aller au contenu

1951-2010

Cérémonies néo-druidiques en forêt de Brocéliande

La Gorsedd de Bretagne a organisé des cérémonies druidiques en forêt de Paimpont/Brocéliande. La première d’entre elles a eu lieu en 1951 au Val sans Retour.

Le Gorsedd digor de 1951

Le Gorsedd digor, cérémonie publique en breton de la Gorsedd de Bretagne, est célébré tous les ans le troisième dimanche de juillet. C’est au cours de cette cérémonie que sont reçus les postulants à l’état de Druides en présence de délégations du Pays de Galles et de la Cornouaille britannique.

Le dimanche 29 juillet 1951, cette cérémonie druidique a lieu à Tréhorenteuc et au Val sans Retour. Ronan Pichery (1891-1963), membre de la Gorsedd de Bretagne après-guerre sous le nom d’Abroc’hell en est l’initiateur.

[...] Ronan Pichery, druide Abroc’Hell‎ avait organisé un Gorsedd au fond du Val sans Retour, sur un éperon rocheux. Je connaissais Ronan Pichery depuis quelques années. Il avait fondé une revue au titre significatif : « Fontaines de Brocéliande ». Il était partisan d’une Bretagne libre et indépendante [...] ce qui lui avait attiré quelques ennuis à la Libération. [...] Et Ronan Pichery me parlait de ses efforts pour faire reconnaitre le breton, de ses croyances, de son amour sincère pour sa Bretagne, de son désir de rénover la culture bretonne, de faire revivre les grands mythes de Brocéliande.

MARKALE, Jean et GUÉPIN, Yves, Brocéliande : La forêt des Chevaliers de La Table Ronde, Paris, Berger-Levrault, 1984, 95 p. [pages 63-64]

Le Gorsedd digor commence par une messe en breton célébrée par le père Alexis Presse (1883-1965) devant l’église de Tréhorenteuc.

Messe en Breton lors du Gorsedd digor de 1951 à Tréhorenteuc

Celui-ci accompagne ensuite l’Archidruide de Galles, le Grand Druide de la Gorsedd de Bretagne et le Grand Barde de Cornouailles dans le Val sans Retour, sur une charrette tirée par des bœufs.

Le père Alexis Presse et le Grand Druide dans le Val Sans Retour

Ils sont suivis par un cortège comprenant les postulants à l’état de Druides et la cinquantaine de membres de la Confrérie des Druides, Bardes et Ovates de Bretagne.

Angèle Vannier au Gorsedd digor de 1951
Collection Myrdhin
Procession lors du Gorsedd digor de 1951 à Tréhorenteuc

La cérémonie druidique a lieu au centre d’un cercle de pierres dressé à l’entrée de la vallée du Gros-Chêne, en surplomb du Val sans Retour. Au centre, se trouve le « Maen-Leg », plateforme de pierres sur laquelle se tiennent les Grands Druides. Le public suit la cérémonie, cantonné sur le versant opposé, sur les hauteurs des landes de Gautro.

Gorsedd digor de 1951 au Val sans Retour
—  BASCHET, Roger, « La recherche de la sagesse : Brocéliande, haut lieu de la connaissance celtique », Plaisir de France, Vol. 176, 1952, p. 36-39, Voir en ligne.
[page 39] —
A. Fleury

Le Grand Druide de la Gorsedd de Bretagne commence par adresser ses vœux à la famille royale britannique - le roi Georges VI, la reine Mary et la princesse Élisabeth - à l’occasion du 25e anniversaire de leur initiation comme membres de la Gorsedd de l’île de Bretagne 1.

Gorsedd digor de 1951 au Val sans Retour
—  BASCHET, Roger, « La recherche de la sagesse : Brocéliande, haut lieu de la connaissance celtique », Plaisir de France, Vol. 176, 1952, p. 36-39, Voir en ligne.
[page 37] —
A. Fleury

Puis les nouveaux postulants à la Gorsedd sont reçus après avoir prêté serment sur l’épée d’Arthur. À cette occasion sont notamment sacrés Bardes de Petite Bretagne :

  • Henri Hillion (1923-1980) 2—  MOIGNE, Gregory H., Gwenc’hlan Le Scouëzec : L’homme et le druide, Y.I.L., 2016, 166 p. [page 46] —
  • Le peintre Louis-Roger (1928-2018) 3
  • la poétesse bretonne Angèle Vannier (1917-1980) —  VANNIER, Angèle, « Ronde autour d’Angèle Vannier », Alternance, 1956, Voir en ligne. —.
Angèle Vannier au Gorsedd digor de 1951
En compagnie de Ronan Pichery (à sa droite)
Collection Myrdhin

Un chêne est planté au centre du cercle de pierres à l’issue de la cérémonie.

Un film intitulé Cérémonie Druidique en forêt de Brocéliande est réalisé par A. Vallée au cours du Gorsedd digor de 1951 4—  VALLÉE, Ange, « Cérémonie Druidique en forêt de Brocéliande », 1951. —

Le cromlec’h « druidique »

Le cercle de pierres, ou cromlec’h « druidique » est construit pour la circonstance sur un tertre surplombant la vallée du Gros Chêne et le Val sans Retour.

Cromlech néodruidique du Val sans Retour
—  BASCHET, Roger, « La recherche de la sagesse : Sur les traces de la fée Viviane et de Merlin l’enchanteur », Plaisir de France, Vol. 176, 1952, p. 40-45, Voir en ligne.
[page 45] —
Pierre Jahan

Michel Cabaret, qui dresse en 1982 un inventaire naturel et archéologique du Val sans Retour, en donne une description détaillée.

Le monument est composé de 17 pierres dont une est encore plantée de champ, les autres étant à même le sol. La structure est circulaire et le diamètre moyen est de 24 m. Au centre, 4 pierres semblent former une table qui aurait été détruite. Les dalles ont une longueur assez appréciable : 1 à 3 m, une largeur de 30 à 60 cm et une épaisseur moyenne de 10 cm. Cet ensemble a été un lieu du culte druidique contemporain. [...] Il serait intéressant de connaitre l’origine des pierres de construction, dans le cas où il y aurait eu réutilisation d’un matériel ancien. Ce cercle de pierre, nommé cromlec’h, marque le lieu des cérémonies celtiques. Le monument d’intérêt plutôt culturel confirme la localisation dans la forêt de Brocéliande des activités néo-druidiques. Le Triban [...] symbole druidique, n’est d’ailleurs pas absent du Val sans Retour, il est possible de l’observer sur un arbre non loin du miroir aux Fées.

CABARET, Michel, Le Val sans Retour : Étude et propositions de gestion des ressources naturelles, Mémoire de Maîtrise MST AMVR, Université de Rennes 1, 1982, 97 p. [pages 49-50]
Le pseudo cromlec’h druidique du Val sans Retour
—  CABARET, Michel, Le Val sans Retour : Étude et propositions de gestion des ressources naturelles, Mémoire de Maîtrise MST AMVR, Université de Rennes 1, 1982, 97 p.
[pages 49-50] —

Le cromlec’h a été en partie détruit depuis. —  CALVEZ, Marcel, Usages productifs, usages touristiques et aménagement d’un territoire, le Val sans retour (1820-1984), Thèse pour le Doctorat de Troisième Cycle en Sociologie, Université de Paris X-Nanterre, 1984. [pages 108-109] —

L’abbé Gillard et la Gorsedd de Bretagne

La tenue du Gorsedd digor de 1951 à Tréhorenteuc, au « Val sans Retour », n’est pas étrangère à l’influence de l’abbé Gillard. Depuis 1942, le recteur de Tréhorenteuc œuvre pour faire de son église le centre de l’intérêt pour Brocéliande. Selon l’interprétation qu’en fait le sociologue Marcel Calvez, la cérémonie druidique de 1951 consacre son travail et la nouvelle organisation touristique de Brocéliande.

La dimension légendaire de cette nouvelle organisation de Brocéliande est reconnue en 1951 par la tenue d’un Gorsedd des druides, bardes et ovates de Bretagne qui, après une messe devant l’église, et une procession dans des chars à bœufs, se tient au Val sans Retour. Sur les hauteurs de Rauco qui surplombent l’étang, un cromlec’h est dressé ; la cérémonie druidique y a lieu avec, en particulier, l’intronisation de Dom Alexis Presse, l’abbé qui a relevé l’abbaye de Boquen de ses ruines. Le public peut assister à cette cérémonie de l’autre côté de la vallée sur les landes de Gautro, directement accessibles depuis Tréhorenteuc. L’organisation de la cérémonie exprime la structure de l’espace touristique : un espace accessible aux gens ordinaires d’où ils découvrent de loin le mystère de Brocéliande, comme ils découvrent des paysages lointains auxquels les guides touristiques attribuent des significations légendaires.

CALVEZ, Marcel, « L’abbé Gillard (1901-1979) : Tréhorenteuc et la nouvelle topographie des romans de la Table ronde à Brocéliande », in Initiateurs et entrepreneurs culturels du tourisme (1850-1950), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010, p. 59-72.

Alexis Presse n’a pas été reçu au cours de cette cérémonie, il est druide depuis 1938 sous le nom de Manac’h ar gwelec’h. —  DIOCÈSE DE QUIMPER ET LÉON, Gorsedd roll Kroaz-Doue ezili beo ha maro Skol Veur Drouized, Barzed hag Oveded Breiz Gorsedd : répertoire alphabétique des membres vivants et décédés du Collège des Druides, Bardes et Ovates de Bretagne, Rennes, Editions Armorica, 1940, Voir en ligne. page 6 —. Les photos dont nous disposons ne le montrent qu’en habits sacerdotaux.

Le père Alexis, après la messe à l’église de Tréhorenteuc

Après la Seconde guerre mondiale, le Mouvement Breton se trouve discrédité par les agissements de certains de ses militants. La culture lui sert alors de paravent pour se reconstituer. —  NICOLAS, Michel, Histoire de la revendication bretonne, Coop Breizh, 2007. [pages 144] —

De son côté, la Gorsedd de Bretagne est en quête de renouveau. Toutes ses activités ont été interrompues statutairement durant la guerre. Le Grand Druide, Taldir, de son vrai nom François Jaffrennou, a été accusé de collaboration et gracié en 1946. Toujours interdit de séjour en Bretagne, il reconstitue la Gorsedd en 1947. Taldir reste Grand Druide car il lui est interdit statutairement de démissionner. Étant dans l’incapacité d’exercer son mandat, c’est donc le Grand Druide adjoint, Eostig Sarzhaw qui dirige la Gorsedd. Au début des années cinquante, la Gorsedd cherche à renouer avec sa vocation culturelle première. Elle trouve à Tréhorenteuc un terrain favorable à son renouveau identitaire : une culture celtique d’expression contemporaine portée par l’action de l’abbé Gillard, ainsi qu’un lieu légendaire ancré dans le temps des origines.

Néodruidisme et valorisation du Val sans Retour dans les années quatre-vingts

En septembre 1979, l’Association de Sauvegarde du Val Sans Retour et de son environnement est créée. Elle est présidée par Paul Anselin, maire de Ploërmel depuis deux ans. Cette association s’inscrit dans un plan départemental de développement économique de l’intérieur du Morbihan par le tourisme. Le Val sans Retour, pourtant en Ille-et-Vilaine, est choisi pour être valorisé. Trois personnalités « celtiques » sont alors contactées pour leur soumettre le projet et leur demander d’enrichir les propositions. Erlanig, barde et érudit breton, l’écrivain Jean Markale, qui se dit continuateur de l’œuvre de l’abbé Gillard, et Yann Brékilien, écrivain et membre de la Gorsedd de Bretagne. Ce dernier propose de rééditer la cérémonie de 1951 sous une forme similaire.

Je soumets une idée qui ne serait peut-être pas sans intérêt pour ajouter à l’atmosphère de mystère : inviter le Gorsedd des Druides et Bardes de Bretagne (je fais d’ailleurs partie de son comité directeur) à tenir ses assises en 1982 ou 1983, dans une clairière du Val sans Retour où serait alors érigé un cercle de menhirs. Ce ne serait pas du toc pour touristes puisque la consécration par le Gorsedd donnerait au cercle sa raison d’être et une forme d’authenticité. Et ce cromlec’h au milieu des bois serait assez envoûtant.

Yann Brékilien cité par Calvez, Marcel (1988) op. cit., p. 141

Sa proposition ne sera pas retenue.

Quelques légers aménagements du Val sans Retour commencent en 1980. L’association commande alors plusieurs études afin d’évaluer les possibilités de valorisation du site. Certaines sont confiées à des étudiants, dont deux suivent une Maitrise de Sciences et Techniques « Aménagement et Mise en Valeur des Régions » (MST AMVR, Université de Rennes 1) en stage à la Station Biologique de Paimpont.

Michel Cabaret, étudiant en MST, note dans son mémoire la présence de signes druidiques contemporains dans le Val. — Cabaret, Michel (1982) op. cit., p. 50 —

Entre 1981 et 1983, des rumeurs persistantes évoquent des projets d’aménagement touristique, parmi lesquels un village-vacances construit sur la crête de Gautro, ou la reconstruction du moulin de la Vallée afin d’y installer un bar-crêperie.

Marcel Calvez souligne les réactions hostiles au projet de la part de ceux qui se réclament du druidisme.

[...] l’opposition se complait dans l’évocation de la magie du Val comme seule réaction possible aux transformations entreprises. On évoque ainsi une cérémonie d’exécration faite par un druide venu marquer les lieux de signes celtiques pour conjurer l’aménagement et garantir que le Val ne serait pas défiguré. Ces conjurations devaient avoir pour effet de déplacer l’aménagement à mi-chemin de Barenton [...]

Calvez, Marcel (1984) op. cit., p. 160

Plusieurs années plus tard, la présence druidique dans le Val continue à être évoquée.

Le Val sans Retour est longtemps resté, et est sans doute toujours le siège de croyances et de cultes d’inspiration celtique. Des ouï-dire le laissent supposer, le "Cromlec’h" de la vallée du Gros Chêne en témoigne.

HUMMEL, Stéphane, Inventaire du patrimoine naturel, archéologique et architectural du val sans retour, commune de Paimpont (35), Mémoire de Maîtrise MST AMVDR, Université de Rennes 1, 1990. [page 93]

La sacralisation néo-druidique du lieu, lors de la cérémonie de 1951, accorde une « légitimité » supplémentaire au site légendaire. Cette présence néo-druidique, persistante dans les années 80, a été considérée comme un potentiel touristique qui n’a jamais été développé.

1964-1984 — Cérémonies au bord de l’étang de Paimpont

De 1964 à 1969, les cérémonies annuelles de la Gorsedd de Bretagne, ouvertes au public, se déroulent à Paimpont, à l’initiative du SIGTIB (Syndicat d’Initiative et Groupement Intercommunal de Brocéliande) qui aménage à leur intention un cercle de pierres dressé au bord de l’étang de Paimpont. —  RAOULT, Michel, Les druides : les sociétés initiatiques contemporaines, 1996, Editions du Rocher, 1992, 494 p. [page 112] —

En l’absence d’Eostig Sarzhaw, Grand-Druide de la Gorsedd de Bretagne, les gorseddau de Paimpont sont dirigés par le Grand Druide adjoint.

À cette époque, Eostig Sarzhaw n’était point en Europe. Il était retenu en Afrique, à Dakar, pour son travail. Son adjoint Aldrig a Naoned dirigeait le Gorsedd en son absence.

LE SCOUËZEC, Gwenc’hlan, L’époque moderne et contemporaine, Vol. 3, Beltan, 2001, 191 p., (« La tradition des druides »). [page 181]
Cérémonie du Gorsedd digor au bord de l’étang de Paimpont
—  MYRDHIN, Druides : les très savants hommes du chêne, La Quinte-Essence de la Forêt de Cristal, 2013, 157 p.
[page 114] —

Le 22 août 1964

Cette première tenue du Gorsedd digor dans le bourg de Paimpont est relatée dans un article de la Revue des deux mondes paru en novembre 1964. Différents témoins, parmi lesquels le recteur de Paimpont, ont rendu compte du déroulé de la cérémonie druidique.

— On m’a parlé d’une fête druidique célébrée en Brocéliande cet été.
— Les cérémonies du Gorsedd, du Gorseth si on le prononce à l’anglaise... Une association culturelle avant tout. Pour ce Gorsedd qui abrite des catholiques, des orthodoxes et des pasteurs protestants, j’ai célébré la messe le 24 août. On entendit les chants de Milbéo, ils y eut la « quête à la quenouille », le quêteur portant une quenouille tout enrubannée et offrant du pain bénit. La bourgade tout entière s’était parée de gui. Ce fut un curieux spectacle, plus tard, sur les rives de nos étangs, que ce cortège de saies, d’aubes multicolores : blanches pour les Druides, bleues pour les Bardes et vertes pour les Ovates... Des habitants de Paimpont allaient compléter pour moi cette brève description. [...] Que l’on vienne de Bretagne, de Paris, de Londres ou de Cornouailles, on chante en chœur, quand on se retrouve, l’hymne commun, le Bro Gozh va Zadou.
— Ils sont arrivés, me raconta-t-on, précédés de sonneurs et de porteurs de gui, les futurs membres anglais 5 étant séparés des Bretons par les deux tronçons d’une épée brisée : ces tronçons représentent la séparation des Celtes de Grande-Bretagne de ceux de la Petite Bretagne... la nôtre. Suivaient les disciples, membres d’honneur, dignitaires du Pellgor et enfin le Grand Druide avec le Grand Barde de Cornwall. L’épée d’Arthur marquait l’extrémité du cortège, épée sur laquelle les nouveaux initiés prêtent serment. Devant le lac, les Druides se groupèrent à l’ouest, les Bardes au sud, les Ovates au nord. Un sonneur de trompe lança un long appel, puis une cornemuse bretonne, par quatre fois et aux quatre points cardinaux, prit sa suite. Ce fut l’initiation des nouveaux membres du Gorsedd, avec imposition des mains par le Grand Druide ; on distribua du gui, on réunit les deux tronçons du glaive d’Arthur, pour rappeler aux Celtes de Bretagne et aux Celtes d’Outre-Manche leur fraternité malgré une longue séparation (Une antique prophétie n’assure-t-elle pas que tous les Celtes, un jour, appartiendront à un même peuple ?). On entendit encore le chant d’une harpe, dont jouait Mlle Loisel, fille du Grand Druide. A midi tout était fini : le cérémonial prévoit le terme des rites quand le soleil parvient à son zénith.

GARNIER, Christine, « Les enchanteurs de Brocéliande », Revue des deux mondes, 1964, p. 207-215, Voir en ligne. [pp. 211-212]

À cette occasion, l’évêque celte Iltud est reconnu en tant que druide eu égard à son rang ecclésial et en dépit du fait qu’il n’avait pas encore les quarante ans exigés. —  RAOULT, Michel, Les druides : les sociétés initiatiques contemporaines, 1996, Editions du Rocher, 1992, 494 p. [page 171] —

Le 21 août 1965

Du 19 au 23 août 1966

Du 18 au 21 août 1967

C’est au cours du Gorsedd digor du 21 aout 1967 à Paimpont que Gwenc’hlan Le Scouëzec (1929-2008), futur Grand Druide est reçu dans la Tradition Druidique de la Gorsedd de Bretagne.—  MOIGNE, Gregory H., Gwenc’hlan Le Scouëzec : L’homme et le druide, Y.I.L., 2016, 166 p. [page 72] —

Gwenc’hlan Le Scouëzec décrit le déroulement de cette cérémonie dans ses moindres détails dans le onzième chapitre de Bretagne, terre sacrée.—  LE SCOUËZEC, Gwenc’hlan, Bretagne, terre sacrée : Un ésotérisme celtique, 1977, Brasparts, Beltan, 1992, 219 p. [page 187-189] —

Au bord du lac de Paimpont et à peine à l’écart du bourg qui porte ce nom, entre une petite route et la rive, l’on pouvait voir, il y a quelques années , un cercle de pierres modestes dressées à la manière des anciens cromlec’hs. Le site jouit du charme particulier que donnent à leur rivage les étangs de Brocéliande, mélange de douceur et d’inexplicable nostalgie, présence presque palpable d’une autre dimension, celle de l’esprit. Au mois d’aout 1967, un cortège un peu surprenant d’hommes vêtus de longues robes, en rang par deux, se dirigeait de l’ancienne abbaye de Paimpont vers ce lieu de rassemblement.

LE SCOUËZEC, Gwenc’hlan, Bretagne, terre sacrée : Un ésotérisme celtique, 1977, Brasparts, Beltan, 1992, 219 p. [page 187]
Cortège lors d’un Gorsedd digor à Paimpont
—  MYRDHIN, Druides : les très savants hommes du chêne, La Quinte-Essence de la Forêt de Cristal, 2013, 157 p.
[page 114] —

Les 18 & 19 août 1968

Les 23 & 24 août 1969

En 1984

En 1984, le Gorsedd digor se déroule à « Porzh an Breton » en Quimperlé (Finistère) 6. Un deuxième Gorsedd à lieu à Rennes et à Paimpont, au bord de l’étang, avec un nombre important de Gallois et l’Archidruide Jams Niclas.—  LE SCOUËZEC, Gwenc’hlan, L’époque moderne et contemporaine, Vol. 3, Beltan, 2001, 191 p., (« La tradition des druides »). [page 184] —

Procession lors du Gorsedd digor de 1984 à Paimpont
Guy Larcher
Cérémonie lors du Gorsedd digor de 1984 à l’étang de Paimpont
De gauche à droite : l’archidruide de Galles Jams Niclas, le Grand Druide Gwenc’hlan Le Scouëzec, la grande Bardesse de Cornwalls et Alan Morvan Chesneau en saie bleue de barde.
Guy Larcher

Le Grand Collège Celtique de la Forêt des Chênes de Brocéliande

Trois druides issus de la Gorsedd de Bretagne, Bernard Duval (druide Goff ar Steredennou), Michel Raoult (druide An Habask) et Jean Thos (druide Yan Sukellos) fondent Le Grand Collège Celtique de la Forêt des Chênes de Brocéliande à la Fontaine de Barenton en Brocéliande le 15 août 1950. Le siège social de l’association est basé à Saint-Onen-la-Chapelle (Ille-et-Vilaine).

Le réveil de l’association fut difficile après chaque guerre. [...] celle de 1939-1945 provoqua une interruption de dix ans. Au moment de la reprise des activités de la Gorsedd bretonne en 1950, un groupe original fut initié le 15 août, temps de Lugnasad, par le druide de tradition clanique Goff ar Steredennou, sous l’appellation de « Grand Collège Celtique ». Bien que son siège social soit à Saint-Onen-la-Chapelle, à l’orée de la forêt de Paimpont, ce groupe s’intitule en langue anglaise « The Great Oak Forest Celtic College of Broceliande » qui signifie « Le Grand Collège Celtique de la Forêt des Chênes de Brocéliande ». Ce groupe n’est pas une « dissidence » mais plutôt une sorte de « conseil fédératif », et accepte bien volontiers la double, voire la triple appartenance aux diverses associations druidiques.

RAOULT, Michel, Les druides : les sociétés initiatiques contemporaines, 1996, Editions du Rocher, 1992, 494 p. [page 112]
Cérémonie druidique de 1993

Très rapidement, Bernard Duval, en désaccord avec Jean Thos, quitte le collège et fonde son propre cercle druidique. Ce dernier en devient alors le Grand-Druide et implante son centre culturel « Brekilian » dans la rue principale du bourg de Paimpont. —  RAOULT, Michel, Les druides : les sociétés initiatiques contemporaines, 1996, Editions du Rocher, 1992, 494 p. [pages 139-140] —

Rendez-vous au Brékilian avant la cérémonie
1997@Guy Larcher

Le druide qui menait ce groupe, aujourd’hui décédé, s’appelait Jean Thos, druide Sukellos. Il dirigeait ce groupe francophone, Belges, Suisses etc... À Paimpont, il avait acheté l’ancienne épicerie du village afin d’avoir pignon sur rue. Il y tenait une permanence, accompagné de son épouse, et ils répondaient à toutes les questions sur le druidisme et sur Brocéliande. La boutique avait été renommée : « Brékilian » et était devenue un réel vivier culturel.

BONNARD, Evelyne et MYRDHIN, Myrdhin, De la source à l’océan, Paris, Sydney Laurent, 2021.

Le Grand Collège Celtique de la Forêt des Chênes de Brocéliande se réunit a de nombreuses reprises en forêt de Paimpont, notamment au bord de l’étang de l’abbaye.—  DÉCOTTE, Alex, « Druides à Brocéliande », 1997, Voir en ligne. —

Cérémonie du "Grand Collège Celtique de la Forêt des Chênes de Brocéliande" à l’étang de Paimpont
Jean Thos (Au centre à gauche) Dwrdan (au centre à droite)
Guy Larcher

À la mort de Jean Thos en 2003, la conservation du Grand Collège Celtique de la Forêt des Chênes de Brocéliande est maintenu par le Grand Druide Yoann Menouvelios.

Le Compagnonnage Druidique d’Hyperborée

À la suite de la mort de Jean Thos en 2003, Myrdhin et Zil fondent le Compagnonnage Druidique d’Hyperborée devenu par la suite Kad Goddeu Breizh.

Myrdhin a eu l’occasion de fréquenter un groupe druidique international dans les années 1980 : « Le grand Collège des Chênes de Brocéliande ». [...] Avec les mêmes filiations, Myrdhin et Zil prirent la relève pendant une dizaine d’années avec leur collège, Kengerzhouriezh Drwizel an Dreisthanternoz, c’est-à dire le Compagnonnage Druidique d’Hyperborée devenu Kad Goddeu Breizh. aujourd’hui.

BONNARD, Evelyne et MYRDHIN, Myrdhin, De la source à l’océan, Paris, Sydney Laurent, 2021.

Ce groupe druidique a organisé ses principales cérémonies en forêt de Brocéliande, à l’Hotié de Viviane ou au bord de l’étang de Paimpont.

Les cérémonies druidiques se déroulent le plus souvent au « Hotié de Viviane » le cercle naturel et la hauteur du site rendent ce lieu particulièrement approprié. On s’y retrouve pour les rassemblements inter-collèges au début juin et pour les solstices d’été les 21. La lugnasad, début août, est la seule cérémonie ouverte au public. Elle se tient plutôt au cromlec’h situé au bord de l’étang de Paimpont.

Myrdhin (2021) op. cit.
Chaine fraternelle en Brocéliande
—  MYRDHIN, Druides : les très savants hommes du chêne, La Quinte-Essence de la Forêt de Cristal, 2013, 157 p.
[page 147] —
Collection Myrdhin

Le Nemeton Koat Lugernus

Christian Boulay ( - 2019), ancien membre du Grand Collège Celtique de la Forêt des Chênes de Brocéliande est le fondateur d’un collège druidique établi en Brocéliande, le Nemeton Koat Lugernus ou Clairière de Brocéliande.

J’ai fréquenté le Grand Collège Celtique de la Forêt des Chênes de Brocéliande, j’ai été investi à l’occasion d’une cérémonie, de la fonction druidique, c’est à dire de cette nécessité d’enseigner, autant que j’avais reçu. À cette occasion, j’ai reçu le nom druidique de Dourdan [ou Dwrdan], formé à partir de « dour », l’eau, et de « tan », le feu.

Christian Boulay in JIGOUREL, Thierry, Les Druides, Coop Breizh, 2002, 153 p., (« Les indispensables »). [page 125]

Jusqu’en 2019, ce collège druidique a organisé ses principales cérémonies autour du « Maen Log » de l’étang de Paimpont.

Il est le centre du lieu rituellique, où se déroule chaque cérémonie commémorative de l’Association ; C’est le point cosmo-tellurique privilégié autour duquel sont dressés les 12 mégalithes formant Cromlec’h ; Ici à Paimpont, il est situé près de l’étang du bourg ; Enfin, il est environné impérativement des trois éléments fondamentaux de la nature ambiante, pour le rituel celtique : - L’eau, celle de l’étang proche - L’arbre, ceux des grands chênes séculaires qui l’entourent - La Pierre, dont il est constitué ainsi que les 12 mégalithes qui l’entourent ; Enfin, le terme ancien Maen Log représente La Pierre de Serment. Dans les années à venir, le Maen Log devant accueillir notamment les Druides, Bardes, Ovates et Mabinogi du Nemeton Koad Lugernuz, sera érigé aux Pinçais en Paimpont, l’une des culminances forestières de Brocéliande, et selon le calcul harmonieux du Nombre d’Or pythagoricien.

DWRDAN, « Album Photo », Bro Kelt Lan - association culturelle celtique, 2018, Voir en ligne.
Dwrdan lors d’une cérémonie du Nemeton Koat Lugernus à l’étang de Paimpont
—  DWRDAN, « Album Photo », Bro Kelt Lan - association culturelle celtique, 2018, Voir en ligne. —

2009-2010 — Le Rassemblement des Druides de Bretagne à l’Hôtié de Viviane

De 2009 à 2010, le Rassemblement des Druides de Bretagne, qui regroupe différents mouvements druidiques bretons organise à l’« Hôtié de Viviane » une cérémonie célébrée en breton. Ce rassemblement est coordonné par Kleze Dir, grand druide sacerdotal du collège Druvidia.—  ANONYME, « Les Druides de Bretagne rassemblés à Tréhorenteuc », Ouest-France, 24/05, 2010, Voir en ligne. —

Rassemblement des Druides de Bretagne à Paimpont en 2009
Kleze Dir (à gauche), du collège de Druvidia a présidé cette cérémonie, à Paimpont.—  LE PARC, Claire, « A Paimpont, un druide raconte son parcours », Ouest-France, 01/06, 2009, Voir en ligne. —

anvuer

Bibliographie

ANONYME, « Les Druides de Bretagne rassemblés à Tréhorenteuc », Ouest-France, 24/05, 2010, Voir en ligne.

BASCHET, Roger, « La recherche de la sagesse : Brocéliande, haut lieu de la connaissance celtique », Plaisir de France, Vol. 176, 1952, p. 36-39, Voir en ligne.

BONNARD, Evelyne et MYRDHIN, Myrdhin, De la source à l’océan, Paris, Sydney Laurent, 2021.

CABARET, Michel, Le Val sans Retour : Étude et propositions de gestion des ressources naturelles, Mémoire de Maîtrise MST AMVR, Université de Rennes 1, 1982, 97 p.

CALVEZ, Marcel, Usages productifs, usages touristiques et aménagement d’un territoire, le Val sans retour (1820-1984), Thèse pour le Doctorat de Troisième Cycle en Sociologie, Université de Paris X-Nanterre, 1984.

CALVEZ, Marcel, « L’abbé Gillard (1901-1979) : Tréhorenteuc et la nouvelle topographie des romans de la Table ronde à Brocéliande », in Initiateurs et entrepreneurs culturels du tourisme (1850-1950), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010, p. 59-72.

DWRDAN, « Album Photo », Bro Kelt Lan - association culturelle celtique, 2018, Voir en ligne.

GARNIER, Christine, « Les enchanteurs de Brocéliande », Revue des deux mondes, 1964, p. 207-215, Voir en ligne.

HOFSTEIN, Cyril, « À Brocéliande, dans la forêt des druides », 2013, Voir en ligne.

HUMMEL, Stéphane, Inventaire du patrimoine naturel, archéologique et architectural du val sans retour, commune de Paimpont (35), Mémoire de Maîtrise MST AMVDR, Université de Rennes 1, 1990.

JIGOUREL, Thierry, Les Druides, Coop Breizh, 2002, 153 p., (« Les indispensables »).

LE PARC, Claire, « A Paimpont, un druide raconte son parcours », Ouest-France, 01/06, 2009, Voir en ligne.

LE SCOUËZEC, Gwenc’hlan, Bretagne, terre sacrée : Un ésotérisme celtique, 1977, Brasparts, Beltan, 1992, 219 p.

MARKALE, Jean et GUÉPIN, Yves, Brocéliande : La forêt des Chevaliers de La Table Ronde, Paris, Berger-Levrault, 1984, 95 p.

MOIGNE, Gregory H., Gwenc’hlan Le Scouëzec : L’homme et le druide, Y.I.L., 2016, 166 p.

MYRDHIN, Druides : les très savants hommes du chêne, La Quinte-Essence de la Forêt de Cristal, 2013, 157 p.

NICOLAS, Michel, Histoire de la revendication bretonne, Coop Breizh, 2007.

RAOULT, Michel, Les druides : les sociétés initiatiques contemporaines, 1996, Editions du Rocher, 1992, 494 p.

VANNIER, Angèle, « Ronde autour d’Angèle Vannier », Alternance, 1956, Voir en ligne.


↑ 1 • Notes manuscrites du discours du Grand Druide de Bretagne.

Le Grand Druide de Petite Bretagne adresse en ce jour ses vœux les plus sincères à la Grande Bretagne, à S. M. le Roi d’A. la reine et son A.R. la princesse Elisabeth - et toute la famille royale- Vœux chaleureux .... à Cynan Archidruide des Galles et à tous nos frères celtes. P. Loisel
Mr. Leigh Henry - chef d’orchestre hand lord
Mr. Benyon fonctionnaire du ministère du travail
Vœux à la Grande Bretagne du Gorsedd Gallois en Bretagne. Au Pays de Galles nos souhaits les plus chaleureux. Erfyl Fychan et Arthan étaient les délégués officiels du Gorsedd Gallois. Le premier est le secrétaire archiviste et Barde héraut de Galles. A sa majesté le Roi et sa majesté la Reine, le secrétaire envoie ses vœux loyaux à l’occasion du 25e anniversaire de leur initiation comme membres du Gorsedd de l’Ile de Bretagne.

↑ 2 • Henri Hillion de Coatmoc’han (en religion Frère Koulmer ou Père Henri), né le 29 mai 1923 à Pédernec en Bretagne et mort le 14 septembre 1980 à Lannion d’une congestion cérébrale, est un des restaurateurs des Chrétientés celtiques en France et en Bretagne. Il fut le fondateur de l’ordre monastique d’Avallon, des Compagnons Missionnaires Celtiques et de l’abbaye de Run Meno.

↑ 3 • Louis Roger est un peintre, dessinateur, graveur, et cinéaste né le 21 octobre 1928 à Dol-de-Bretagne et mort le 20 août 2018 à Guer.

↑ 4 • —  PICHERY, Ronan, « Les réunions poétiques du Cercle de Brocéliande », Fontaines de Brocéliande, Vol. 26, 1955, p. 3, Voir en ligne. —

↑ 5 • L’artiste surréaliste Ithell Colquhoun (1906-1988) participe à la Gorsedd de 1964 à Paimpont.

[...] il faut dire ici un mot d’une surréaliste méconnue, Ithell Colquhoun, née aux Indes en 1906, mais d’ascendance maternelle cornique. Peintre et écrivain, mais aussi 13b druidesse dont la participation à de nombreux gorsedds est avérée, notamment à Paimpont en 1964, Ithell Colquhoun, très tôt intéressée par le celtisme et l’hermétisme, se rapprocha des surréalistes dans les années 30. Membre du groupe de Londres de 1936 à 1940, elle en fut exclue à cause de son trop grand intérêt pour l’occultisme mais elle se revendiqua toujours – à juste titre – de l’esprit du surréalisme. Son recueil Grimoire of the entangled thicket (Le Grimoire du fourré impénétrable), titre partiellement emprunté à un vers du « Combat des Arbrisseaux » de Taliesin, recèle un cycle de poèmes sur les fêtes des Celtes et un autre sur les mois de leur calendrier. Elle pensait que « le fond celtique en Grande Bretagne, et dans une moindre mesure en France, est l’équivalent collectif de l’inconscient réprimé chez l’individu (ce qui) explique pourquoi la race anglo-saxonne, qui joue le rôle d’un surmoi, se méfie de la race celte, l’imprévisible ça, et la méprise ». Auteur de deux livres singuliers sur l’Irlande en 1955 (The Crying of the Wind : Ireland) et la Cornouaille (The Living Stones : Cornwall) en 1957, elle finit par s’installer près de Land’s End, dans la vallée de Lamorna, où elle vécut jusqu’à sa mort en 1988 [...]

LEPETIT, Patrick, « Surréalisme et mythes celtiques », Mélusine, 2022, Voir en ligne.

↑ 6 • À la mort du quatrième Grand Druide Eostig Sarzhaw le 31 octobre 1980, Gwenc’hlan Le Scouëzec, alors Grand Druide Adjoint de la Gorsedd de Bretagne, lui succède. Le Gorsedd digor de 1981 se tient le dimanche 7 juin au Plomarc’h en Douarnenez, dernière cérémonie au cours de laquelle est célébrée une messe. Le 31 mai 1982 elle a lieu à Combourg. En 1983, il n’y a pas de Gorsedd, car l’assemblée doit se repositionner suite aux exclusions de l’année précédente. —  MOIGNE, Gregory H., Gwenc’hlan Le Scouëzec : L’homme et le druide, Y.I.L., 2016, 166 p. [page 92] —