aller au contenu

Histoire religieuse

Trier par titre Trier par date de publication

Guillotin abbé Pierre-Paul

L’abbé Pierre-Paul Guillotin est originaire de Concoret. Vicaire de Saint-Servan au début de la Révolution, il refuse en 1792 de prêter serment à la Constitution civile du clergé et entre en clandestinité. Durant huit ans, il se cache sur sa paroisse natale pour continuer à exercer son sacerdoce. Il consigne sur son Registre les actes cultuels ainsi que la chronique de Concoret pendant la Révolution. Il meurt à Saint-Servan en 1814.

Deloynes Charles-François

Charles-François Deloynes est le dernier prieur de Brignac (canton de Mauron) nommé par l’abbé de Paimpont en 1764. Il reste en fonction à Brignac en 1789 et prête serment à la Constitution civile du clergé en 1791. Il est exécuté par les chouans de Boulainvilliers en mai 1794.

Raoul II fondateur de prieurés en forêt de Brécilien

Raoul II, seigneur de Gaël et de Montfort succède à son père, mort vers 1099. La fondation de deux prieurés lui est attribuée : le prieuré d’Iffendic, issu d’une église privée et dépendant de l’abbaye de Marmoutier près de Tours et le prieuré Saint-Samson de Telhouët en forêt de Brécilien, dépendant de l’abbaye fontevriste de Nid-Merle près de Rennes.

Le prieuré de Penpont

Aucun document n’atteste l’existence d’une communauté monastique à Paimpont avant les 11e et 12e siècles. Au 12e siècle, existe un prieuré bénédictin dépendant de l’abbaye de Saint-Méen-le-Grand. Ce prieuré passe au début du 13e siècle sous la règle des chanoines réguliers de saint Augustin. Il devient indépendant sous l’appellation d’abbaye Béate Marie de Penpont.