aller au contenu

1884

Le sanctuaire de la Grotte de Paimpont

Le sanctuaire de la Grotte de Paimpont est construit en 1884 à proximité de l’ancienne fontaine « Notre-Dame-des-Chesnes ».

1567-1884 — Le lieu avant la construction de la Grotte

1567 — Les terres de la Cheyne

La plus ancienne mention du terrain sur lequel la Grotte est bâtie date de 1567. Les parcs et terres de la Cheyne sont alors propriétés de l’abbaye Notre-Dame de Paimpont.

Deux aultres parcs de terres s’entre joignans appellez la Cheyne scys entre l’estange de la dite abbaye et les landes appellées les Landes de Paimpont.

La fontaine Notre-Dame-des-Chesnes

Une fontaine située sur ces terres est dénommée « Notre-Dame-des-Chesnes » ou « de la Cheyne ». Elle est attestée comme une étape rituelle du pèlerinage de Pentecôte de Notre-Dame-de-Paimpont durant l’Ancien Régime.

Le complément obligé du pèlerinage a été de temps immémorial, un pieux voyage à la fontaine de la Vierge, dont l’eau a toujours passé pour avoir une vertu curative extraordinaire.

CHASLE, Henri, « Le culte de la Sainte Vierge dans le diocèse de Rennes pendant le XIXe siècle », Revue de Bretagne, Vol. 45, 1911, p. 65-112, Voir en ligne. pp. 94-95

1792 — La vente des biens de l’abbaye

La Révolution met fin à plusieurs siècles d’existence de la communauté religieuse de l’abbaye Notre-Dame-de-Paimpont ainsi qu’au pèlerinage annuel de Pentecôte.

  • Le décret du 13 février 1790 interdit les vœux monastiques et supprime les ordres religieux réguliers.

Le 7 novembre 1791, la municipalité nouvellement créée met en vente les terres et les biens dépendant de l’abbaye. Les vingt-trois lots n’ayant pas trouvé preneur, ils sont définitivement vendus le 30 mai 1792, par adjudication du tribunal de Montfort. —  BELLEVÜE, Xavier de, Paimpont, Rééd. 1980, Marseille, Lafitte Reprints, 1912. [page 76] —

Les terres dites du « Pré-des-Carrés » - sur lesquelles se trouve la « fontaine Notre-dame des Chesnes » - sont achetées par Madame veuve Fleury, de Plélan.

1870 — Procession à la fontaine

Il faut attendre 1870 pour voir une procession prendre le chemin de l’ancienne fontaine des Chesnes devenue fontaine de la Vierge 1.

M. L’abbé Joly […] y conduisit processionnellement la paroisse, afin d’implorer le secours tout-puissant de la très Sainte Vierge sur les jeunes gens de la localité qui couraient les plus grands périls dans la guerre Franco-Allemande.

GERVY, abbé Louis, « Un grand pèlerinage et un charmant pays (1) », Revue de Bretagne, Vol. 37, 1907, p. 344-370, Voir en ligne. p. 365
Fontaine Notre-Dame de Paimpont
Fontaine Notre-Dame de Paimpont
Roger Blot

1884 — Le renouveau du pèlerinage

François Sauvé, recteur de Paimpont nommé en mars 1883, entreprend de relancer l’ancien pèlerinage de Notre-Dame de Paimpont interrompu depuis la Révolution.

A mon arrivée à Paimpont, (mars 1883) la pensée de travailler à faire revivre l’ancien pèlerinage de Notre-Dame-de-Paimpont prit aussitôt le dessus sur toutes les autres préoccupations du moment. J’en fis part à mes aimables et zélés confrères qui se demandaient comme moi si ce désert ne retrouverait pas un jour la vie ; si cette solitude n’était pas destinée à refleurir, si ces sentiers couverts d’ajoncs et de bruyères ne reverraient plus jamais les longues files de pèlerins du temps passé, les antiques et célèbres processions du moyen-âge, en un mot, si ce lieu tant aimé et fréquenté des âges précédents, témoin de la manifestation éclatante de foi et de la piété de nos aïeux, le rendez-vous journalier des malades, des infirmes, des âmes en peine, ne reconquiérerait pas bientôt sa sainteté et sa gloire. Et nous prierons tous de notre mieux Notre-Dame-de-Paimpont d’exaucer nos pieux désirs.

François Sauvé in Gervy, Abbé Louis (1907) op. cit., vol. XXXVII, p.366

Le 11 mars 1884, mademoiselle Marie Fleury, récente héritière du bien, fait donation à la paroisse d’un hectare du Pré-des-Carrés, parcelle sur laquelle se trouve la fontaine de la Vierge ainsi que de l’allée qui y conduit.

Le dimanche premier juin 1884, jour de Pentecôte, le pèlerinage reprend. Les paroissiens ont pour l’occasion réalisé une grotte en papier-rocher dans la lignée des nombreuses répliques de la grotte de Lourdes construites à cette époque. L’abbé Evenot, curé-doyen de Mauron et prédicateur, inaugure le nouveau monument en donnant à la foule nombreuse de fidèles une éloquente et onctueuse instruction de circonstance. — Gervy, Abbé Louis (1907) op. cit., vol. XXXVII, p. 367 —

La sainte demandait un monument en ce lieu. Le plan fut trouvé au livre du Cantique des Cantiques. Quasi platanus exaltata sum juxta aquam in plateis. Les matériaux seront trouvés là où on ne les supposait guère, dans les ravins avoisinant l’étang du Pas du Houx, ensevelis sous terre depuis des siècles. Une grotte offrant une certaine imitation de celle de Lourdes est décidée. Elle sera en scories de fer. M. Pariche, célèbre rocailleur de Nantes, émerveillé de la beauté comme de l’originalité de ces matériaux tout nouveaux pour lui commence en juillet 1884. L’œuvre est achevée fin septembre. Les blocs de scories, liés ensemble par un ciment de Vassy, simulent on ne peut mieux la forme d’un rocher naturel.

François Sauvé in Gervy, Abbé Louis (1907) op. cit., vol. XXXVII, p. 367

En juillet 1884, les Paimpontais se mettent à la tâche durant plusieurs semaines, un village succédant à l’autre, pour aménager le terrain marécageux et amener des scories de minerai de fer dans le but de constituer une grotte.

Ces matériaux, disposés avec art, forment une grotte monumentale qui par l’élégance de sa forme et la solidité de sa structure fera l’admiration de nos descendants.

Article de la Semaine religieuse du diocèse in Gervy, Abbé Louis (1907) op. cit., vol. XXXVII, p. 368-369

Le dimanche 24 septembre 1884, lors de la bénédiction, plus de 6000 personnes assistent à l’arrivée d’une statue de Notre-Dame, portée par 24 jeunes gens sur un trône splendidement décoré. La statue, œuvre du sculpteur Bouthéry, est placée solennellement dans une niche surmontant la grotte. — Gervy, Abbé Louis (1907) op. cit., vol. XXXVII, p. 370 —

Carte postale de la grotte Notre-Dame de Paimpont
Carte postale de la grotte Notre-Dame de Paimpont

Les miracles de Notre-Dame de Paimpont

Les institutions catholiques de la fin du 19e siècle se font le relais des miracles et guérisons miraculeuses à mettre au profit de Notre-Dame de Paimpont.

[...] les pèlerins avaient coutume de s’y laver en se rendant à l’abbaye, et ses eaux ont conservé la réputation d’être miraculeuse, car d’après le registre paroissial de Paimpont, un grand nombre de miracles se sont opérés et s’opèrent encore par l’intercession de Notre-Dame de Paimpont.

Guillotin de Corson, Abbé (1891) op. cit., vol. II, p. 695

Le miracle de la fondation de la fontaine

Pour accompagner le renouveau du pèlerinage, une fondation miraculeuse de la fontaine est inventée. La légende chrétienne est représentée sur un des vitraux du chœur de l’église abbatiale de Paimpont, daté de 1899. On y voit la Sainte Vierge apparaître à Judicaël, en présence de bergers. Elle lui désigne un lieu d’où, d’un coup de bâton, le roi fait jaillir une source miraculeuse appelée dès lors fontaine de Notre-Dame-de-Paimpont.

Vitrail du choeur de l'Abbatiale de Paimpont (détail)
Vitrail du choeur de l’Abbatiale de Paimpont (détail)
Notre-Dame de Paimpont apparaissant à Judicaël
Roger Blot

1884-1885 — L’épidémie de variole

En 1884-1885, une importante épidémie de variole sévit dans la région de Paimpont. Pour la conjurer, les paroissiens venus de tous les villages se rendent à la Grotte en une longue procession, le 1er dimanche de mars 1885.

A partir de ce jour, il n’y eut aucun nouveau cas de la terrible maladie, et tous ceux qui étaient déjà atteints, même ceux dont on désespérait, se rétablirent en quelques jours.

Chasle, Henri (1911) op. cit., vol. XXXVII, pp. 94-95

Selon l’abbé Gervy, durant cette même épidémie, l’intercession de la Vierge est aussi à l’origine de la guérison miraculeuse d’une jeune fille.

La veille de la Pentecôte, jour de la bénédiction de la grotte, une petite fille de sept ans n’avait plus que quelques heures à vivre, d’après la déclaration des médecins. On invoqua Notre-Dame de Paimpont, et le lendemain la petite malade était guérie.

Gervy, Abbé Louis (1907) op. cit. p.

1891 — Un miracle rapporté par l’abbé Gervy

En 1891, un jeune homme de Paimpont, ouvrier à Saint-Servan, fut atteint d’une bronchite tellement grave que le médecin le déclara perdu. Il fut recommandé à Notre-Dame de Paimpont et on promit une messe d’actions de grâce s’il guérissait. Le jeune homme recouvra la santé au grand étonnement du médecin.

Chasle, Henri (1911) op. cit., vol. XXXVII, pp. 94-95
Carte postale de la grotte Notre-Dame de Paimpont
Carte postale de la grotte Notre-Dame de Paimpont

1906 — Un miracle rapporté par Marie Chevallier

En 1906, Marie Chevallier mentionne un autre miracle de la Vierge daté de la fin du 19e siècle.

La Vierge de la grotte. — Le 15 septembre, on va à la grotte située en forêt, en procession, portant sur un brancard la sainte Vierge ; on s’adresse à cette Vierge dans tous les ennuis de la vie. Ainsi par exemple : il y a vingt ans une petite fille, allant avec sa grand-mère couper de la litière en forêt, s’égara en cueillant des lucets. Elle y resta trois semaines, et l’on croyait l’enfant dévorée par les bêtes ; les parents promirent un voyage à Notre-Dame de Paimpont ; un nommé Pattier, quelque temps après, en coupant de la litière, retrouva la petite devenue sauvage, s’enfonçant dans une broussaille. On la ramena de force à ses parents, qui attribuèrent ce miracle à la Vierge de Paimpont.

CHEVALLIER, Marie, « Traditions et coutumes de la Haute Bretagne - LXXVIII - Pays de Paimpont (Ille-et-Vilaine) », Revue des traditions populaires, Vol. 21 / 4, 1906, p. 178-180, Voir en ligne. p. 178
Paimpont - Pélerinage du 15 août 1938
Paimpont - Pélerinage du 15 août 1938

Bibliographie

BELLEVÜE, Xavier de, Paimpont, Rééd. 1980, Marseille, Lafitte Reprints, 1912.

CHASLE, Henri, « Le culte de la Sainte Vierge dans le diocèse de Rennes pendant le XIXe siècle », Revue de Bretagne, Vol. 45, 1911, p. 65-112, Voir en ligne.

CHEVALLIER, Marie, « Traditions et coutumes de la Haute Bretagne - LXXVIII - Pays de Paimpont (Ille-et-Vilaine) », Revue des traditions populaires, Vol. 21 / 4, 1906, p. 178-180, Voir en ligne.

GERVY, abbé Louis, « Un grand pèlerinage et un charmant pays (1) », Revue de Bretagne, Vol. 37, 1907, p. 344-370, Voir en ligne.

ORAIN, Adolphe, De la vie à la mort : folklore de l’Ille-et-Vilaine, Vol. 1, Paris, J. Maisonneuve, 1897, Voir en ligne.


↑ 1 • L’ancien nom de la fontaine a encore perduré quelques temps dans la mémoire des paimpontais. En 1897, Adolphe Orain la mentionne encore sous son ancien nom.

Non loin de l’église de Paimpont est une fontaine appelée fontaine de Notre-Dame-des-Chesnes. On y va se laver le corps, parce que les eaux de cette source ont la puissance, paraît-il, de guérir de nombreuses maladies.

ORAIN, Adolphe, De la vie à la mort : folklore de l’Ille-et-Vilaine, Vol. 1, Paris, J. Maisonneuve, 1897, Voir en ligne. p. 283