibliographie

DU GUERNY, Stanislas, « En Bretagne, une ligne SNCF réhabilitée », Les Echos, 18/09, 2018, Voir en ligne.

MALAURENT, Guy, « Histoire de la gare de Mauron », Mauron, 2006, (« Cc-mauron-broceliande.com »), Voir en ligne.

NENNIG, Jean-Pierre, Le chemin de fer de Bretagne Sud, JPN Editions, 2008, (« Archéologie Ferroviaire »).

WIKIPÉDIA, « Réseau breton », sans date, Voir en ligne.

WIKIPÉDIA, « Chemins de fer du Morbihan », sans date, Voir en ligne.


↑ 1 • Le Réseau Breton (RB), avec 426 kilomètres de ligne à écartement métrique, était l’un des plus importants réseaux ferroviaires secondaires de France. Il a été construit à la fin du 19e siècle et au début du 20e siècle pour desservir la Bretagne intérieure. —  WIKIPÉDIA, « Réseau breton », sans date, Voir en ligne. —

↑ 2 • Une voie verte est une voie de communication autonome « réservée aux déplacements non motorisés. Les voies vertes sont développées dans un souci d’aménagement intégré valorisant l’environnement, le patrimoine, la qualité de vie et la convivialité. En Europe, elles sont organisées dans le cadre du réseau vert Européen. »

↑ 3 • Ce n’est pas le cas sur toutes les lignes désaffectées. Par exemple, plusieurs gares sur la ligne Ploërmel - Questembert ont maintenant disparu.

↑ 4 • La cidrerie de Mauron est remplacée par une usine à gaz (rénovation de bouteilles).

↑ 5 • La voie normale ou voie standard, aussi appelée « écartement de Stephenson », est une voie ferrée dont l’écartement des rails est de 1 435 millimètres.

↑ 6 • Une voie métrique est une voie ferrée dont l’écartement des rails est de 1 000 mm. Elle fait partie des voies étroites.

↑ 7 • En 1892, la compagnie des chemins de fer du Morbihan (CM) se voit confier par le conseil général du Morbihan la construction et l’exploitation d’un réseau de voies ferrées d’intérêt local, à écartement métrique. —  WIKIPÉDIA, « Chemins de fer du Morbihan », sans date, Voir en ligne. —

↑ 8 • Les gares desservies sont : Guillac, Cahéran, Josselin, Lantillac, La-Mare-aux-Cannes, Réguiny, Moulin-Gilet, Moréac et Locminé.

↑ 9 • La gare de la Trinité-Porhoët existe encore, place de la Garaudière.

Les voies ferrées en Brocéliande
La gare de la Trinité-Porhoët hier et aujourd’hui
Carte postale : coll. M. Harrouy
Google Earth

↑ 10 • Il existait déjà une gare à Montauban-de-Bretagne, située à moins de 5 km et mise en service le 7 septembre 1863 par la Compagnie de l’Ouest pour desservir la section de Rennes - Guingamp de sa ligne de Rennes - Brest.

↑ 11 • Halte SNCF, c’est un point d’arrêt non géré (PANG) à entrée libre.